Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 22:04

Lu sur le blog de Lempdes socialiste :

« Le principe du groupement hospitalier de territoire applaudi par les Français

Les Français approuvent très largement le principe du groupement hospitalier de territoire (GHT), 81% jugeant qu’il permettra de rendre l’accès aux soins plus efficace et moins coûteux, selon une enquête Odoxa.

Les 1.100 hôpitaux français rejoindront le 1er juillet l’un des 150 GHT, une réorganisation prévue par la loi santé et qui vise à modifier la prise en charge des patients grâce à des « coopérations » entre établissements. Elle va s’étaler jusqu’en 2012 [ ? ? ? Ndlr] ».

 

Comment peut-on être autant coupé de la réalité et ignorer l'aspiration de nos concitoyens à des services publics de proximité ?


 

NON AUX GHT – NON AUX USINES A SOINS !
NON AUX GHT – NON AUX USINES A SOINS !

Le Collectif « Notre Santé en Danger » (NSeD) a alerté sur les dangers de la loi Touraine, dès l’apparition du projet. Or, le tiers-payant généralisé (non avance des frais), que nous approuvons s’il repose sur une caisse unique de la sécurité sociale, mais qui fût combattu par la plupart des médecins libéraux, a masqué le plus grave : la création de Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) à caractère obligatoire.

La loi ayant été adoptée en décembre 2015 (et par une procédure d’urgence !), ces GHT commencent à se mettre en place, dans l’opacité la plus totale, et sont imposés à tous les hôpitaux publics depuis le 1er juillet 2016.

Ces GHT sont créés uniquement dans un but comptable : réduction sous 3 ans (2015 à 2017) de 3 milliards d’euros des crédits alloués aux hôpitaux (en plus des précédentes économies déjà exigées) !

Leur mise en place est obligatoire, sous peine de sanctions financières qui ne permettraient plus aux établissements de fonctionner.

Qu’ils soient généraux ou spécialisés en psychiatrie, les établissements publics de santé doivent obligatoirement se rattacher à un Hôpital Support ce qui ne laissera à terme que 200 méga- hostos sur le territoire. Ce rattachement sera de fait une fusion qui ne dit pas son nom.

Les conséquences seront lourdes : fermeture et regroupement de nombreux services, suppression de milliers d’emplois, mobilité des personnels d’un établissement membre à un autre sachant que les distances peuvent atteindre les 100km !

Les patients-es seront déplacés-es, eux-elles aussi, suivant tel ou tel organe à traiter car les hôpitaux membres vont se partager les spécialités médicales.

 

Où est l’humain dans tout ça ? Que deviendra la qualité des soins ?

En Psychiatrie : Les hôpitaux psychiatriques sont doublement frappés car leur rattachement au GHT entraînera la mort de la psychiatrie de secteur qui permet de soigner les personnes dans la ville sans les isoler ni les enfermer. Ce serait un recul terrible réintroduisant des asiles modernes avec médicalisation de la contention. C’est pourquoi les psy, médecins, infirmiers-ères et autres personnels des hôpitaux psychiatriques, y compris l’encadrement, sont déjà en lutte.

Car, la mise en place des GHT va entraîner un chamboulement dans le fonctionnement des hôpitaux et ne pourra se réaliser que progressivement malgré le harcèlement des Agences Régionales de Santé (ARS). C’est pourquoi, NSeD soutiendra les initiatives à venir.

 

Les usines à soins, on n’en veut pas ! Non à la casse des hôpitaux !

Que veut NSeD ? L’accès aux soins pour toutes et tous, partout et à tout moment, ce qui exige un service public de santé, incluant la prévention, développé sur tout le territoire, assurant la proximité et doté de moyens suffisants pour répondre aux besoins de toute la population ; ceci avec une véritable démocratie sanitaire.

* Notre Santé en Danger (NSeD) est un collectif qui rassemble des organisations syndicales; associatives et politiques pour promouvoir le droit à la santé et l'accès aux soins pour tous-tes.

NON AUX GHT – NON AUX USINES A SOINS !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article

commentaires