Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 22:31

Hier, celui qui nous sert de Président, lui qui sert le capitalisme et la grande bourgeoisie, s'est permis d'injurier les communistes !

Ce faisant, il nous a rappelé notre camarade élu municipal en 1977, qui appelait les socialistes les "social-traîtres". Si, à l'époque du programme commun la formule pouvait paraître quelque peu outrancière, elle prend aujourd'hui toute sa valeur.

J'avais envisagé d'écrire l'article de ce soir en réponse à l'injure, à l'ignominie mais la colère, et le mot est faible, étant paraît-il mauvaise conseillère, je préfère laisser la plume à nos amis du Blog "Regain 2012".

Et je demande solennellement à tous les responsables socialistes de Lempdes, Pont du Château, du Puy de Dôme de se désolidariser publiquement de la déclaration de F. Hollande !

Le temps du déshonneur ! Spéciale dédicace aux responsables socialistes de Lempdes, Pont du Château, du Puy de Dôme !

« Un gouvernement, par définition, n'a pas de conscience ». ( Albert Camus )

Le quinquennat de F. Hollande, lorsqu'il prendra fin, au mois de mai 2017, ne pourra pas être qualifié d'insignifiant .

Commencé sous l'étendard de la soumission, soumission aux traités d'austérité de l'Union Européenne, il s'est poursuivi sous la bannière de la trahison, des promesses non tenues, certes, mais bien plus, la bannière de l'engagement sans vergogne dans le néolibéralisme, fait de chômage de masse, de démantèlement du droit du travail, d'affaiblissement de toute la protection sociale et des services publics .

En ce printemps 2015, nous passons à la troisième étape de ce parcours atypique d'un président se revendiquant du socialisme : le temps du déshonneur !

Le temps du déshonneur ! Spéciale dédicace aux responsables socialistes de Lempdes, Pont du Château, du Puy de Dôme !

Hier, sur un plateau de la chaîne Canal + ( Le Supplément ) qui lui consacrait deux heures d'antenne, le Président de la République, célébrait ses trois ans de présence à l'Elysée, par l'usage de l'injure .

Monsieur " Petites blagues " n'est plus . Il a laissé la place à Monsieur " j'insulte " !

Hier donc, le Président de la République, évoquant le programme du Front National, s'est exclamé : " Marine Le Pen parle comme un tract du Parti Communiste des années 1970 " .

Je suivais cette émission, et en entendant ces mots, le sang s'est glacé dans mes veines . J'ai aussitôt fait un rapprochement avec un trait de son caractère dénoncé par son ex-compagne, Valérie Trierweiler ; " Quand il parle des pauvres, il les appelle les sans -dents ", et, alors que je n'avais pu jusque-là la croire, je me suis dit que ce devait être vrai .

L'homme qui place sur le même plan le Parti Communiste Français, et son histoire, et le FN, parti fasciste, colonialiste, pétainiste, raciste, peut tout à fait assimiler les pauvres à des gens qui ne veulent pas se battre .

Le temps du déshonneur ! Spéciale dédicace aux responsables socialistes de Lempdes, Pont du Château, du Puy de Dôme !

Une deuxième réflexion me vint à l'esprit . Je me souvins des propos de Michel Poniatowski, ancien ministre de l'intérieur de Valéry Giscard d'Estaing, au sujet des élections municipales partielles de Dreux, en 1983, où l'alliance de la liste RPR-UDF avec celle du FN, amena l'élection du premier maire FN, dans notre pays, Jean-Pierre Stirbois . M. Poniatowski soutenant cette alliance, devait déclarer : " Le danger fasciste en France ne vient pas de la droite, il vient de la gauche dont c'est la vocation d'esprit et de méthode . Il faut donc voter contre les fascistes de gauche ... " . Illustre prédécesseur qui finit seul, abandonné politiquement de tous, tant ses outrances avaient lassé les siens .

Le très réactionnaire M. Poniatowski, avait déjà sévi, en octobre 1974, traitant le PCF de parti fascisant, s'attirant les foudres du vieux dirigeant communiste Jacques Duclos .

Le temps du déshonneur ! Spéciale dédicace aux responsables socialistes de Lempdes, Pont du Château, du Puy de Dôme !

F. Hollande, votre propos revient à désigner des fascistes à gauche : les Communistes, en l'occurrence. Vous vous acoquinez avec votre alter-égo, N. Sarkozy, qui, il y a peu, s'était écrié, à Saint-Maur-des-Fossés, à l'occasion des élections départementales dans le Val de Marne : " Quand vous pensez à ce que représente le mot communiste partout dans le monde, et que vous vivez dans ce département si magnifique, le dernier département dirigé par des gens qui n'ont pas honte de se dire communistes, la victoire ne peut tenir que dans ces mots : mon département mérite mieux " .

Je vous épargnerai, Monsieur le Président, ce serait trop facile, le rappel à la mémoire des milliers de résistants communistes morts en luttant contre le régime de Vichy et l'occupant nazi et dont vous venez de salir le combat. Je vous épargnerai le souvenir du Ministre communiste du travail, Ambroise Croizat, mettant en place, à la Libération, la Sécurité Sociale.

Mais vous n'échapperez pas à la critique politique de votre stratégie en vue d'une réélection, bien improbable, en 2017. Car vous venez de perdre le soutien de centaines de milliers d'électeurs communistes qui se sont sentis insultés, hier.

Peu connaisseur de l'histoire de France, vous ciblez un temps, les années 1970, dont vous oubliez qu'il fut le temps du programme commun de la gauche, où, pour un temps, militants socialistes et militants communistes firent cause commune pour emmener F. Mitterrand à l'Elysée, en 1981. Pas très fin ! Les vieux militants socialistes auront apprécié.

Votre stratégie : les deux ans qui viennent consacrés à votre réélection en plaçant le FN au centre de tous les débats. Favoriser une progression encore plus grande du FN pour affaiblir la droite en dédouanant les électeurs frontistes de leur choix, gagner au centre, grâce à vos mesures économiques de plus en plus libérales, et une rupture publique avec le Parti Communiste ; tout cela pour vous trouver au deuxième tour de la présidentielle, face au FN : élection assurée.

Les médias peuvent vous tenir pour un fin stratège, je pense que vous prenez beaucoup de risques et que cette stratégie dangereuse va conduire le pays dans des clivages encore plus grands dont il ne pourra plus sortir.

Vous emmenez le pays vers un blocage politique inédit. Ce n'est plus à de simples réformes économiques que vous nous conviez. C'est à la mort de l'esprit ! Voilà le sens qu'il faut donner au " crachat " dont vous avez gratifié, hier, des millions de Français d'en bas.

Cerise sur le gâteau, vous choisissez, pour commettre votre attentat contre la gauche toute entière, une émission de divertissement, du dimanche midi, comme si vous vouliez vous moquer de tous ceux qui vont mal recevoir votre proclamation.

Bravo l'artiste !


 

Le temps du déshonneur ! Spéciale dédicace aux responsables socialistes de Lempdes, Pont du Château, du Puy de Dôme !

Partager cet article

Repost 0
Michel Bouchet - dans Editos
commenter cet article

commentaires