Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 22:30

collectivités locales dotations de l'état austérité

AURÉLIEN SOUCHEYRE - Jeudi, 16 Avril, 2015 -L'Humanité
Plus de 50 villes sans aucune dotation d’État en 2015 ! Et à Lempdes ?

De 40,6 milliards d’euros en 2013, la dotation d’État des collectivités va passer à 29,1 milliards en 2017.

Plus de 50 villes sans aucune dotation d’État en 2015 ! Et à Lempdes ?

Promesse numéro 54 du programme de François Hollande : « Un pacte de confiance et de solidarité sera conclu entre l’État et les collectivités locales garantissant le niveau des dotations à leur niveau actuel. » Devenu président de la République, le candidat de 2012 a violemment trahi son engagement : de 2014 à 2017, les collectivités locales vont perdre en cumulé 28 milliards d’euros de dotation générale de fonctionnement (DGF). Une cure d’austérité sans précédent qui a déjà franchi un seuil symbolique : en 2015, plus de cinquante communes seront purement et simplement privées de DGF. Le ministère de l’Intérieur considère qu’elles n’en ont pas besoin, car elles bénéficieraient de ressources propres suffisantes pour remplir les responsabilités qui leur sont confiées.

« Faux », tranche André Toulouse, maire UMP de Roissy-en-France, ville du Val-d’Oise qui se retrouve sans dotation. « S’il est vrai que nous avons su développer des rentrées économiques liées à l’aéroport international Charles-de-Gaulle, cette suppression nous pénalise énormément. La réalité, c’est que l’État se reporte sur les collectivités pour se refaire une santé sans assumer ses responsabilités. Nous avons certes plus de marge de manœuvre que d’autres communes, mais nous allons avoir de grandes difficultés à poursuivre notre soutien à une population dont les revenus sont modestes », déplore-t-il.

L’État fait également semblant d’opposer villes riches et pauvres, et prétend travailler à une meilleure péréquation entre les communes alors que l’augmentation des fonds de solidarité prélevés sur la DGF ne sera que de 307 millions d’euros en 2015, et de 270 millions sur les transferts entre collectivités. Un montant très loin des besoins réels et bien insignifiant au regard des 28 milliards qui vont s’envoler d’ici à 2017. Dans ce contexte, l’idée de déshabiller légèrement Paul pour refiler quelques guenilles à Pierre ne saurait masquer l’objectif d’une tonte générale.

« Il faut une réelle réforme fiscale »

En 2017, le nombre de communes sans DGF sera d’ailleurs bien supérieur à cinquante. Ce sera le cas de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), ville de 34 000 habitants elle aussi située à proximité de Charles-de-Gaulle. « Bien sûr que nous avons bénéficié d’une croissance liée à l’aéroport. Et nous en avons profité pour développer une politique de solidarité sociale, d’investissement et de construction d’équipements utiles à la population », argumente son député maire Front de gauche, François Asensi. « Sauf qu’entre 2015 et 2017, nous allons perdre en cumulé 16 millions d’euros de dotation, soit un quart de notre budget annuel de fonctionnement, pour finalement nous retrouver sans rien. Comment, face à cette réduction considérable, pérenniser notre action et les services publics ? » s’indigne-t-il.

Comment poursuivre, aussi, l’investissement public, assuré à 70 % par les collectivités locales, alors que la baisse de 1,5 milliard d’euros de la DGF en 2014 a déjà participé à une chute de 4,8 milliards d’euros pour l’investissement la même année, selon l’Insee ? « Il faut une réelle réforme fiscale dont le but est de promouvoir et d’assurer l’égalité des territoires », réclame François Asensi.


 

Plus de 50 villes sans aucune dotation d’État en 2015 ! Et à Lempdes ?

Et à Lempdes (par exemple) nous direz vous ?

 

Dotation de l’État en 2014 : 1.522.994 €

Dotation de l’État prévue en 2015 : 1.424.000 € (soit environ une baisse de 100.000 €)

Dotation de l’État revue pour 2015 : 1.337.004 € (soit environ une baisse de 200.000 €)

Rappel : quelle est la couleur politique revendiquée par ce gouvernement Hollande-Valls et celles et ceux qui le soutiennent (sans état d'âme) à Lempdes et dans le canton de Pont du Château ?

Nous ne faisons pas porter toute la responsabilité de la situation sur le gouvernement actuel, nous n'oublions pas que la dotation d’État pour notre commune a baissé entre 2005 et 2010 de 19 %. Mais un élu qui a des valeurs se doit de soutenir un gouvernement qui a les mêmes, autrement il trahit ses électeurs !

 

 

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires