Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 21:59
Congrès PS : phrases ronflantes et reniement !

À peine séchée l’encre de la motion A qui refuse l’extension du travail le dimanche, que Manuel Valls la déchirait, proclamant à la tribune du congrès socialiste que la loi Macron serait adoptée rapidement.

Ainsi aurait pu se résumer le rendez-vous de Poitiers, à un socialisme Canada Dry et aux phrases ronflantes aussitôt reniées.

Les ténors l’assuraient : la messe était dite et les voix critiques auraient à choisir la trappe ou l’extrême-onction. Mais ces assises ne se concluent pas sur le triomphe du tandem gouvernant et l’alignement en colonne par deux derrière François Hollande.

La tribune d’Arnaud Montebourg et Matthieu Pigasse, un réquisitoire de la politique conduite sur une pente libérale, a fait rentrer la réalité dans l’entre-soi du congrès. Les frondeurs – et même Martine Aubry, pourtant bien atone ces dernières semaines – refusant de poser sur la photo destinée à figurer un parti unanime, leurs critiques et leur annonce qu’ils continueraient à ferrailler au Parlement, la détermination de certains d’entre eux à dialoguer avec les forces de gauche qui cherchent une alternative dessinent des lendemains à la contestation interne.

Jean-Christophe Cambadélis n’en sera pas quitte en brandissant la carotte de « l’alliance populaire » qu’il veut édifier. L’électorat de gauche déserte les urnes, des dizaines de milliers de militants socia­listes votent avec leurs pieds en quittant un parti qui ne leur ressemble plus et c’est le tête-à-queue politique de François Hollande qui aiguise la crise politique et non les indignations qu’il suscite. Rue de Solférino, la boussole a perdu le nord, affolée par l’aimantation que produit le Medef sur ses ministres.

Les urgences que vivent les couches populaires, saisies par les bas salaires, l’injustice sociale et le chômage, imposent aux démocrates de trouver d’autres chemins que l’impasse où nous jettent les hiérarques socialistes !

 

Congrès PS : phrases ronflantes et reniement !

Manuel Valls va engager à nouveau ce mardi la responsabilité du gouvernement, via l'article 49-3 de la Constitution, pour permettre l'adoption sans vote du projet de loi Macron en nouvelle lecture. Les députés front de gauche appellent à la riposte.

Plus d'un millier d'amendements ont été déposés par les députés en vue de l'examen à partir de mardi du projet de loi Macron par l'Assemblée. Mais ceux-ci ne seront pas débattus puisque Manuel Valls va à nouveau avoir recours à l'article 49-3 de la Constitution, qui permet de faire adopter un texte sans vote.

 

Extrait du communiqué des députés Front de gauche :

« Il est temps que la gauche s’insurge contre ces artifices de procédure et mette fin aux postures qui voudraient laisser croire que la politique du gouvernement est différente de celle que mènerait la droite. Le Gouvernement va nous priver de discussion sur un texte, qui symbolise à lui seul la dérive libérale d’une majorité pourtant censée incarner une alternative à la politique de Sarkozy et mener une guerre contre la finance. Sans compter toutes les mesures régressives introduites par la droite au Sénat et par le Gouvernement, au cours de cette nouvelle lecture, qui sont autant d’atteintes graves portées au pacte social. L’urgence économique alléguée par le gouvernement, qui vise à satisfaire les attentes du patronat et de Bruxelles, ne saurait prendre le pas sur l’exigence démocratique. »

 

 

Congrès PS : phrases ronflantes et reniement !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires