Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 16:39
#13 novembre. Vos chansons pour résister, pour vivre !

Laurence Mauriaucourt et Enzo Mayeko - Jeudi, 10 Novembre, 2016 - Humanite.fr

Quelques heures après les attentats du 13 novembre 2015, des jeunes ont pris la parole en chansons sur internet. Une playlist pleine d’humanité.

« Puisque je ne sais faire rien d’autre qu'écrire et chanter des petites chansons, et que cela mais venu comme une pulsion, j’ai écrit cette hommage, peut être mal-adroitement peut être impudique, mais sincère. pour que jamais on oublie nos disparus, pour ne jamais oublier l’horreur qu’ils ont vécu. n’oublions pas de vivre en leurs mémoire. » Le 17 novembre 2015, Saka publie une vidéo sur Youtube. Une chanson. Sa chanson. Des mots pour dire l’horreur, l’espoir. Et comme lui, dans les heures qui ont suivi l’effroyable attentat perpétré au Bataclan, toute une jeunesse a choisi de créer pour résister.

 

Remarque : Les textes qui suivent ont été écrits par les jeunes et nous ne nous sommes pas autorisés à en corriger l'orthographe ! [Ndlr]

 

 

Certaines sont passées inaperçues, d’autres ont été plus largement partagées. L’Humanité a compilé quelques-unes de ces œuvres  nécessaires. Aucune n’a fait l’objet d’une quelconque monétisation. 

« A la mémoire de Marion, de sa sœur Anna, et de tous les autres, tombés le vendredi 13 novembre 2015 sous les balles d'enfants paumés qui souhaitaient commettre un attentat. Ils n'ont commis qu'une série de crimes. », écrit  Ka ru, qui s’est mis au piano pour interpréter son texte, dont l’intensité n’a pas échappé aux internautes. 

Arlekin a choisi d’imaginer une petite mise en scène pour illustrer la chanson où il interpelle directement ce Dieu qui laisserait donc donner la mort en son nom sur fond de drapeau tricolore. « Pourquoi tu laisses couler tout ce sans, sur des êtres innocents… ». Un internaute semble reprocher à Arlekin d’apparaître à l’image. « Je m'affiche parce que c'est moi qui la chante et pour montrer ma peine aussi je vois pas le rapport avec profiter de quoi que se soit, si tu n'aimes pas les paroles navré pourtant j'y es mis tout mon cœur ». 

Autre engagement face à l’œil de la caméra : « Je m’appelle Lucie, j’ai 18 ans, j’habite à Clermont-Ferrand ». La jeune fille met en ligne paroles et musique dès le 14 novembre 2015  « une composition personnelle, réalisée après les terribles événements du vendredi 13 novembre ». « J'ai voulu, à ma manière avec ma guitare, apporter mon soutien à toutes les victimes », explique-t-elle.

Sous le pseudo de Guitar & Glitters, à 22 ans, elle apprend la guitare. Elle reprend des chansons. Le 18 novembre 2015, elle écrit : « Je voulais faire la cover d'"Hiro" de Soprano depuis déjà un bon moment. Et puis il y a eu les attentats du 13 novembre, les larmes, la douleur, l'incompréhension, la peur... J'ai voulu prendre mon stylo pour actualiser sa chanson... » Son texte à la première personne donne une envergure historique et internationale à l’attentat.

Et puis, il y a l’hommage chanté aux victimes des attentats du vendredi 13 novembre 2015 et de janvier 2015, signé d’André Joy. Un texte original, mis en musique grâce à une reprise de la partie instrumentale de la chanson d’Adèle, « Hello ». Une webcam immortalise l’adolescente assise sur le lit de sa chambre. Une voix. Touchante. « Nous n’avons qu’une seule vie, il faut la préserver »…

Créer, dire, mettre des mots sur les émotions et les partager, c’est résister. Trois jeunes élèves du collège des Maillettes de Moissy-Cramayel (77) ont écrit les paroles de ce qu'elles ont ressenti à l'issu des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et les interprètent. La chanson s’intitule « Debout ». Leçon d’espoir.

«  Il n’existe qu’une race, celle qu’on se met »… C’est l’une des réponses que Renaud Druel donne dans sa chanson intitulée « Dis-moi papa ». Un freestyle attachant pour se demander « pourquoi il n’y a pas que des gentils ».

« Le monde part en sucette », sous le pseudo de Gaby El Gringo, cet « ado à la guitare » libère quelques accords et installe un texte aussi accusateur  que rassembleur avec des tremolos orientaux. Une vraie voix à découvrir.

C’est sous le pseudo de Crew PS4, qu’un jeune gamer a livré lui aussi son hommage aux victimes, sur des images de jeux vidéos filmées par lui. Dès le 14 novembre 2015, le jeune garçon slame un texte dont il est l’auteur. 

Toutes ces chansons publiées sous pseudo ont libéré l’expression de leurs auteurs, de leur auditoire et celle de proches des victimes qui ont posté des messages sur les chaînes Youtube, comme celui-ci :. « ma meilleure amie est décédée au concert du Bataclan, et je vais devoir vivre avec ça toute ma vie, car, si je ne lui avais pas payé son entrée pour le concert elle serait tjs là avec moi .... pour son kdo d'anniversaire je lui ai offerte sa mort.... la vie sans elle est tellement vide, je n'arrive toujours pas à faire le deuil, je ss culpabilisée au plus au palier qui puisse exister ... je n'peux pas ... ».

De nombreux concerts avaient été annulés à Paris dans les jours qui ont suivi l’attentat, par mesure de sécurité ou parce que les artistes avaient renoncé à jouer compte-tenu des circonstances. Si de nombreux hommages ont été rendus en France et dans le monde par des artistes reconnus (Madonna, Louane et Ibrahim Maalouf, U2…), il est possible de retrouver sur la toile celui du pianiste anonyme, qui avait déplacé un piano à queue jusque devant le Bataclan le samedi 14 novembre 2015 pour jouer « Imagine » de John Lennon.

Toutes ces chansons et d’autres, sont à retrouver dans la playlist de l’Humanité.fr intitulée « #13 novembre. Vos chansons pour résister, pour vivre. »

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 18:48
DR

DR

Marie Barbier - Vendredi, 11 Novembre, 2016 - Humanite.fr

 

Six mois de prison avec sursis ont été requis hier contre le gardien de la paix qui avait frappé un lycéen de Bergson opposé à la loi travail. Au delà de la défense maladroite du policier, le procès a mis en lumière les dysfonctionnements et l'« omerta » au sein des forces de l'ordre.

Les cris rauques résonnent dans la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris. :« Lève toi ! Lève toi ! ». Dans une vidéo de onze secondes, trois policiers casqués interpellent un lycéen à terre. Celui-ci, sac sur le dos, se relève avant de prendre un violent coup de poing au visage. La mère de l'adolescent, aujourd'hui sur le banc des parties civiles, cache son visage dans ses mains. 

- « Qui demande au lycéen de se lever ?, demande la présidente du tribunal.

- C'est moi », reconnaît le gardien de la paix Sofiane O. qui comparaît pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique.

 

A la barre, loin de la brutalité de ces images, le policier de 26 ans présente bien : costume cravate, ton extrêmement poli. « C'est un malheureux concours de circonstances, se justifie-t-il. J'ai senti ses doigts sur la jugulaire de mon casque, j'ai voulu donner un coup proportionné au plexus, mais il a été poussé vers l'avant. Je ne voulais pas le frapper au visage. » Et d'ajouter : « Je ne me serais jamais permis de commettre des violences, sachant que nous sommes filmés en permanence. »

- « Lui avez-vous demandé s'il avait mal ?, poursuit la présidente.

- Il était conscient oui, mais il n'a rien dit, il y avait juste quelques gouttes de sang (à l'arrière de son crâne après sa chute, NDLR).

- C'était plutôt une flaque », précise la juge, cinglante.

Le lycéen de quinze ans est ressorti de cette manifestation avec un nez fracturé, une légère plaie à l'arrière du crâne, plusieurs ecchymoses et six jours d'incapacité totale de travail (ITT). 

 

Interrogés par l'IGPN (la police des polices), les collègues de Sofiane O. ont tous nié avoir vu un « acte de violence ». Le gardien de la paix, lui-même, a d'abord nié le coup de poing, avant de « largement modifier » sa « version des faits après avoir vu la vidéo », relève la présidente du tribunal. A l'avocat du jeune qui lui demande ce qui se serait passé si la scène n'avait pas été filmée, le policier a l’honnêteté de répondre : « J'avais l'intention de porter plainte. »

 

Le 24 mars au matin, en plein mouvement contre la loi travail, plusieurs dizaines d'élèves bloquent le lycée Bergson dans le 19e arrondissement parisien. La brigade de Sofiane O. est dépêchée sur place. Les policiers disent avoir dû gérer une « foule de 300 jeunes hostiles » et essuyé des « jets de pierre, de bouteille, de pavés ». Dans les vidéos visionnées durant l'audience, les lycéens paraissent au contraire calmes, « obéissant aux ordres de dispersion », relève une représentante de la FCPE à l'audience, qui note que « pour beaucoup, c'était la première fois qu'ils avaient une prise de conscience politique ». « Nous étions très peu en effectif pour encadrer de manière correcte la manifestation, explique pourtant Sofiane O. Nous ne sommes pas formés au maintien de l'ordre. On se débrouille... On n'a pas de protection, à part des casques défaillants hors d'usage, un bouclier par équipage... »

- « Ce sont des œufs, lui répond la présidente. Certes, ça n'est pas très agréable mais physiquement, est-ce que ça présente un réel danger ? »

- Il y avait aussi des jets de cailloux.

- Comment se fait-il que vous n'ayez pas précisé dans votre rapport et à l'IGPN que ce jeune homme avait lancé des cailloux ? ».

 

Sofiane O. assure aussi que les lycéens jetaient vers les forces de l'ordre des « paquets de farine enflammé ». « Le tribunal n'a jamais essayé de mettre le feu à un paquet de farine, comment fait-on ? » ironise, visiblement sceptique, la présidente.

 

« Dans cette affaire nous avons le schéma classique des violences policières illégitimes, plaide Me Alimi, avocat de l'adolescent. Un systématisme dans le mensonge, la manipulation et l'omerta. Tous les policiers interrogés n'ont rien vu ! Mon client a 15 ans, c'est un enfant, il a droit à la vérité. ».

 

Le procureur lui-même ne peut faire autrement que de dénoncer une « vidéo choquante » : « par l'illégitimité des faits et le jeune âge de la victime ». Mais précise que « les faits ne se résument pas à onze secondes de violence brute » : « M. O. a probablement paniqué au moment des faits ». Il requiert six mois de prison avec sursis sans inscription au casier judiciaire : autrement dit pas d'exclusion de la police pour le fonctionnaire. Le représentant du ministère public met en avant un « parcours irréprochable et un fonctionnaire conscient de la gravité de son geste ».

 

La défense demande une requalification des faits en violences involontaires, punis d'une contravention de cinquième classe (1500 euros) au lieu des trois ans de prison et 45 000 euros d'amende risqués pour des violences volontaires. « Faut-il condamner mon client pour une absence de formation ? » interroge Me David Kahn, qui regrette qu'on « l'envoie à la guerre avec un casque et un bouclier ».

 

Depuis le 24 mars, Sofiane O. n'a subi aucune sanction disciplinaire. Interdit d'exercer sur la voie publique par son contrôle judiciaire, il a simplement été muté... aux caméras de surveillance.

 

Le jugement a été mis en délibéré au 23 novembre.

 

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 23:54

C'est quoi une goguette ?


C'est simple : il suffit de prendre une chanson connue, d'enlever les paroles, de récrire ses propres paroles, et puis de la chanter. Voilà, c'est ça une goguette.

 


D'accord mais pourquoi ils sont « en trio mais à quatre » ?


C'est parce qu'ils sont trois auteurs / chanteurs, accompagnés d'une pianiste. Du coup c'est un trio, mais ils sont quatre sur scène [comme les trois mousquetaires, Ndlr].



Et ça parle de quoi ?


Une goguette, ça parle de ce qu'on veut. Ce qu'on a sur le cœur. Ces trois-là, ils s'en prennent surtout à la politique, au sens large : ils vont parler de l'actualité, des personnalités, de la société et de nos travers en général. Avec le parti d'en rire. Et comme il s'agit d'actualité, le spectacle se présente comme un concert mis en scène, sans cesse renouvelé et mis à jour.

Leurs vidéos font un carton sur internet, on les entend à la radio, ils commencent à être invités sur les plateaux télé et surtout leur spectacle fait salle comble depuis plusieurs semaines…

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 22:27
Le 27 octobre dernier, les  huiles de la banque américaine JPMorgan organisaient, à la Fondation Vuitton, à Paris, une sauterie présidée par Tony Blair

On pouvait y croiser tous les crocodiles de la capitale, Bernard Arnault, Valéry Gis­card-d’Estaing, Hubert Védrine, Bernard Kouchner, Georges Plassat, patron de Carrefour, Jacques Aschenbroich (Valéo), Paul Hermelin (CapGemini), Gérard Mes­trallet (Engie), Maurice Lévy (Publicis), Denis Kesseler (Scor), Xavier Niel (Free).

Et tout ça en l’honneur de... Henry Kissin­ger, le bourreau du Vietnam, l’homme de l’ombre de Pinochet, l’auteur de plus d’un mauvais coup contre les démocrates aux quatre coins du monde, un zombie dont la place devrait être en tôle s’il y avait une justice internationale…

Allez savoir pourquoi, en lisant cette info, on pensait à cette chanson de Boris Vian, La java des bombes atomiques, où le tonton bricoleur réunissait dans un cagibi toutes les têtes couronnées…

Vous connaissez la suite :

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 21:23
Photo AFP Un an après Paris, la conférence sur le climat se tiendra du 7 au 18 novembre, à Marrakech. Le financement des efforts demandés aux pays pauvres, non responsables et premiers exposés aux dérèglements climatiques, sera la question centrale.

Photo AFP Un an après Paris, la conférence sur le climat se tiendra du 7 au 18 novembre, à Marrakech. Le financement des efforts demandés aux pays pauvres, non responsables et premiers exposés aux dérèglements climatiques, sera la question centrale.

Et voilà la COP (conférence des parties à la convention des Nations unies sur les changements climatiques), qui prend à nouveau place dans le paysage médiatique pour sa 22e édition... La grand-messe autour du changement climatique aura lieu cette fois dans la ville marocaine de Marrakech, du 7 au 18 novembre prochain. Elle est supposée confirmer et donner un contenu concret aux conclusions de la précédente (COP21), qui s'est tenue à Paris du 30 novembre au 12 décembre 2015. Celle-ci avait abouti au fameux accord international sur le climat, obtenu par consensus et fixant comme objectif une limitation du réchauffement climatique entre 1,5 °C et 2 °C, d'ici à 2100.
Ratifié par plus de 80 pays couvrant près de 60 % des émissions de gaz à effet de serre ­ dont les ÉtatsUnis, la Chine, l'Inde et le Brésil ­, le texte constitue une « avancée majeure dans la lutte contre les dérèglements climatiques », avait salué la présidence française de la conférence dans un élan de fierté accompagné d'un impressionnant tintamarre diplomatique.
 
« Tout reste à faire. L'accord de Paris n'est pas juridiquement contraignant. Il n'y a pas de sanction ! » Nicolas Hulot
 
GARE AU TAFTA ET AU CETA
« L'"esprit de Paris", qui a permis le succès de la COP21, est toujours vivant. La dernière ombre politique qui surplombe l'action climatique, à savoir le retrait des États-Unis de l'accord de Paris à la suite de l'élection d'un président climato-sceptique, semble s'éloigner », commente pour sa part Pascal Canfin, écologiste, qui fut ministre du Développement de 2012 à 2014.
Dès lors, que peut-on donc attendre de la COP22 ? À quoi celleci peut-elle vraiment servir ?
L'étape est aussi décisive que la précédente, si l'on en croit l'infatigable Nicolas Hulot, qui fut l'envoyé du président Hollande pour la protection de la planète. « Tout reste à faire, les émissions de gaz à effet de serre ne font que croître. L'accord (de Paris ­ NDLR) n'est pas juridiquement contraignant. Il n'y a pas de sanction ! » s'alarmet-il dans un entretien accordé à l'hebdomadaire « l'Usine nouvelle ». Selon lui, « deux choses seront importantes à la COP22. D'une part, pousser les États dans leurs retranchements pour qu'ils disent quels sont les modalités, les choix et les investissements qu'ils vont faire en vue de tenir leurs engagements. D'autre part, que les pays du G20 qui n'ont pas pris d'engagements à la hauteur revoient leur copie ». Et de rappeler, fort justement, que « l'Europe ne pourra pas tenir ses engagements si elle s'accommode des traités comme le Tafta et le Ceta, qui mettront à mal les normes et les barrières environnementales ».
 
DONS OU PRÊTS ?
Au-delà de la volonté politique affirmée de façon consensuelle à Paris se pose en fait à présent la question du passage à l'action et, plus précisément, du financement des efforts demandés aux pays pauvres, les moins responsables et les plus exposés aux conséquences du réchauffement. Les nations riches leur ont promis le transfert de quelque 100 milliards de dollars à l'horizon 2020. Or il semble que, pour l'instant, on est encore loin du compte. Les financements publics se situeraient entre 41 et 67 milliards, selon l'OCDE. Le reste est attendu du secteur privé... « Je n'ai toujours pas compris s'il s'agissait de dons, de prêts (...). Il faut clarifier ça. Sinon, la colère va monter », met en garde Nicolas Hulot. C'est dire l'importance des questions qui demeurent encore sans réponse.
Hors des arrangements diplomatiques, la COP22 à Marrakech devrait logiquement recentrer les échanges, les orientations et les décisions autour du sort des millions de laissés-pour-compte en première ligne face aux dérèglements climatiques, en Afrique subsaharienne, dans le Sud-Est asiatique et en Amérique latine...
Il n'est pas de véritable bataille pour le climat sans une lutte contre la pauvreté et pour le développement.

Voir les commentaires

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 11:02
Pornic (Loire-Atlantique, 44). Dispositif installé au service d’état civil de la mairie pour la délivrance du nouveau passeport biométrique, associant photo et relevé des empreintes digitales du titulaire.  Photo : Alain Le Bot/Photononstop

Pornic (Loire-Atlantique, 44). Dispositif installé au service d’état civil de la mairie pour la délivrance du nouveau passeport biométrique, associant photo et relevé des empreintes digitales du titulaire. Photo : Alain Le Bot/Photononstop

Alexandre Fache - Jeudi, 3 Novembre, 2016 - L'Humanité

La mise en place par décret, dimanche, d’un fichier compilant les données personnelles d’une grande partie des Français inquiète élus et associations. D’autant que la mesure n’a fait l’objet d’aucun débat public.

Ce n’est sans doute pas l’ensemble de nos libertés que le gouvernement a enterré dimanche, au cœur du week-end de la Toussaint. Mais la discrétion supposée que devait offrir au nouveau fichier TES (pour « titres électroniques sécurisés ») un simple décret paru le 30 octobre au Journal officiel peut à elle seule faire craindre le pire. De fait, aucun débat parlementaire, ni même aucune délibération citoyenne n’aura accompagné la création d’un gigantesque outil de recueil des données personnelles des quelque 60 millions de Français, ceux en tout cas qui ont un jour possédé un passeport ou une carte d’identité. Mis en place dans un souci de « simplification administrative », ce nouveau fichier TES, dont l’existence a été révélée par le site Next INpact lundi, réunit en effet dans une seule et même base les données relatives à l’ensemble de nos concitoyens âgés de 12 ans et plus : nom de famille, nom d’usage et prénoms, date et lieu de naissance, sexe, couleur des yeux, taille, domicile, noms, prénoms, date et lieu de naissance des parents, leur nationalité, ainsi qu’une adresse mail si celle-ci a été renseignée, ou encore une photographie, jusqu’aux empreintes digitales, prélevées depuis 2008 aux heureux possesseurs de passeports biométriques… En un mot comme en cent, « un monstre », selon la formule du député PS et membre de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), Gaëtan Gorce, qui a dit cette semaine toute son inquiétude quant à l’utilisation qui pourrait être faite d’un tel outil.

La crainte de modifier les finalités d’un tel fichier

Des inquiétudes qui ne datent pas de ce mois de novembre. En 2012, alors que la majorité de droite vivait ses dernières heures, une proposition de loi avait été adoptée, créant le même fichier géant, qualifié alors par le député UMP Christian Vanneste de « fichier des honnêtes gens », ceux qu’il fallait « protéger ». L’objectif était double : lutter contre l’usurpation d’identité d’une part, et permettre, d’autre part, l’identification d’une personne à partir de ses données biométriques, notamment à des fins judiciaires. Un deuxième point qui avait entraîné la censure de ce texte par le Conseil constitutionnel, saisi par des parlementaires socialistes, parmi lesquels Jean-Jacques Urvoas, devenu aujourd’hui ministre de la Justice…

Le gouvernement se défend d’avoir effectué un copier-coller du texte de 2012. « Le décret qui vient d’être pris ne comporte aucune fonctionnalité d’identification d’une personne à partir de ses seules données biométriques », fait ainsi valoir le ministère de l’Intérieur, assurant qu’il ne peut donc « être comparé à la proposition qui avait été censurée » il y quatre ans. Voire. « La finalité d’identification à partir des données a certes été écartée, mais dès lors que le fichier a été constitué, elle devient techniquement possible, s’inquiète Gaëtan Gorce. On peut craindre qu’un futur gouvernement ne modifie les finalités d’un tel fichier. » Un gouvernement de droite ou d’extrême droite, par exemple, qui voudrait durcir la législation au lendemain d’un nouvel attentat terroriste…

Des préoccupations partagées par la Ligue des droits de l’homme

Des préoccupations partagées par la Ligue des droits de l’homme et son président d’honneur Michel Tubiana. « Aujourd’hui, on n’a pas le droit de faire de tri dans ce fichier, suite à l’invalidation du texte de 2012 par le Conseil constitutionnel. Mais qui dit que demain ce dernier ne changera pas de position, dans un contexte différent ? » Pour l’avocat, le gouvernement aurait dû se ranger derrière l’avis de la Cnil, qui plaidait pour la mise en place d’un système de puce électronique dans la carte d’identité, permettant de « conserver les données biométriques sur un support individuel exclusivement détenu par la personne concernée ». « Là, on crée un fichier géant de 60 millions de personnes, inquiétant par nature, regrette Michel Tubiana, et ce d’autant plus qu’il va être consultable par pas moins de onze services de l’État, et même plus si la justice le demande. C’est énorme, et cela multiplie les risques de fuites ou de piratages. Sans régler par ailleurs le réel problème des usurpations d’identité, bien au contraire ! »

Stoïque malgré les critiques, Bernard Cazeneuve a rappelé, hier, à l’Assemblée, que ce nouveau fichier avait été « validé par le Conseil d’État et la Cnil ». Reste à demander leur avis aux 60 millions de fichés.

Des précédents éclairants

1940. Ficher une population entière ?  Tel était le but de la « carte d’identité de Français » mise en place par le régime de Vichy le 27 octobre pour les individus âgés de plus de 16 ans. Un dispositif qui devait aussi permettre de faire le tri entre les « bons Français » et les autres, en particulier les juifs, dont l’occupant nazi avait réclamé le recensement. 

1974. Le 21 mars, un article du Monde titré « Safari, ou la chasse aux Français » dénonce le projet (concocté par un ministre nommé Jacques Chirac) de gigantesque base de données administrative. Devant le tollé, le gouvernement renonça. Et quatre ans plus tard, la Cnil était créée


 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 23:14
Cora et le travail du dimanche, suite : Premier recul, première victoire !

Les salarié-e-s de Cora Lempdes ont obtenu une première victoire. L'ouverture tous les dimanches de l'année qui devait être effective à compter du dimanche 13 novembre 2016 est repoussée au dimanche 8 janvier 2017 !

Premier recul ! Première victoire !

Le combat continue jusqu'à l'abandon définitif de ce néfaste projet !

Quelques images pour fêter ça !

Cora et le travail du dimanche, suite : Premier recul, première victoire !
Cora et le travail du dimanche, suite : Premier recul, première victoire !
Cora et le travail du dimanche, suite : Premier recul, première victoire !
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 23:16
La méthode Wauquiez pour le RSA, culpabiliser celles et ceux qui veulent retrouver le chemin de l'emploi !

Vendredi, 28 Octobre, 2016 - Humanite.fr


 

Communiqué du groupe L’Humain d’Abord en Auvergne Rhône Alpes, suite à la signature jeudi, d’une convention entre la région et les départements quant au RSA.


 

Jeudi 27 octobre, Laurent Wauquiez a voulu frapper un grand coup : une convention pour les « allocataires du RSA les plus motivés » : des « volontaires » choisis par des travailleurs sociaux pourront bénéficier d’une aide supplémentaire sous de multiples conditions.

Celui qui dénonce perpétuellement l’avalanche de normes et de conditions pour les entreprises en invente des nouvelles, bien plus dures, pour les femmes et les hommes les plus précaires. C’est dire à qui va sa préférence, et pour qui roule Wauquiez !

Le ton et les mots choisis traduisent le profond irrespect du président de région. Ils illustrent le mépris d’une politique qui ignore les réalités vécues par les femmes les hommes dans notre pays. En infantilisant les gens, Laurent Wauquiez les humilie. Les bénéficiaires du RSA ne sont pas des élèves dans une cours de récréation, il n'y a aucune récréation à siffler. On ne joue pas à être au RSA, on le subit !

Être accompagné pour retrouver le chemin de l’emploi, s’insérer dans une vie économique et sociale dont on est exclu, voila la nécessité aujourd’hui.

Avec Wauquiez, c’est le double choix : accepter l’humiliation et avoir une mince chance de s’en sortir, ou s’enfoncer durablement dans la précarité. Assez de ces choix impossibles !

Nous disons à Laurent Wauquiez d’ouvrir les yeux sur les réalités sociales de notre région. Ce ne sont pas ces belles statistiques sur papier glacés, réalisées à grand renfort de cabinets d’audit.

Qui peut vivre avec 400€ par mois ? Laurent Wauquiez n’en voudrait pas, pas plus que ses collègues de l’exécutif régional !

Non, la réalité des femmes et des hommes qui touchent le RSA, c’est la volonté de trouver un travail, de bien vivre et de bien travailler.

Que monsieur Wauquiez retrouve quant à lui, le chemin de la dignité, cesse de faire des embûches de la vie des stigmates permanents. Le rôle de notre collectivité, c’est d’empêcher les ruptures de parcours, de permettre à des privés d’emploi de pouvoir se rendre à un entretien d’embauche, c’est leur assurer la dignité et les moyens de vivre.

Nous défendons un réel service public d’accompagnement à l’emploi, un emploi qualifié, choisi, dont chacune et chacun puisse vivre et en être fier.

 

 

 

La méthode Wauquiez pour le RSA, culpabiliser celles et ceux qui veulent retrouver le chemin de l'emploi !
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 22:33
Tour construite à l'image du beffroi de Calais, dans le but d'un effort commun entre personnes exilées et une équipe d'artistes et d'architectes. Photo : Isabelle Serro

Tour construite à l'image du beffroi de Calais, dans le but d'un effort commun entre personnes exilées et une équipe d'artistes et d'architectes. Photo : Isabelle Serro

L'éditorial de Maurice Ulrich.

 

Quel est cet étrange pays où la justice poursuit ceux qui veulent vêtir ceux qui ont froid, nourrir ceux qui ont faim. Alors que se poursuit l’évacuation à Calais, comment ne pas revenir un instant sur la garde à vue de Cédric, cet agriculteur de la vallée de la Roya qui, avec d’autres habitants de son village, avait simplement décidé de donner quelques vêtements et à manger aux migrants de passage. Eh bien, disons-le haut et fort, ce ne peut pas être en notre nom. Que s’est-il donc passé, progressivement, insidieusement au cours des dernières décennies pour que nous en soyons là ? Pour que soit suspecte la simple humanité ? Pour qu’une part de nos concitoyens ne parvienne plus à se reconnaître dans le visage de l’autre, jusqu’à mettre le feu à des lieux d’accueil pour des hommes, des femmes et des enfants chassés de leur pays par la faim ou la guerre ?

Nous avons parlé de la « jungle ». Comment ce mot a-t-il pu devenir d’usage courant, sans que l’on s’alarme davantage ? Comment a-t-on pu laisser s’installer cette situation, si ce n’est parce que la France, cinquième puissance mondiale, s’est jusqu’alors refusée à toute véritable politique d’accueil. Oh, certes, comme dans toute l’Europe, la question des extrêmes droites n’est pas marginale, mais trop de politiques, de droite comme d’une certaine gauche, ont préféré le calcul politicien à la condition humaine. Fort heureusement, cette France-là, étroite, identitaire, n’est pas celle de tous. Comme dans la vallée de la Roya, nombre d’hommes et de femmes, d’associations œuvrent pour un accueil digne, une insertion, un apprentissage de la langue, la recherche d’un travail…

Sans doute fallait-il en arriver à ce démantèlement du bidonville de Calais et on ne peut que souhaiter qu’il se déroule au mieux, dans le respect de la dignité et du parcours souvent terrible de ces migrants qui ne veulent pas autre chose que vivre, travailler, aimer. Mais ce démantèlement ne peut se suffire en lui-même. La France de la fraternité inscrite au fronton de nos mairies doit agir et se faire entendre bien plus fort que les paroles de haine.

Pas en notre nom ! Ni à Loubeyrat ni ailleurs !

Communiqué de Presse

A Riom, le lundi 24 octobre 2016


 

Incendie de Loubeyrat

Répondons à la haine par la solidarité.


 

Dans la nuit du 23 au 24 octobre, le site de Loubeyrat destiné à abriter un centre d'accueil et d'orientation des migrants de Calais a été la cible d’un incendie criminel.

Ceci fait suite à une série d’actes criminels du même type en Isère, en Loire-Atlantique et en région parisienne. Je dénonce avec force cet acte aussi stupide qu’abject, témoin du climat délétère distillé dans notre société. J’en appelle à la solidarité des femmes et des hommes de notre territoire qui sauront répondre avec humanité aux actes racistes et xénophobes.

La responsabilité des personnalités politiques est d’éteindre plutôt que d’attiser les braises de la haine et du rejet de l’autre comme l’a fait récemment le président de région Laurent Wauquiez, en lançant une pétition contre l’accueil de 1784 migrants de la jungle de Calais dans notre région qui compte 7,7 millions d’habitants. Je veux retenir de ce week-end face à la bêtise des auteurs de cet acte ignoble, les centaines de femmes et d’hommes qui se sont rendus au Mézenc afin de proclamer notre région terre d’accueil.

Le rôle des élus est de défaire les préjugés alors que plus de 22 000 personnes sont mortes en traversant la Méditerranée depuis 2000, près de 4 000 en 2015. Nous avons un devoir moral. La France est la 6e puissance mondiale.

Sur notre territoire, la récente expérience de Pessat-Villeneuve qui a accueilli au printemps dernier une cinquantaine de réfugiés montre que la co-existence pacifique et le vivre ensemble ne sont pas des mots vains mais une réalité concrète à mettre en œuvre.

Je tiens à saluer la diligence du personnel de la maison de retraite et de son directeur, ainsi que l’action des pompiers qui ont permis de limiter les conséquences de cet incendie.


 

Boris BOUCHET,

Conseiller régional PCF,

Conseiller municipal et communautaire de Riom


 


 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 10:15
Grande distribution	 Des salariés de Cora Lempdes en grève contre l'ouverture le dimanche !
Des salariés de l'hypermarché Cora de Lempdes, qui emploie environ trois cents personnes, étaient en grève, ce samedi, pour protester contre la décision de la direction d'ouvrir le magasin tous les dimanches matins, à partir du 13 novembre. 

Le secrétaire général CGT commerce Puy-de-Dôme, Dominique Holle, explique que « ce travail imposé s'effectuera sans la notion de volontariat et avec une majoration salariale indécente de moins de 2,90 € par heure en moyenne. C'est une première dans le département, et les salariés sont massivement opposés à ce projet de travail imposé ».

Les salariés grévistes évoquent aussi « une dégradation constante des conditions de travail » et font remarquer que « cette ouverture permanente générera des conséquences graves sur la vie familiale, mais également sur tous les salariés de la grande distribution car, pour des logiques de concurrence, les autres enseignes sont amenées, à terme, à s'aligner sur cette politique libérale ».

 

Le mouvement a été suivi par 50 % des salariés, qui ont reçu le soutien sur le site du député communiste André Chassaigne, et du maire communiste d'Aubière, Christian Sinsard. En fin de journée, une délégation a été reçue par le directeur de Cora et lui a remis la pétition qui avait recueilli quelque mille signatures de clients.

Réunis ensuite en assemblée générale, les salariés ont décidé de reconduire prochainement le mouvement.

Grande distribution	 Des salariés de Cora Lempdes en grève contre l'ouverture le dimanche !
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article