Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 21:44
Même dans l’Allier (Auvergne), une des dernières rivières sauvages de France, les résultats des tests ont été positifs. Jeremy Savel/REA

Même dans l’Allier (Auvergne), une des dernières rivières sauvages de France, les résultats des tests ont été positifs. Jeremy Savel/REA

Cyprien caddeo - Lundi, 31 Juillet, 2017 - L'Humanité

 

Sujet méconnu, la présence généralisée de microplastiques dans les rivières françaises a pourtant de quoi inquiéter sur le plan environnemental.

Huit milliards de tonnes. C’est, selon une étude publiée dans Science Advances, la quantité de plastique que l’homme a produite depuis 1950. Et ce chiffre pourrait passer à 25 milliards d’ici à 2050. L’homme moderne vit plus que jamais à l’âge du plastique, si bien que celui-ci est partout, jusque dans les endroits les plus sauvages.

Les déchets – sacs plastique, bouteilles – qu’on trouve par terre ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Les microplastiques, des particules de quelques micromètres seulement, infestent l’environnement. Invisibles, ils ont envahi tous les cours d’eau de France, au point d’inquiéter la communauté scientifique. « On arrive à des niveaux effarants de pollution au plastique », alerte Vincent Verney. Ce chercheur au CNRS et à l’Institut de chimie de Clermont-Ferrand a mené une étude sur l’Allier (Auvergne), une des dernières rivières sauvages de France, pour y mesurer le taux de microplastiques. « L’Allier est une rivière à saumons qui ne passe pas dans des bassins très industrialisés ou de population très importants. On s’est dit que même si dans cette rivière on trouvait des microplastiques, la situation était grave. Et les résultats ont tous été positifs », explique le chercheur.

 

De multiples causes de pollution

Les origines de ces particules sont multiples. Comme l’explique Vincent Verney, « le terme microplastique englobe plusieurs types de particules, dont les microplastiques primaires, qu’on trouve dans les cosmétiques ». Si cette source de pollution va se tarir, car les microbilles exfoliantes seront interdites en 2020, le chercheur explique qu’« il y a aussi les fibres textiles en polyester, celles-ci ne risquant pas de disparaître puisqu’il faut bien qu’on lave notre linge ». Ni les filtres des machines à laver ni les stations d’épuration n’arrêtent en effet ces particules qui se détachent lors des lavages, et finissent dans les rivières.

 

« Il faut se méfier des effets cocktail »

L’usure des pneus et la peinture des routes en produisent également, qui se déplacent sous l’effet combiné du vent et de la pluie. « Et, enfin, il y a les déchets abandonnés, par négligence ou incivilité, qui vont se désagréger au cours du temps », ajoute le scientifique. « C’est ce qui rend le sujet très sensible, il concerne la plupart des gestes de nos vies quotidiennes », estime Alexandre Schaal, cofondateur de l’association la Pagaie sauvage, qui effectue des prélèvements pour cartographier la présence de ces microplastiques sur le réseau hydrique français. « Pourtant, on ne peut pas l’ignorer, car se baigner en rivière, c’est la certitude d’être exposé à ces particules », prévient-il.

Est-on alors en danger si l’on se baigne en rivière ? [l'interdiction de baignade au plan d'eau de Cournon d'Auvergne et en de nombreux lieux de baignades  auvergnats ont bien l'air de le confirmer ! Ndlr] Il est « trop tôt pour le dire », juge Alexandre Schaal, car l’impact exact sur la santé humaine reste flou. Cependant, l’empreinte néfaste sur les écosystèmes contaminés est avérée. En première ligne, les poissons : des études sur la perche ont montré que les microplastiques bouleversent leur croissance et leur fertilité. Ce qui est inquiétant aussi car ce sont des « aimants à métaux lourds et des fixateurs de perturbateurs endocriniens », rappelle Vincent Verney, pour qui « il faut se méfier des effets cocktail, car les rivières ne sont pas uniquement polluées aux microplastiques mais aussi par les pesticides et les médicaments ». Pour lui, « c’est un phénomène qui va augmenter, surtout qu’on ne va pas arrêter le plastique pour autant : sans lui, pas de cœur artificiel, pas d’ordinateurs… ». D’où la nécessité d’une prise de conscience globale. Le chercheur estime ainsi que, « faute de pouvoir filtrer l’eau ou purifier les sédiments des rivières, nettoyer les gros déchets est une priorité, car ils produisent des microplastiques pendant des décennies ». Cela suppose aussi de recycler et d’arrêter d’abandonner des déchets dans la nature. C’est pourquoi la Pagaie sauvage mise sur l’écocitoyenneté et fait participer des volontaires aux prélèvements. Une manière de sensibiliser le public à la sauvegarde des rivières, pour ensuite interpeller une sphère politique encore terriblement silencieuse.

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 22:08

Comme chaque 31 juillet, Patrick le Hyaric a rendu hommage à Jean Jaurès, devant le café du Croissant où a été assassiné cet homme de paix qui, entre mille combats, créa il y a 113 ans le journal l'Humanité. Tandis que l’actuel directeur du journal rappelait l’engagement de son fondateur pour les droits des travailleurs, nous sommes allés à la rencontre de celles et ceux pour lesquels la pensée et l’œuvre de Jaurès sont plus que jamais d’actualité.

 

Hommage à Jean Jaurès ! [Comme chaque année, combien je regrette de ne pas avoir assisté à cet hommage : Note de Michel Bouchet]
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société Politique
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 17:48
Maurice Ulrich - Journaliste

Maurice Ulrich - Journaliste

Jeudi, 13 Juillet, 2017 - L'Humanité

 

Le pape François aurait donc l’intention de béatifier Blaise Pascal. Le philosophe français du XVIIe siècle, certes chrétien et janséniste, n’en attendait sans doute pas tant, qui invitait les nombreux joueurs de son temps à parier sur l’existence de Dieu et la vie éternelle, ce qui peut se discuter en matière de foi. Surtout, Blaise Pascal n’avait pas tout à fait une vision béate de la création :

« Je vois ces effroyables espaces de l’univers qui m’enferment, et je me trouve attaché à un coin de cette vaste étendue, sans que je sache pourquoi je suis plutôt placé en ce lieu qu’en un autre, ni pourquoi ce peu de temps qui m’est donné à vivre m’est assigné à ce point plutôt qu’à un autre de toute l’éternité qui m’a précédé et de toute celle qui me suit. »

En matière de certitude quant au dessein de Dieu, on fait mieux. Sinon on voit mal Pascal installé au paradis chanter des actions de grâce à jamais, en robe de lin blanc. L’éternité, c’est long, surtout vers la fin !

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 21:46
DROIT AU COMPTE BANCAIRE : les banques traînent !

Seulement 250 000 personnes, soit 10% des trois millions de personnes en situation de fragilité financière, ont disposé d’une offre bancaire adaptée.

« C’est loin des ambitions qui avaient été nourries à cet égard », estime l’Observatoire de l’inclusion bancaire (OIB), qui rend public son rapport annuel.

La loi de 2013 instituant un droit au compte stipule pourtant que toute personne en difficulté financière doit pouvoir bénéficier des services bancaires de base à un prix adapté.

Le faible niveau d’application de la loi s’explique par le manque de connaissance de cette offre encore nouvelle, des cour¬riers des banques « insuffisamment explicites » ou encore l’absence de suivi par les établissements bancaires, souligne l’OIB.

Même quand elle est mise en place, l’offre spécifique reste trop élevée.

Alors qu’en principe l’ensemble des frais ne devrait pas dépasser 23 euros par mois, la seule commission d’intervention demandée par les banques atteint 182 euros mensuels !

 

DROIT AU COMPTE BANCAIRE : les banques traînent !
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société Economie
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 22:59
Fête de l’Humanité : un acte de résistance à la Courneuve comme à Cournon d'Auvergne dans le Puy de Dôme !

La Fête de l’Huma, ce sont les programmes de la grande scène. Leur choix répond à des critères de qualité, de diversité et de popularité, aptes à satisfaire un large public soucieux de se distraire, se cultiver et faire la fête pour une dépense raisonnable. Mais cette dimension ne suffit pas à expliquer que, chaque année, des dizaines de milliers de personnes se retrouvent ensemble pour faire cette Fête. Il y faut en plus une capacité, unique en son genre, à correspondre à un moment particulier de la vie nationale et internationale. Plus précisément, aux attentes, colères ou espoirs que suscite ce contexte dans le monde du travail, de la culture, comme chez les chômeurs ou dans la jeunesse. Cette année, la Fête arrive après une longue séquence électorale qui aura bousculé beaucoup de choses et au moment où le nouveau pouvoir s’apprête à remettre en cause des droits essentiels pour la vie des travailleurs et de leurs familles. Venir à la Fête sera donc un acte de résistance, un moyen de construire un rassemblement large et unitaire pour dire non. Nul besoin de passeport pour en être, sinon une envie de ne pas se laisser faire et d’être respecté.

Pour que le non résonne très fort et très loin, il doit être porteur d’autre chose, qui va commencer à se défricher dans les multiples débats et confrontations auxquels chacune, chacun, en toute liberté, est invité à prendre part. Chacun ressent combien s’impose le besoin de reconstruire, d’innover, d’inventer pour tenir tête aux forces de l’argent-roi présentes comme jamais dans tous les pores de la société et de ses institutions. En s’y mettant dès maintenant, il est possible de sensibiliser autour de nous nos concitoyens, qui, très nombreux, continuent de porter des valeurs de solidarité, d’égalité, de paix et de défense de la planète.

Les grandes Fêtes de l’Humanité, leur retentissement, se jouent dans la multitude de petites rencontres qui, dans les mois qui les précèdent, permettent de parler de la situation, du programme et des objectifs de l’événement. Nous y sommes ! Alors, ne négligeons aucune occasion de placer le bon de soutien au travail, dans la famille ou auprès de nos voisins. « Chaque homme est une humanité, une histoire universelle », écrivait Michelet. Comment s’accomplir vraiment si ce n’est en conjuguant les espérances et expériences collectives de luttes et libre développement de chacun par le partage d’émotions ?

Partager, voilà, en somme, ce que proposera la Fête de l’Humanité les 15, 16 et 17 septembre prochain. En y venant nombreux, en y conviant ceux que nous côtoyons, nous nous donnerons l’énergie dont nous pressentons avoir grand besoin dans les mois à venir

Fête de l’Humanité : un acte de résistance à la Courneuve comme à Cournon d'Auvergne dans le Puy de Dôme !

En attendant la fête de l'Humanité de la Courneuve nous vous attendons très nombreux à la fête de l'Humanité du Puy de Dôme samedi prochain de 14 h à 22 h à Cournon d'Auvergne (voir le programme sur l'affiche ci-dessus !

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société Politique
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 21:45
CODE DU TRAVAIL : réforme forcée !

S’il y a bien une promesse de campagne que Macron veut tenir et vite, c’est celle de réformer une nouvelle fois le Code du travail.

Objectif : des salariés toujours plus flexibles ! Le projet de loi lui permettant de gouverner par ordonnances a été présenté mercredi 28 juin en Conseil des ministres. L’objectif principal est d’accorder plus de flexibilité à l’entreprise, autrement dit de fragiliser les droits des salariés.

Ce projet de loi encadre les futures ordonnances, destinées, selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, à assurer « plus de dialogue social et économique, qui amène plus de liberté, plus de sécurité ». Ce qui est sûr, c’est que députés et sénateurs seront privés de débattre sur le fond de la réforme. La majorité est seulement conviée à habiliter l’Élysée et Matignon à légiférer sans en passer par aucun amendement et aucun vote. Un déni de démocratie qui n’est pas sans rappeler que la précédente loi travail, dite loi El-Khomri, était, elle aussi, passée en force, Manuel Valls ayant eu recours au 49-3 pour l’im¬poser.

Les contours de la mouture 2017 promettent de modifier les domaines de négociation réservés à la branche professionnelle et à l’entreprise, de fusionner des instances représentatives du personnel (CE, CHSCT…), de plafonner les dommages et intérêts pour licenciement abusif...

D’autres sujets sont sur la table, comme la rupture de contrat de travail qui pourrait permettre au salarié démissionnaire de percevoir des allocations chômage sous conditions. D’autres pans de « nouveautés » devraient concerner le licenciement économique ou le recours au contrat de chantier (un contrat qui menace le CDI), selon le projet rendu public par le ministère.

Cette réforme va plus loin que la très décriée loi travail, qui avait déclenché l’an dernier la plus grande mobilisation sociale jamais connue sous un gouvernement dit de gauche. Mais, entre-temps, la donne a changé, ce qu’a rappelé le Premier ministre Édouard Philippe en Conseil des ministres. Relevant « l’importance » de cette réforme, il « a tenu à rappeler que ce texte avait une légitimité politique », selon le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. Effectivement, dans les derniers jours de campagne des élections législatives qui ont vu triompher la République en marche et offert une majorité de députés à Emmanuel Macron, des infos avaient fuitées. Un peu tard pour que l’opinion publique ne prenne conscience du danger, sans doute.

Certes, l’exécutif prend soin d’organiser une série de réunions de concertations entre organisations syndicales et patronales. Elles vont se poursuivre tout l’été. Une période dont chacun sait qu’elle n’est pas propice aux mobilisations. Comment ne pas y voir la raison pour laquelle le gouvernement souhaite aller vite. Le projet de loi d’habilitation sera examiné au Parlement (députés et sénateurs) du 24 au 28 juillet.

Quant aux ordonnances et à leur contenu réel, elles seront présentées « fin août aux partenaires sociaux, ils en auront la primeur », a assuré la ministre lors d’une conférence de presse. Elles doivent être adoptées en Conseil des ministres d’ici le 20 septembre.

Gageons que cette loi Travail sera au cœur des débats de la Fête de l’Humanité qui se déroulera à La Courneuve les 15, 16 et 17 septembre prochains !

Et à Cournon, salle polyvalente du plan d'eau samedi 8 juillet de 14 à 22 h !

Pour signer la pétition c'est là : http://img.humanite.fr/sites/default/files/images/signer_petition_site_473.png

CODE DU TRAVAIL : réforme forcée !
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique Société
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 22:24
CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT - des actes !CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT - des actes !

Après les promesses, la société civile demande des actes contre le réchauffement. Elle plaide pour un projet social et revendique des solutions en termes d’emploi.

Dire que l’on soutient l’accord de Paris, c’est bien. Le mettre en œuvre jusque sur le terrain social, c’est mieux : les ONG rassemblées au sein du Réseau action climat (RAC) ont exposé ce qu’elles attendent du gouvernement français en termes de lutte contre le réchauffement.

Il y a deux semaines, Emmanuel Macron s’était illustré face à Trump et sa sortie de l’accord international sur le climat. Le président français avait alors promis que son pays se montrerait exemplaire et accélérerait sa transition vers une économie décarbonée.

Le geste, apprécié, ne rassasie par une société civile qui exige maintenant des actes. L’instauration d’une taxe sur les transactions financières (TTF) à l’échelle européenne figure sur la liste. « Elle pour¬rait générer jusqu’à 22 milliards d’euros de recettes », rappelle Armelle Lecomte, chargée de plaidoyer pour Oxfam. Emmanuel Macron a promis que le dos¬sier sera gagné dès juillet. « La France doit maintenant agir pour qu’au moins 50% des revenus de cette TTF soient dédiés au climat et à la solidarité inter¬nationale », assène Armelle Lecomte.

Le gouvernement est aussi attendu sur le terrain économique et social. Alimentation, énergie, gestion des terres, transport ou bâtiment : les ONG passent ainsi au crible tous les secteurs pour lesquels les actions restent insuffisantes, voire contre-productives – par exemple la poursuite du développement autoroutier, au détriment de la mise en œuvre du plan d’action pour la mobilité active.

Exigeant une sortie rapide des énergies fossiles, elles interrogent, enfin, les moyens accordés à l’accompagnement social de cette transition. « Le précédent gouvernement a largement péché sur ce point », souligne Pierre Cannet, pour le WWF, lequel avance la proposition de « contrats de transition écologique ». On ne peut plus mettre les salariés au pied du mur de la transition, avancent en subs¬tance les ONG.

« La question à laquelle il nous faut des réponses, immédiates, c’est  : quels nouveaux emplois, tout de suite ? » résume Morgane Créach, directrice du RAC

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société Politique
commenter cet article
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 17:27
Non à la loi Travail XXL… Non aux ordonnances !

Les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF, qui, l’an passé, ont mobilisé dans l’unité d’action pour le retrait puis l’abrogation de la loi EL KHOMRI, se sont réunies le 22 juin pour faire le point sur la situation sociale.

CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF constatent que le nouveau gouvernement, au-delà d’un semblant de concertation, a décidé de s’attaquer à marche forcée à la réforme du Code du Travail. Le projet du gouvernement aggrave la loi EL KHOMRI en faisant primer les accords d’entreprises au détriment des garanties collectives et du Code du Travail : temps de travail, travail de nuit, congés et jours fériés, indemnités de licenciement, minima conventionnels, contrat de travail…, toutes les normes garantissant des droits pour les salariés sont menacées !

Le projet du gouvernement, c’est également la disparition du CHSCT (comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail) par la fusion des Instances représentatives du Personnel…

C’est aussi renforcer le pouvoir patronal avec le référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur…

Le projet du gouvernement, c’est plus de souplesse et de facilités pour les entreprises… et plus de précarité et de flexibilité pour les salariés ! L’inversion de la hiérarchie des normes, poussée jusqu’au bout comme le prévoit le projet de MACRON, ce n’est plus de normes du tout… C’est le retour à l’individualisation complète du contrat de travail, à l’image du développement du statut d’auto-entrepreneurs où les droits n’existent pas !

CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF constatent que d’autres réformes menacent les travailleurs, les retraités et les jeunes : réforme de l’assurance chômage, réforme de l’assurance maladie avec la suppression des cotisations sociales et l’augmentation de la CSG, réforme systémique des retraites, suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, remise en cause de tous les services publics (enseignement public, hôpital public, collectivités territoriales…) et des garanties statutaires des personnels…

Le programme du gouvernement MACRON, c’est satisfaire ce dont le MEDEF rêve depuis longtemps : « revenir sur tout ce qui a été édifié en 1936 et en 1945 » : sécurité sociale, retraites par répartition, représentation des salariés, protections collectives, services publics, médecine du travail, temps de travail, congés payés… 

Au moment où le Parlement fera sa rentrée,

CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF appellent à un

rassemblement devant la Préfecture du Puy de Dôme

le jeudi 29 juin 2017 à 18 h

A l’heure du début des congés payés, CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF organiseront des diffusions massives de tracts pour informer tous les travailleurs, ceux du département comme ceux qui traverseront le département.

Dès maintenant CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF construisent la mobilisation sociale pour battre en brèche les projets du gouvernement MACRON…

Alors que le gouvernement prévoit la remise en cause de la liberté syndicale et de pérenniser l’état d’urgence, pour CGT, FO, Solidaires, FSU et UNEF, l’état d’urgence, c’est en réalité l’état d’urgence sociale !

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 21:50

Nous avons choisi d'illustrer cet article par des dessins humoristiques en nous disant autant essayer d'en rire devant une situation aussi dramatique, qu'elle donne envie de pleurer ! Ceci en pensant tout particulièrement à l'EHPAD Louis Pasteur de Lempdes et à son personnel !

EHPAD PUBLICS - austérité accrue ! La réforme de la tarification des maisons de retraite, adoptée par le précédent gouvernement a un goût amer pour les établissements publics et associatifs d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (Ehpad).

La réforme de la tarification des maisons de retraite, adoptée par le précédent gouvernement, a un goût amer pour les établissements publics et associatifs d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Dans une situation économique déjà très tendue, leurs budgets vont fondre de 200 millions d’euros selon la Fédération hospitalière de France (FHF), qui s’inquiète du sort des 3 250 établissements du secteur.

Jusqu’alors fixée dans des négociations avec les conseils départementaux en fonction des particularités des établissements, la tarification des soins fera désormais l’objet d’une moyenne départementale.

« Mais au détriment des établissements publics, explique Romain Gizolme, responsable de l’association des directeurs de maison de retraite et services à domicile (AD-PA). Leurs dotations étaient légèrement supérieures à celles des Ehpad commerciaux pour compenser la liberté des prix d’hébergement utilisée comme variable d’ajustement budgétaire par les établissements privés ».

L’AD-PA a demandé un rendez-vous au Premier ministre « puisqu’il n’y a ni ministre ni secrétaire d’État aux Personnes âgées ». Et exige l’abrogation du décret, déplorant « sa logique d’alignement à la baisse ».

La Fédération hospitalière demande, elle, un moratoire au nouveau gouvernement

EHPAD PUBLICS - austérité accrue ! La réforme de la tarification des maisons de retraite, adoptée par le précédent gouvernement a un goût amer pour les établissements publics et associatifs d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (Ehpad).
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société Billet d'humeur
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 20:01

Au sommaire de l'édition du vendredi 19 mai, Patrick Le Hyaric réagit aux sujets suivants : un nouveau gouvernement très à droite ; la plage de la Baule sous la coupe de Véolia ; GM&S Industry menacé de liquidation, Macron à Berlin ; les accords commerciaux européens soumis à la validation des parlements nationaux et le festival Aubercail.

 

(Vidéo un peu longue mais fort intéressante pour comprendre l'actualité de la semaine. Ndlr)

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique Société
commenter cet article