Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 22:30
Retraites le mauvais coup !

Le mauvais coup a un auteur, le Medef.

 

Celui-ci a des complices, la CFDT, la CGC et la CFTC, oublieuses des mots de La Bruyère : « S’il est périlleux de tremper dans une affaire suspecte, il l’est davantage de s’y trouver complice d’un grand ; il s’en tire, et vous laisse payer doublement, pour lui et pour vous. »

Et les victimes se comptent par dizaines de millions de salariés qui se sont vus privés d’une année de retraite et d’une part substantielle de leurs pensions. Il est ainsi devenu possible de retarder l’âge légal du départ en évitant une loi qui, débattue au grand jour, aurait pu susciter des mobilisations massives.

Voilà pourquoi, après s’en être lavé les mains, François Hollande se les frotte : ainsi, l’âge réel de cessation d’activité n’a plus rien à voir avec l’âge légal, au mépris de la représentation nationale.

Pierre Gattaz a donc toutes les raisons d’exulter. Il est parvenu à ne faire payer qu’aux salariés le rétablissement des comptes des retraites Agirc et Arrco, grevés par le chômage et la précarité, puisque le gouvernement lui avait accordé une compensation par l’allégement des cotisations pour les accidents du travail.

Le dispositif n’est pas seulement un concentré d’injustices à l’égard de ceux qui créent les richesses du pays, il est aussi un sale coup porté à l’emploi, à celui des jeunes notamment qui devront encore piétiner à la porte des entreprises. Il est aussi une illustration de la façon dont les milieux dirigeants veulent transformer « le dialogue social » en une arme retournée contre les salariés.

Enfin, ce texte sur les retraites complémentaires témoigne de la vision de l’avenir qu’ont ses promoteurs : en arrière toute, c’est leur vision de la modernité et de la réforme !

 

 

Retraites le mauvais coup !

Appel intersyndical

 

USR 63 CGT, FSU Retraités 63, Solidaires Retraités, LSR

au rassemblement des retraités le 24 novembre à 13h30, place de Jaude, et à 14h devant la Préfecture !

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 21:47
La Coalition climat 21 présente son nouveau plan de mobilisation, dans le Puy de Dôme  aussi !

Vendredi, 20 Novembre, 2015 - Humanite.fr

 

Malgré les récentes interdictions de la marche du 29 novembre et des mobilisations du 12 décembre et suite à la décision de prolonger l’état d’urgence, ces deux dates restent des moments clés de mobilisation citoyennes pour le climat. http://coalitionclimat21.org/fr

Le 29 novembre, ça marche encore pour le climat !

Dimanche 29 novembre, la journée sera placée sous le signe du climat aussi à Paris :

  • Des installations artistiques visuelles et sonores permettront de tracer autrement le parcours de la marche. Ces créations permettront d’exprimer nos messages : rappeler l'urgence de la crise climatique mais aussi témoigner de notre solidarité avec les populations qui sont aux premières lignes de la crise et du changement ; le lien entre climat, emploi et justice sociale ; les solutions qui existent ; les responsables à qui profitent le crime climatique, la nécessité de protéger la nature pour protéger le climat et enfin, la masse citoyenne qui appelle à l'action - des groupes religieux à la jeunesse, en passant par les grands parents pour le climat.

  • Se rassembler autrement : en terrasses de café, dans les boulangeries, les coins de rue, les balcons et les fenêtres, et même sur les vêtements, un symbole commun sera proposé pour exprimer son engagement pour le climat.

  • Marche4me.org : un outil inédit qui permettra à tous ceux qui ne peuvent pas marcher ce jour-là, de Beyrouth  à Bamako en passant par Paris, de se faire représenter par tous ceux qui marcheront en Amérique, en Afrique, en Asie, en Europe. Ces derniers représenteront les marcheurs « empêchés » en arborant leurs photos et prénoms dans les défilés. Le site www.march4me.org permettra ces mises en relation et le déploiement de cette solidarité internationale. Il sera mis en ligne dès le 25 novembre.

La mobilisation sera mondiale à la veille de l’ouverture de la COP21 : les 28 et dimanche 29 novembre, des centaines de milliers de personnes de tous horizons marcheront dans les grandes villes du monde pour faire entendre haut et fort leurs attentes à leurs responsables politiques : à Johannesburg, Berlin, Sydney, Kampala, Ottawa, Barcelone,…57 marches sont prévues en tout.

Les 5 et 6 décembre : rendez-vous à Montreuil pour le Sommet citoyen pour le climat

Du 7 au 11 décembre : la Zone d’action pour le climat se maintient au  CENTQUATRE-Paris

Le 12 décembre : nous maintenons l’appel à une mobilisation internationale !

L’État d’urgence aujourd’hui c’est aussi l’état d’urgence climatique. Les nécessités minimales pour une planète juste et vivable sont des lignes rouges qui sont depuis longtemps franchies. Le 12 décembre, nous nous mettrons en mouvement pour le rappeler.

Nous souhaitons que le 12 décembre soit l’occasion pour les communautés affectées par les changements climatiques et leurs conséquences de s’exprimer, et nous maintenons donc notre volonté d’organiser des actions à Paris dont nous sommes en train de revoir les modalités au vue des circonstances. Elles seront placées sous le signe de la paix et de la justice climatique. Rien ne nous empêchera de faire entendre nos voix à la fin de de la COP21.  

 

Et en attendant ça se passe à Pont du Château, dans le Puy de Dôme le jeudi 26 novembre !


 

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir !

Cliquer sur l'image pour l'agrandir !

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Monde
commenter cet article
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 22:17
Photo Joel Saget/AFP

Photo Joel Saget/AFP

Vendredi, 20 Novembre, 2015 -L'Humanité
 
L'éditorial de Jean-Paul Piérot.
 
Une étape nouvelle a été franchie par les terroristes de l’organisation « État islamique », qui voudraient exporter dans les rues de Paris ou de Saint-Denis la guerre qu’ils livrent contre les peuples de Syrie et d’Irak, tentent d’introduire des divisions au sein de la population française, cherchent à déstabiliser la République, à mettre à mal la démocratie.

 

L’insoutenable vidéo de propagande où il apparaissait hilare au volant d’un pick-up transportant un entassement de corps sanguinolents quelque part en Syrie a fait le tour du monde. Il blaguait, niant l’humanité dans ses victimes, tout comme ses complices qui avaient vidé leurs chargeurs au Bataclan et aux terrasses des restaurants avec la même indifférence. L’annonce, jeudi, de la mort d’Abdelhamid Abaaoud lors de l’assaut lancé la veille par les forces de police contre un groupe terroriste qui avait fait halte à Saint-Denis et projetant, semble-t-il, d’autres crimes a un côté rassurant – même s’il eût été préférable de pouvoir l’arrêter vivant. Si l’opération policière a réussi, elle n’en révèle pas moins que le risque que d’autres attentats de Daech soient perpétrés sur le territoire français est encore élevé.

 

Dans ce contexte extrêmement lourd, une ­semaine après ce vendredi noir du 13 novembre, députés et sénateurs ont été appelés à prolonger pour trois mois l’état d’urgence décrété la nuit du drame par le président de la République. Le vote quasi unanime de l’Assemblée nationale en faveur d’un texte qui par sa nature même introduit jusqu’à la fin du mois de février 2016 un régime d’exception dans notre démocratie doit se comprendre par l’exceptionnelle gravité de la situation que nous traversons. Une étape nouvelle a été franchie par les terroristes de l’organisation « État islamique », qui voudraient exporter dans les rues de Paris ou de Saint-Denis la guerre qu’ils livrent contre les peuples de Syrie et d’Irak, tentent d’introduire des divisions au sein de la population française, cherchent à déstabiliser la République, à mettre à mal la démocratie.

 

Cent vingt-neuf hommes et femmes, de nombreux jeunes ont été assassinés pour cette funeste entreprise. Dès lors, aucune légèreté n’est de mise, et si l’état d’urgence permet de faciliter des mesures de protection de la population et de mettre hors d’état de nuire ceux qui veulent semer la mort, la question n’est pas de le refuser, mais de l’entourer d’une vigilance démocratique exigeante.

 

En effet, certaines mesures du projet qui ­modifie la loi de 1955 sur l’état d’urgence pourraient en dépit des déclarations du gouvernement se ­retourner contre la démocratie et l’État de droit. Elles risquent d’introduire une confusion entre la nécessaire sécurité et la tentation sécuritaire, de traiter inégalement les citoyens selon leurs origines, de considérer de façon extensive la notion de « trouble à l’ordre public » [Par exemple contre le syndicalisme et les syndicalistes - Ndlr].

La démocratie est une arme, sans doute la plus efficace, contre le terrorisme. Cette conviction doit imprégner toute politique de sécurité.

La France doit être protégée du syndrome du 11 Septembre qui valut aux États-Unis le Patriot Act et Guantanamo.

Les grillages de Guantanamo, la prison hors-la-loi. Image: AFP

Les grillages de Guantanamo, la prison hors-la-loi. Image: AFP

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 22:31

Le Front national espère profiter des attentats qui viennent d'endeuiller la France. Wallerand de Saint-Just, tête de liste FN aux régionales en Île-de-France espère récupérer des voix, sur l'assaut de Saint-Denis, en accusant les communistes qui dirigent la municipalité de Saint-Denis, d'avoir "livré" la ville à "l'islam radical". Une accusation qui insulte la réalité d'une ville et ses habitants encore sous le choc.

Le front national est prêt à tout pour récupérer espérer récupérer des voix. Ainsi la tête de liste du Front national aux régionales en Ile-de-France, Wallerand de Saint-Just, et le candidat FN en Seine-Saint-Denis, Jordan Bardella, demandent la "mise sous tutelle immédiate" de Saint-Denis, accusant les communistes d'avoir "livré" la ville à "l'islam radical".

 

"Contrôlant la municipalité depuis plusieurs décennies, le Parti communiste a dénudé Saint-Denis de son identité, livrant sciemment et progressivement ses quartiers à la violence, aux trafiquants et à l'islamisme radical et encourageant l'installation d'associations politico-religieuses extrémistes", ont affirmé les candidats frontistes.

 

Réagissant après l'assaut des forces de l'ordre donné mercredi contre une équipe de jihadistes dans un appartement de cette commune populaire au nord de Paris, MM. Saint-Just et Bardella "demandent la mise sous tutelle immédiate de la ville de Saint-Denis par l'Etat afin de tout mettre en oeuvre dans le but de procéder au désarmement général et à la sécurisation définitive de cette commune", selon un communiqué. Pour eux, "les responsables politiques du département et de la commune de Saint-Denis ont failli à leur tâche (...) leur responsabilité est immense".

 

Tête de liste PS aux régionales, député de Seine-Saint-Denis et président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone avait appelé mercredi matin à ne pas faire de lien entre "les banlieues populaires et ces terroristes qui n'ont rien à voir avec ces populations qui aspirent à vivre normalement".

"Non, nous n'avons pas besoin de tutelle ! Et les citoyens qui nous ont élus n'ont pas à se voir donner des leçons par le Front National", a réagi auprès de l'AFP le président socialiste du département Stéphane Troussel, estimant que par cette "déclaration scandaleuse" le parti insultait les habitants de Seine-Saint-Denis.

 

Le maire PCF de Sait-Denis, Didier Paillard dénonçait les tentatives d'amalgames:

" Certains peuvent effectivement avoir cet esprit un peu tordu, disait-il. Certes, nous avons une population qui vient de 130 pays différents, qui est jeune, mais on a une culture de partage, nos enfants vont dans les mêmes écoles, on fait les mêmes projets pour le devenir des jeunes générations, les musulmans côtoient les catholiques, les athées et tous les autres. Nous avons une force : faire ensemble, vivre ensemble, même si la crise est là et que c’est dur pour les gens modestes. Depuis vendredi, la ville porte une blessure. Les habitants nous disent que ce qui s’est passé n’est pas Saint-Denis avec une certaine incompréhension, de la colère. Ils refusent qu’on nous fasse porter le chapeau, qu’on fasse de nous un nid de terroristes. Ils rejettent cet amalgame. Les deuxième, troisième générations originaires d’Algérie qui vivent ici ont les mêmes rêves que le déraciné du fin fond de la Bretagne qui vit aussi ici."

 

Crapuleux ! Le FN demande "la mise sous tutelle" de Saint-Denis
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 22:27
COP21: les grandes manifestations prévues en France interdites ! Bientôt à Pont du Château !
Jeudi, 19 Novembre, 2015 -Humanite.fr

Le gouvernement français a décidé « de ne pas autoriser » les marches pour le climat prévues dans toute la France, les 29 novembre, veille de l'ouverture de la COP21, et le 12 décembre, au lendemain de sa clôture.

Le gouvernement français a décidé ce mercredi 18 novembre "de ne pas autoriser" les marches pour le climat prévues les 29 novembre, veille de l'ouverture de la COP21, et le 12 décembre, afin "d'éviter tous risques supplémentaires" a annoncé Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et président de la COP21, dans un communiqué publié mercredi. Ce qu’il a confirmé ce jeudi dans un entretien sur France Inter. "C'est une décision difficile et qui décevra sans doute certains de ceux qui envisageaient d'y participer mais, dans le contexte actuel, l'exigence de sécurité s'impose", ajoute le texte.
La présidence de la COP21 a indiqué par ailleurs que cette décision "ne remet nullement en cause" la nécessité "d'accueillir très largement la société civile et ses organisations" durant la conférence pour le climat.  Plus de 300 événements, débats et conférences auront lieu pendant toute la durée de la conférence", a rappelé la présidence de la COP21. "Tous ces événements sont maintenus, à l'exception des déplacements scolaires sur le site du Bourget", a insisté la présidence. De même, indique le communiqué "la totalité des manifestations organisées dans les espaces fermées et aisément sécurisables seront maintenues".

Une décision qui heurte de nombreuses ONG organisatrices des mobilisations qui posent la question: pourquoi interdit-on les rassemblements politiques alors que les marchés de Noël dans les rues, par exemple, sont maintenus ? « Nous sommes tous visés mais nous n’avons pas peur. Nous ne cédons pas à l’angoisse, tout comme nous n’acceptons pas la “stratégie du choc”, qui profite des catastrophes humaines, sociales ou environnementales pour enclencher toutes les régressions, les restrictions des libertés élémentaires et les formes de repli sur soi » réagit Alternatiba, dans un appel repris par notamment pas Attac et signé de 120 personnalités pour maintenir les manifestations. « Nous soutenons les grandes mobilisations citoyennes qui se dérouleront à Paris à l’occasion de la COP21, tels que la marche pour le Climat du 29 novembre, le Sommet Citoyen pour le Climat dont le Village Mondial des Alternatives du 5 et 6 décembre, et la mobilisation du 12 décembre. »

  • Cop21 « Nous ne cédons pas à l’angoisse, nous n’acceptons pas la stratégie du choc »
    Cent vingt personnalités appellent au maintien des mobilisations citoyennes pour le climat.
    Parmi les signataires, des noms de philosophes (Patrick Viveret, Catherine Larrère…), de leaders altermondialistes (Vandana Shiva…), d’écrivains (Suzanne George, Yvan Gradis…) ou d’acteurs (Samuel Le Bihan…). Des personnalités politiques, aussi (Yves Cochet – EELV, Pouria Amirshahi – PS, Martine Billard – PG…). Des universitaires, des syndicalistes, des « citoyens » et des militants d’organisations alternatives ou environnementales, enfin, qui revendiquent le maintien de toutes les initiatives programmées par la société civile en périphérie de la 21e conférence des Nations unies sur le climat.

  • Tous nos articles sur la Cop 21

Bientôt à Pont du Château !

 

Le réchauffement

 

climatique

 

Quelles implications pour les citoyens

et les collectivités ?

 

JEUDI 26 NOVEMBRE 2015

A 19H00 - Pont-du-Château

Mairie : Salle Brosson

 

 

Réunion publique avec :

 

 

Jean Noël AQUA,

Maître de Conférences à l’université Pierre et Marie CURIE, membre du comité de rédaction de Progressistes, conseiller municipal de Paris, enseignant-chercheur

 

Marc BIED-CHARRETON

Représentant de l'association GREFFE, professeur émérite de l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, membre du Fond Français pour l’Environnement Mondial

 

 

ENVIRONNEMENT                                                ENERGIE

            AGIR                                                    CLIMAT                             

     DEVELOPPEMENT DURABLE

                        GAZ DE SCHISTE                                       AGRICULTURE     

            TRANSPORT                              CROISSANCE

                         NUCLEAIRE                ECOLOGIE      

 

COP21: les grandes manifestations prévues en France interdites ! Bientôt à Pont du Château !
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 19:28

Spécialiste de la charte des Nations unies adoptée il y a soixante-dix ans, l’avocat Roland Weyl revient sur la légalité des opérations militaires en cours contre Daech et estime que l’ONU doit agir.

 

Lundi, le président français François Hollande a réclamé, pour battre Daech, « un rassemblement de tous ceux qui peuvent réellement lutter contre cette armée terroriste » et annoncé qu’il rencontrerait ses homologues américain et russe, Barack Obama et Vladimir Poutine. Que vous inspire cette coalition internationale antiterroriste sans mandat de l’ONU ?

Roland Weyl Daech représente une agression permanente contre le peuple syrien et irakien. Et maintenant contre tous les peuples. Ce n’est pas un État, mais une bande armée qui menace la paix mondiale. Le Conseil de sécurité de l’ONU devrait intervenir. Ce n’est pas aux États-Unis, ce n’est pas à nous d’envoyer des frappes contre Daech. Nous ne sommes pas chargés de la police mondiale. Il faudrait que ce soit le Conseil de sécurité de l’ONU, doté d’une force internationale fournie par les Nations unies et sous la direction de son propre état-major, qui règle son compte à Daech. Ce serait beaucoup plus clair et cela respecterait la charte des Nations unies.

 

Que dit précisément ce texte, dont on s’apprête à commémorer le soixante-dixième anniversaire, et que vous tenez à différencier de l’ONU ?

Roland Weyl Il existe une différence fondamentale entre la charte des Nations unies et l’Organisation des Nations unies. Il n’existe pas d’organisation miracle, pas plus que de sauveur suprême. Une organisation est un outil. Il ne peut pas y avoir de pouvoir d’un outil mais il y a un pouvoir par l’outil. C’est comme si, pour la circulation routière, il n’y avait que des gendarmes et pas de Code de la route. Ce qui compte, c’est la loi. La charte des Nations unies a été signée en 1945. Elle établit pour la première fois un droit international universel et égalitaire, alors que, jusque-là, il n’y avait que des rapports de forces entre les puissances. L’ONU a été mise en place un an plus tard, pour appliquer les principes de ce texte. Cette charte donne aux peuples, victimes des guerres, le pouvoir. Les États sont leurs instruments et l’ONU, le lieu où ils « unissent leurs efforts ». Malheureusement, nous assistons à la volonté actuelle du capitalisme mondialisé de récupérer l’ONU à travers la perversion et la manipulation des États. Ces derniers veulent faire de l’ONU leur instrument de gouvernance mondiale sur les peuples.

 

Le droit de veto, dont disposent cinq pays au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, n’empêche-t-il pas la mise en application de la charte des Nations unies ?

Roland Weyl Absolument pas. D’abord, ces cinq pays ne constituent pas un directoire à l’ONU. C’est faux. Il n’ont pas d’autre droit que le droit de veto. Celui-ci n’existe pas dans la charte car il serait contraire au principe d’égalité entre les nations. Pour faire la guerre, il faut l’accord de ces cinq pays au nom « du principe d’unanimité ». Sauf lorsqu’un pays pratique la « chaise vide », comme ce fut le cas avec l’URSS et la guerre de Corée, menée sous mandat onusien sans l’accord de Moscou, en vertu de l’interprétation de la charte faite par la Cour internationale de justice (CIJ). Mais ce veto de fait est utile. Lors de la deuxième guerre d’Irak (en 2003), des manifestants pacifistes ont réclamé ce veto. Celui-ci est fait pour empêcher le Conseil de sécurité de dépasser ses compétences. Il ne doit pas intervenir dans les affaires intérieures des États. Il doit simplement maintenir la paix ou rétablir la paix contre des agressions. En ce qui concerne la lutte contre Daech, je vois mal un des cinq membres permanents utiliser son droit de veto.

 

En attendant que la France saisisse le Conseil de sécurité de l’ONU pour adopter une résolution pour « lutter contre le terrorisme », quelle est la légalité des opérations militaires en cours ?

Roland Weyl C’est la négation pure et simple de la loi internationale. On est revenu à l’époque du rapport entre les puissances.

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 21:28
Les femmes yezidies ont décidé de combattre Daesh (capture twitter)

Les femmes yezidies ont décidé de combattre Daesh (capture twitter)

Elles ont décidé de ne plus subir la terreur et ont formé un bataillon de 123 femmes de 17 à 30 ans qui font littéralement trembler de crainte les combattants terroristes. Leur particularité ? Être entraînées par une ancienne chanteuse à succès.

Lire aussi

Sa guerre à elle : les femmes contre l'Etat Islamique

Xate Shingali, 30 ans est une ancienne chanteuse yézidie. Après avoir obtenu le feu vert du président kurde Massoud Barzani, elle a formé un bataillon exclusivement féminin combattant aux côtés des Pershmergas en Irak.

«Ils nous violent. On les tue.»

Ces amazones ciblent spécifiquement les combattants de l’État islamique. Ce dernier en effet kidnappe régulièrement des filles yazidies, les vend et en fait des esclaves sexuelles. Au total, les djihadistes ont tué plus de 5.000 Yazidis et capturé 500 femmes et enfants.

En savoir plus : Daesh exécute 19 filles qui refusaient de devenir esclaves sexuelles

En savoir plus : Comment Daesh créé une véritable «théologie» du viol

Elles ont pris le nom de «Sun Girls» («Les filles du soleil»), ce qui n’a pas été choisi au hasard, puisque ces combattantes yézidies croient en la protection du soleil.

Autre croyance qui les sert : les djihadistes de Daesh auraient peur d’être tués par une femme, ce qui les empêcherait de connaître les joies du paradis et de ses 72 Houris censées les attendre. 

Mais mieux que personne, ces combattantes savent qu'elles risquent d'être assassinées ou traitées comme des esclaves sexuelles par les djihadistes. Mais animées par un sentiment de revanche sans pareil, elles n'hésitent plus à manier les armes.

En savoir plus : 165 dollars pour un enfant, selon le catalogue des prix des esclaves sexuelles de Daesh

Pop star, ancienne top model, toutes unies contre Daesh

Helly Luv est surnommée la Shakira kurde et combat Daesh avec son arme de prédilection : la chanson. Elle vient de tourner un clip près de la zone de combat en Irak contre les éléments de Daesh, clip qui a été vu plus de deux millions de fois. Ses textes engagés lui ont valu des menaces de mort de la part du groupe terroriste.

Autre femme ayant pris les armes, une ancienne top model d'origine canadienne de 46 ans. Celle qui se fait appeler Tiger Sun est partie pour le Syrie au printemps dernier. Elle s'est retrouvée à combattre l’État islamique sans avoir jamais reçu de formation militaire.  

Tiger Sun, ancienne top-modèle partie combattre Daesh (capture Independent)

Tiger Sun, ancienne top-modèle partie combattre Daesh (capture Independent)

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 22:12
Lundi 16 novembre, Numéro spécial de l’Humanité après les attentats à Paris !
Après les attentats les plus meurtriers de France, L’humanité publie, sur 24 pages, reportages, analyses, décryptages, récits, entretiens et tribunes.
Au sommaire de l'Humanité lundi 16 novembre :
 
Les faits, d’abords, avec les dernières informations sur l’enquête, le profil des terroristes, leurs mortelle chevauchée.
  • Analyse : Face  à la terreur, le piège de la surenchère sécuritaire. 
  • L’impact sur la vie politique et les grands événements (Cop 21, Euro de foot…). 
  • Entretien avec Françoise Dumont, présidente de la LDH contre les risques d’amalgame.
  • Un grand reportage sur l’exemplaire réactivité des services publics, personnels de santé, pompiers, police. 
  • Entretien avec le médecin urgentiste Christophe Prudhomme, qui se trouvait au stade de France vendredi soir.
  • Des reportages à Paris, Saint-Denis, Marseille sur la solidarité, les hommages aux victimes, le besoin d’être ensemble.
  • Points de vue. Le monde de la culture riposte : deux pleine page de tribunes avec  les textes des écrivains Mouloud Akkouche et Valérie Zenatti, du metteur en scène Lazare et de Jack Ralite.   
 
Les racines du mal. 
  • Analyse et infographie sur la France, engagée sur de multiples terrains d’affrontement : la guerre ne peut pas être une issue. 
  • Entretien avec Pascal Boniface, directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques
  • Analyse : D’Al Qaida à Daesh, que cherchent les terroristes ?
 
Les moyens de résoudre la crise. 
  • Analyse : Après l’accord intervenu à Vienne, comment avancer dans la résolution du conflit syrien. Quel rôle pourrait jouer la France dans ce sens ?
  • La solution passe par la résolution du conflit au Proche Orient ?  
  • Reportage. Sur le terrain, les Kurdes face à Daesh. Les combattants reprennent Sinjar, en Irak, une ville stratégique pour faire reculer les islamistes. 
  • Entretien avec Laurence Blisson, secrétaire  générale SM, les moyens de la lutte anti terroriste
  • Entretien avec Elisabeth Roudinesco, sur le climat de peur et d’insécurité qui fait le jeu du Front National.

Intervention de Pierre Laurent à la sortie de l'Elysée, hier dimanche, intervention censurée par France 2

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 22:07
Amitiés de Gaza la vie à Paris la vie !

Ziad Medoukh -· Gaza, Palestine

 

Amitiés de Gaza la vie à Paris la vie ! - Ziad Medoukh

De Gaza sous blocus à Paris sous le choc
De Gaza la souffrante à Paris l’endeuillée
De Gaza l’opprimée à Paris la blessée
De Gaza , les agressions permanentes à Paris les attentats meurtriers
De Gaza la prison à ciel ouvert à Paris la douloureuse
De Gaza l’isolée à Paris la courageuse
De Gaza la détruite à Paris la ville lumière
De Gaza la pacifique à Paris l’accueillante
De Gaza la confiante à Paris la tolérante
De Gaza la dignité à Paris la solidarité
De Gaza l’enclave assiégée à Paris la force de vie
De Gaza la résistante à Paris l’avenir
De Gaza la déterminée à Paris l’espoir
De Gaza la volonté à Paris les valeurs universelles
Le combat, c’est notre combat à nous tous
Contre la haine, contre la barbarie et contre le terrorisme
Pour la liberté, l’amour, la fraternité et la paix
Message de tolérance, message de soutien, message de compassion
Message de sympathie , et message de solidarité
La vie continue à Gaza, et la vie continuera à Paris malgré ces événements tragiques.

 

Amitiés de Gaza la vie à Paris la vie malgré tout !

 
 
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Monde
commenter cet article
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 19:24

En ce triste jour de deuil national nous n'oublions pas ceux qui ont été les boute-feu en Irak, en Syrie, au Mali et ailleurs, tous ceux qui par leurs silences et leur complicité ont pu semer la colère, voire plus, en Palestine !

Qui sème la misère récolte la colère !

Qui entretient la colère récolte... la haine ? ... ? ... ?

Un expert le 14 novembre 2015 devant le Café Bonne Bière à Paris au lendemain des attentats les plus meurtriers commis sur le territoire français. Photo : Kenzo Tribouillard/AFP

Un expert le 14 novembre 2015 devant le Café Bonne Bière à Paris au lendemain des attentats les plus meurtriers commis sur le territoire français. Photo : Kenzo Tribouillard/AFP

Au moins 127 personnes ont été tuées, 180 blessées dont 80 en "urgence absolue" lors de six attaques quasi simultanées vendredi soir à Paris et près du Stade de France, avec pour la première fois en France des actions kamikazes. Attentats revendiqués par le groupe État islamique (EI). François Hollande a déclaré l'état d'urgence et un deuil national de trois jours.
 
Attentats à Paris : la France sous le choc !
En tout, six attaques quasi simultanées ont été menées dans autant de sites, principalement dans les Xe et XIe arrondissements, avec de lourds bilans toujours provisoires. Des fusillades sont survenues dans plusieurs terrasses de bar et de restaurants, en particulier rue de Charonne (19 morts) et rue Alibert (au moins 12 morts). Dans un restaurant, Le Petit Cambodge, à l'intersection des rues Bichat/Alibert "c'était surréaliste, tout le monde était à terre, personne ne bougeait", a raconté une femme. La terrasse de la pizzeria La Casa Nostra rue de la Fontaine au Roi a été également balayée par des rafales de balles. Aux alentours du Stade de France, au moins trois explosions ont retenti vendredi vers 21h20 pendant que 80 000 personnes, dont François Hollande, assistaient au match amical de football France-Allemagne. Le public a été d'abord confiné puis évacué à la fin du match.
 
Au Bataclan, théâtre de l'attaque la plus sanglante avec un bilan provisoire de 82 morts, "on entendait hurler, tout le monde essayait de fuir, les gens se piétinaient... C'était l'enfer", ont relaté des témoins. L'ampleur de cette tragédie a semé l'effroi dans la capitale, à peine plus de deux semaines avant la conférence sur le climat (COP21) au Bourget, au nord de Paris, où sont attendus des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement. Huit assaillants sont morts, dont sept en se faisant exploser.Quatre des assaillants sont morts au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs, le dernier étant tué lors de l'assaut des forces de l'ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade de France, et un autre boulevard Voltaire. Au Bataclan, l'assaut des forces de l'ordre a été décidé "très vite parce qu'ils tuaient tout le monde", a confié une source proche de l'enquête. Les auteurs de cette attaque ont invoqué l'intervention française en Syrie pour justifier leur action, a relaté un témoin. Samedi un peu avant l'aube, des équipes de la police scientifique continuaient de s'affairer devant l'établissement culturel, près de corps recouverts de draps blancs.
 
Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué samedi les attentats dans un communiqué publié sur internet. "Huit frères portant des ceintures explosives et armés de fusils d'assaut ont visé des sites choisis soigneusement au coeur de Paris", indique le communqué.
 

Fuite du Bataclan filmée par un journaliste du "Monde"

État d'urgence et la fermeture des frontières

François Hollande, dans son intervention a exprimé ses pensées pour les victimes. Il a annoncé notamment l'état d'urgence et la fermeture des frontières.
 
«Des attaques terroristes d'une ampleur sans précédent sont en cours. Il y a eu plusieurs dizaines de tués, il y a beaucoup de blessés, c'est une horreur. Nous avons, sur ma décision, mobilisé toutes les forces possibles pour qu'il puisse y avoir la neutralisation des terroristes et la mise en sécurité de tous les quartiers concernés.
 
«J'ai également demandé des renforts militaires. J'ai également convoqué le Conseil des ministres. Deux décisions seront prises: l'état d'urgence sera décrété, ce qui veut dire que plusieurs lieux seront fermés, la circulation sera interdite dans certains endroits. L'état d'urgence sera décidé sur l'ensemble du territoire.
 
«La deuxième décision que j'ai prise, c'est la fermeture des frontières afin que les personnes qui ont commis ces crimes puissent être appréhendées. Nous savons d'où vient cette attaque. Nous devons faire preuve de compassion et de solidarité, mais nous devons également faire preuve d'unité.
 
«Face à la terreur, la France doit être forte, elle doit être grande. Nous devons aussi appeler chacun à la responsabilité. Ce que les terroristes veulent c'est nous faire peur, nous saisir d'effroi. Mais il y a face à l'effroi une nation qui sait se défendre. Nous n'avons pas terminé les opérations. C'est en ce moment que les forces de sécurité font assaut notamment dans un lieu à Paris.»

Les établissements scolaires et universitaires resteront fermés samedi a annoncé la préfecture, hier soir. Ecoles, musées, bibliothèques, gymnases, piscines, marchés alimentaires... La mairie de Paris a annoncé dès hier soir que tous les équipements de la ville de Paris seront fermés aujourd'hui. Les compétitions sportives sont suspendues ce week-end en Ile-de-France. Les établissements publics culturels (musées, salles de spectacle...) seront fermés samedi dans la capitale, a annoncé le ministère de la Culture. La préfecture de police, elle, déconseille à tous les habitants d'Ile-de-France de sortir de chez eux, sauf si cela est vraiment nécessaire.

La préfecture de police annonce la mise en place d'un n° d'urgence pour ceux qui recherchent des proches le : 0800 40 60 05.
Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article