Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 23:02
Ça craque de partout !

En France et en Europe, on vient de vivre des événements marquants. François Hollande n’a pas « renoncé », il ne pouvait tout simplement pas se représenter. Pierre Laurent l’avait indiqué dès le premier « Lundi de gauche » en janvier dernier. On ne voit pas de « lucidité » ou de « courage » dans la déclaration de F.Hollande, mais l’aveu d’un échec, d’une disqualification définitive à parler au nom de la gauche et du progrès après un tel quinquennat.

A la primaire du PS, le candidat Valls sera celui du passif, de la brutalité sociale et démocratique. Après Sarkozy, Juppé et Hollande, il est le pro­chain sur la liste. Après les élections du printemps prochain, il nous faudra réfléchir à tout cela en prenant la juste mesure de ce que provoque aujourd’hui une présidentielle installée au cœur du système, renforcée par le quinquennat, l’inversion du calendrier électoral et les primaires. Depuis le débat sur la déchéance de nationalité, nous avions tous les éléments du puzzle de ce que nous vivons aujourd’hui : le rejet de Hollande et du pouvoir, une droite dure à l’offensive, un FN installé, un PS en très grande difficulté et un débat sur ce que doit être la gauche, ses valeurs et ses combats. Sur le plan européen, les Autrichiens ont rejeté l’extrême droite, qui réalise cependant un score élevé et qui va préparer les élections législatives de 2018. C’est une victoire importante. Allié au FN au parlement européen, un succès du FPÖ aurait conforté Marine Le Pen. En Italie, avec une large participation, le peuple a dit Ciao à Renzi et à sa politique d’austérité et de casse sociale. Les peuples cherchent une issue. Ça craque de partout. C’est la grande question de la période : ouvrir, à partir des colères et des exaspérations polaires, une perspective positive.

A deux conditions, indissociables : le projet et le travail de rassemblement. Face au projet régressif et réactionnaire de Fillon et la tentative du FN d’apparaître comme les seuls à pouvoir porter une alternative pour « protéger » ceux qui seraient les victimes de la mise en œuvre d’une telle politique, on peut faire identifier un projet fort et neuf à gauche. Au moment où la droite ne s’interroge ni sur son existence, ni sur son ambition, on ne doit pas lâcher l’idée de gauche et de progrès. Mais il nous faut aussi le faire dans un moment où la notion de gauche a été déchiquetée par un quinquennat de renoncements et de trahisons, avec un dégoût grandissant du système. Il nous faut donc aussi entendre le cri de celles et ceux qui veulent être écoutés et pris en considération.

Les questions d’égalité et de dignité sont centrales.

Dans un tel moment, entre chiens et loups, où les choses peuvent bas­culer vers le pire ou vers du mieux, il s’agit de rassembler toutes les forces, les ressources, les femmes et les hommes qui ne veulent ni de Fillon et du FN, ni de Hollande, Valls ou Macron…

Cela fait un peu de monde quand même !

Avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, les communistes font élargir le rassemblement en parlant de l’avenir de la France et en agissant pour construire des majorités politiques !

Ça craque de partout !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires