Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 21:52
Philippe Torreton - Photo : AFP « Naïvement je pensais qu'un élève arrivant sans rien à l'école devait pouvoir travailler et apprendre comme les autres... »

Philippe Torreton - Photo : AFP « Naïvement je pensais qu'un élève arrivant sans rien à l'école devait pouvoir travailler et apprendre comme les autres... »

Depuis des jours nous voyons les médias presser jusqu'à plus soif son jus de marron préféré: le coût de la rentrée.

Reportages in situ avec caddies chargés, mères énervées, enfants frustrés ou gâtés, perspectives de rayons de cartables tous plus horribles et toc les uns et que les autres, rien n'y manque. Combien coûtera la rentrée ? Où pourrons nous faire les meilleurs affaires ? Voilà les questions !

Depuis toujours on m'a enseigné que  l'école de la République était gratuite. Et naïvement je pensais qu'un élève arrivant sans rien à l'école devait pouvoir travailler et apprendre comme les autres. Combien de parents savent qu'il y a normalement un budget de fonctionnement qui permet aux écoles d'acheter le matériel nécessaire pour la classe. 

En ces temps de gonflage de torse républicain et d'orgueil national mis en avant au moindre "métingue" politique il serait bon que notre république balaye un peu devant sa porte et rendre l'école réellement gratuite serait certainement un premier coup de serpillère salutaire.

Le principe de gratuité de l'enseignement public exige que les activités d'enseignement qui se déroulent dans les établissements scolaires publics ne soient pas à la charge des parents d'élèves.  

Ce principe de gratuité fut inscrit dans notre constitution en 1946.

Je rêve d'une école conforme à ses principes, c'est naïf peut être mais on ne se refait pas, une école qui donnerait en début d'année à chaque élève de quoi écrire, lire, faire du sport, oui vous avez bien lu faire du sport, car je pense que l'école devrait fournir chaussures, survêtements et tee shirt, l'école devrait être un rempart aux marques et aux marketing asservissant. L'école devrait même assurer les élèves lorsque le contrat d'assurance des parents ne couvrent pas tous les risques. L'Etat verse une allocation de rentrée aux familles afin qu'elles dépensent cet argent à l'hypermarché du coin. Quand on y pense c'est vertigineux, en être arrivé là... Un peu moins de deux milliards d'euros, j'y vois une subvention de la grande distribution, ce serait moins hypocrite que l'Etat fasse des chèques directement à M&Me Leclerc, Auchan, Carrefour and co.

Oui je rêve d'une école à la hauteur de ses slogans, c'est comme cela que la République récupérera ce terrain perdu, en se conformant à son idéal, pas besoin de lois ni de décrets, tout existent déjà, non, juste se rappeler d'où l'on vient, pourquoi nous avons créé cette école de la République. Imaginez la force de frappe d'une région qui lance des appels d'offres pour l'achat de fournitures scolaire, imaginez la quantité et donc le faible prix d'achat, imaginez ce que nos instances qu'elles soient départementales régionales ou nationales pourraient acheter avec ces deux milliards d'euros. Cela permettrait également de limiter les exigences de certains professeurs tatillons obligeant les élèves à se doter de toute une gamme de fournitures ne servant à pas grand si ce n'est satisfaire leur maniaquerie obsessionnelle et de calmer l'ardeur des parents à faire de leur enfant l'élève modèle qu'ils n'étaient pas. Et si cela pouvait enfin permettre une chose, une seule: ne plus voir cette masse de parents poussant des caddies plein de feutres et de cahiers, calculettes en main, ce serait déjà une reculade de l'asservissement et un pas de plus vers la civilisation.

 

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article

commentaires

emma 04/09/2016 14:12

32 €, c'est ce que nous avons par élève pour équiper la classe dans la commune où est mon école. Avec cette somme, nous devons fournir cahiers, classeurs, fichiers (pas à moins de 10 €), petits matériels. Comme nous ne sommes pas magiciens, il est inévitable de demander aux parents d'acheter ce qui manque, pas plus de 20 € dans mon cas.
Nous ne sommes pas à plaindre, puisque certains de mes collègues n'ont que 20 € par enfant pour l'année.
Quand on sait que certaines communes donnent jusqu'à 100 € par enfant et même plus (je ne parle même pas de l'équipement informatique), on voit très bien, rien qu'à ce niveau, que l'égalité n'est vraiment pas la même sur notre territoire.
A quand, une dotation égale pour toutes les écoles et donc tous les élèves ?