Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 20:25

Appel de Résistants et de personnalités liées à la Résistance à riposter à la haine de classe anti-ouvrière et anti-C.G.T.

 

Alors que le monde du travail fait face avec honneur, classe ouvrière et syndicats CGT en tête, à la plus grave offensive antisociale depuis les années trente et quarante, une fascisante campagne de diffamation relevant de la haine de classe et de l’esprit versaillais, voire vichyste, envahit les grands médias publics et privés. Supplétifs de l’Etat policier, des « journalistes » indignes hurlent à la mort contre le premier syndicat de France. Sont particulièrement provocateurs les propos du patron des patrons qui vient de qualifier les courageux syndicalistes CGT de « voyous » et de « terroristes ».
Pas vous et pas ça, Messieurs les représentants d’une oligarchie capitaliste antinationale qui, dès les années trente, finançait les voyous fascistes, fomentait le « choix de la défaite » face à l’Allemagne nazie et déclarait au Front populaire l’Etat terroriste d’Adolf Hitler. Pas vous et pas ça, alors qu’à l’époque déjà, la CGT clandestine de Benoît Frachon était un pilier de la Résistance, des mines de Lens à la « manu » de Tulle en passant par la SNCF et par la métallurgie parisienne. Face à la première « Grande Europe » allemande, les ouvriers et les paysans de France que Vichy traitait de « terroristes » « montaient des mines et descendaient des collines » pour libérer le pays et « seule, dans sa masse, la classe ouvrière restait fidèle à la France profanée » (Mauriac). Pendant ce temps,  les Louis Renault et Cie s’enrichissaient en collaborant comme d’autres aujourd’hui détruisent notre pays en délocalisant ses industries, en ruinant ses paysans en planquant leur fortune dans des paradis fiscaux, en empochant les dégrèvements fiscaux sans contrepartie d’emploi et en faisant main basse sur nos ex-services publics. La vraie « violence » de masse faite au peuple de notre pays, c’est celle-là, c’est celle de l’argent-roi et non la légitime défense de travailleurs qui écornent le profit capitaliste pour tenter, en réalité, de débloquer notre pays malade du tout-profit !


Non, ceux qui cassent la Nation, ce ne sont pas les travailleurs qui défendent l’héritage social et républicain de Jaurès, du Front populaire et du CNR en affrontant le lynchage médiatique et l’Etat policier de Valls (Air-France, Goodyear, etc.), les vrais casseurs de France sont ceux qui, placés à la tête du pays par la confiance de leurs compatriotes, ont violé le Non des Français à la Constitution supranationale et ont soumis notre pays à l’UE supranationale pilotée par Berlin (la loi Travail n’est qu’une transposition de l’euro-diktat qui inspire également la loi Peters en Belgique ou le Job Act en Italie (cette insulte à la fois aux droits des salariés transalpins et à la langue de Dante : mais, comme dit Michel Serres, « il y a plus de mots en anglais sur les murs de Paris qu’il n’y avait de mots en allemand sous l’Occupation » ).
Résister se conjugue au présent, disaient les époux Aubrac. Nous qui avons risqué notre vie pour une France libre, heureuse et souveraine où « le monde du travail » serait « au centre de la vie nationale » (programme du CNR « Les Jours heureux »), nous qui avons vu nos camarades périr pour que vive la France indépendante et la République sociale, nous restons fidèles à nos idéaux de jeunesse en clamant à la face des Gattaz, des Le Pen et de ceux qui trahissent Jaurès en suivant Valls et Macron, « oui, JE SUIS C.G.T. ! ». Unissant comme jadis le drapeau tricolore de Valmy au drapeau rouge des Communards,  nous laissons les privilégiés du capital et leurs commis médiatiques patauger comme un seul homme sur le chemin déshonorant de la haine de classe, digne de Versailles et de Vichy,  contre la classe travailleuse en lutte. Quant à nous, nous restons fermes sur le chemin de l’honneur, celui qui mène à une France libre retrouvant la voie du progrès social que défendent noblement nos camarades de la CGT et des autres syndicats en lutte.


Liste des premiers résistants signataires :
Léon Landini, Officier FTP-MOI, Officier de la Légion d’honneur, Médaille de la Résistance, Grand Mutilé de Guerre, décoré par l’URSS comme combattant de la Résistance
Pierre Pranchère, résistant FTP dès l'âge de 15 ans, détachement Réchossière, 2346ème compagnie dans l'insurrection-libération, croix du Combattant Volontaire de la Résistance, titre de reconnaissance de la Nation, député honoraire
Henriette Dubois-Gastaud dite Nelly, agent de liaison à l'Etat-major zone sud FTPF, officier de la Légion d'honneur, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance.
Arsène Tchakarian, Arsène Tchakarian, dernier survivant du groupe Manouchian (L’Affiche rouge), officier de la Légion d’Honneur
Hermine Pulvermacher, ancienne FTP-MOI, Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier dans l’Ordre National du Mérite
Lina Girelli, ancienne FTP-MOI
Maurice Fraysse, antifasciste, reconstitue dès 1940 la jeunesse communiste en liaison avec Robert Delord héros FTP mort au combat. Entre aux FTPF en Corrèze, puis en Dordogne où il occupe les fonctions de commissaire aux effectifs du 3ème bataillon des FTP Dordogne-sud sous le commandement de « Soleil »
Élise Mazenoux-Pranchère, Résistante aux FTPF de Corrèze, croix du Combattant Volontaire de la Résistance, croix du Combattant de la guerre 1939-1945

Membres de familles de résistants :
Jean-Pierre Hemmen, fils de Résistant fusillé par les nazis
Georges Gastaud, fils de Raymond Gastaud, chevalier de la Légion d’honneur, décoré pour faits de Résistance par la France, les Etats-Unis d’Amérique et par la République populaire de Pologne
Antoine Manessis, fils de Résistant grec (EAM-ELAS) et de Résistante française (2e Bureau FFI Grenoble)
Annette Mateu-Casado, fille de Républicains espagnols communistes et résistants
JanySanfelieu, fille de combattant Républicain espagnol
Gilda Landini, fille de Léon Landini
Mireille Landini, fille de Léon Landini
Marcelle Sage-Pranchère, fille et épouse de résistant, 19
Christiane Combe, professeur de collège retraitée, fille de Jean Tricart, ancien commandant FTP, ancien député de Haute-Vienne 1946-1958,19
Bernard Vitalis, fils de Pierre Vitalis, FTPF supplicié par pendaison par la Das-Reich le 9 juin 1944 à Tulle, 19
Jean-Claude Bezeau, fils de Léonard Bezeau FTPF-PTT en Corrèze, syndicaliste
Nathalie Sage-Pranchère, fille de Pierre Pranchère et petite-fille de résistants, 19
Pierre Peuch, famille de résistants, St. Angel 19

 

Honneur aux nouveaux résistants de la CGT ouvrière !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires