Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 23:15
Rassemblement devant la Préfecture de Clermont-Ferrand le 11-02-2016

Rassemblement devant la Préfecture de Clermont-Ferrand le 11-02-2016

Un recul inacceptable des dotations

Les baisses de dotation de l’Etat mettent les collectivités, plus particuliè­rement les communes et communautés de communes, dans des situations budgétaires alarmantes. En cumul, de 2014 à 2017, l’Association des Maires de France estime à 28 milliards d’euros le manque à gagner pour les collectivités. Il est bien difficile de ne pas mettre ce chiffre en parallèle avec les 41 milliards si généreusement distribués sans contreparties aux entre­prises, plus particulièrement les plus importantes, dont on mesure l’inefficacité pour créer des emplois. Nos communes et nos collectivités sont pourtant à l’initiative de 71% de l’investissement public du pays. Pourtant des arguments injustes démagogiques et mensongers sont encore et toujours avancés pour culpabiliser les élu-e-s locaux, en essayant de les rendre responsables de l’en­dettement public. Qu’est ce qui peut justifier que les collectivités territoriales devraient participer à hauteur de 25 à 30% à la réduction de la dépense pu­blique, alors que leur « part » dans la dette publique est d’à peine 10%, et de moins de 5 % pour nos 36 000 communes ?

 

 

 

MOINS POUR LE CAC 40 PLUS POUR NOS COMMUNES ET LEURS HABITANTS !

Les conséquences

Les premiers éléments qu’il s’agisse des associations d’élus, des consultants, des professionnels du BTP ou du monde bancaire, montrent le risque d’un effondrement de l’autofinancement des collectivités locales, avec de très   fortes conséquences sur l’investissement. Après avoir baissé de 12,9 % pour le bloc communal, l’investissement public local devrait se rétracter de 25 % voire de 30 %, en trois ans. Cela représente une baisse de 31 milliards d’euros en 2013 à 23 milliards d’euros en 2017. C’est considérable ! Les conséquences de ces restrictions de dotations se font durement sentir dans plusieurs secteurs d’activité, et en particulier les entreprises locales du BTP : les carnets de commande se vident et l’activité décroche, les projets d’investissement sont abandonnés, l’emploi local recule. De plus, ces coupes sombres dans la DGF mettent à mal le bouclier social que représentent particulièrement nos communes et l’action de leurs élus. Elles sont désormais privées de leurs moyens pour assurer correctement les services publics de proximité, pour soutenir le mouvement associatif local ou pour assurer le fonctionnement de certains équipements publics.

 

Agir ensemble : pour l’arrêt immédiat des baisses de dotations

Partout où les élus communistes siègent, ils contestent ces baisses de dotations imposées par l’Etat qui placent les élus locaux devant un véritable dilemme, où les habitant-e-s sortent toujours perdant : soit être contraint de s’attaquer aux services rendus, comme avec le non remplacement de nombreux agents de la fonction publique territoriale, avec la hausse des tarifs sociaux et des services municipaux, ou la baisse des subventions à la vie associative, sportive, culturelle ; soit être contraint d’augmenter la fiscalité locale pour pouvoir maintenir des services alors même que la majorité de la population voit déjà son pouvoir d’achat baisser !

Rassemblement devant la Préfecture de Clermont-Ferrand le 11-02-2016

Rassemblement devant la Préfecture de Clermont-Ferrand le 11-02-2016

Cette situation totalement injuste socialement et totalement inefficace économiquement doit cesser.

 

MOINS POUR LE CAC 40 PLUS POUR NOS COMMUNES ET LEURS HABITANTS !

 

 

Dire la vérité sur les conséquences de la baisse des dotations

Durant le deuxième semestre 2015, le groupe des député-e-s Front de Gauche à l’Assemblée nationale a été à l’ini­tiative d’une commission d’enquête, dont le rapporteur été Nicolas Sansu, Maire de Vierzon, député du Cher. Avec la volonté d’apporter un éclairage sans parti-pris sur les conséquences de la baisse des dotations aux communes et aux intercommunalités, durant près de 6 mois, c’est un vrai travail d’investigation qu’ont conduit les membres de cette com­mission.

Les conclusions contenues dans le rapport final prouvent la nocivité de la cure d' austérité imposée aux collectivités. Ainsi par exemple, sur les 42 000 chômeurs supplémentaires du mois de novembre 2015,50% viennent du BTP et l’Etat n’économisera que 5 milliards sur les 11 espérés, avec la perte de recettes due à la baisse d’activité. Cette commission, avec des élus de toute sensibilité, a fourni un travail d’investigation remarquable, mais son rapport a été malheureusement rejeté par les élus de la majorité socialiste alors que ses conclusions prouvaient la nocivité de la cure d’austérité imposée aux collectivités. Comment expliquer une telle attitude ?

 

Il nous faut donc poursuivre un travail d’analyse et de vérité sur les conséquences de la baisse des dotations d’Etat. C’est pourquoi nous invitons largement les élue-s du département et les habitant-e-s à assister à :

DEBAT PUBLIC

Jeudi 18 février 2016 à 18 heures

Salle d’honneur de la Mairie de Pont-du-Château

Avec :

André CHASSAIGNE, député du Puy-de-Dôme

Nicolas SANSU, Maire de Vierzon, Député du Cher et rapporteur de la commission d’enquête sur les conséquences de la baisse des concours de l’Etat aux communes et aux EPCI sur l’investissement public et les services publics de proximité

MOINS POUR LE CAC 40 PLUS POUR NOS COMMUNES ET LEURS HABITANTS !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires