Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 22:07

Il faut, avouons-le, de l’abnégation pour se taper les trois grandes pages que le journal « Le Figaro » consacre au « Communisme », jeudi 22 octobre (même si un récent article de « La Montagne » par Thierry Wolton, nous avait quelque peu préparé, voir notre article du mardi 20 octobre : L’avenir d’une espérance Lettre ouverte à La Montagne et à Thierry Wolton !).

 

Curieux comme un système qu’on disait mort et enterré continue d’agiter le bourgeois.

Sous la plume de charlatans sacrés experts (Stéphane Courtois, Carrère d’Encausse…), on y décrit le communisme avec les mots fleuris habituels : tyrannique, criminel, sanguinaire, goulag, folie.

On connaît la musique. Et son sens de la nuance.

Mais dans tout ce rituel incantatoire, on pioche des perles qui récompensent de l’effort de lecture. Le quotidien par exemple, regrette que les intellectuels, aujourd’hui, « focalisés sur l’ordolibéralisme […] aient abandonné un objet historique bien encombrant ». Autrement dit, nos intellos auraient perdu de leur vigueur anticommuniste « quand ils ne demeurent pas des thuriféraires comme les Badiou ou les Zizek ou quelque trotskiste attardé ».

 

 

Qu’est-ce qui est pire ?

Plus loin, un critique, un certain François Paoli, parlant de livres présentés dans ces pages, en l’occurrence un livre sur Jacques Duclos, écrit : « On a par moment l’impression de lire un rapport de police ». C’est lui qui l’a dit.

Ou encore, à propos de l’URSS, cette blague qui courait les rues de Moscou au temps de Boris Eltsine : « Qu’est-ce qui est pire que le communisme ? C’est ce qui vient après… »

 

Qu’est-ce qui est pire ?

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires