Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 19:24

En ce triste jour de deuil national nous n'oublions pas ceux qui ont été les boute-feu en Irak, en Syrie, au Mali et ailleurs, tous ceux qui par leurs silences et leur complicité ont pu semer la colère, voire plus, en Palestine !

Qui sème la misère récolte la colère !

Qui entretient la colère récolte... la haine ? ... ? ... ?

Un expert le 14 novembre 2015 devant le Café Bonne Bière à Paris au lendemain des attentats les plus meurtriers commis sur le territoire français. Photo : Kenzo Tribouillard/AFP

Un expert le 14 novembre 2015 devant le Café Bonne Bière à Paris au lendemain des attentats les plus meurtriers commis sur le territoire français. Photo : Kenzo Tribouillard/AFP

Au moins 127 personnes ont été tuées, 180 blessées dont 80 en "urgence absolue" lors de six attaques quasi simultanées vendredi soir à Paris et près du Stade de France, avec pour la première fois en France des actions kamikazes. Attentats revendiqués par le groupe État islamique (EI). François Hollande a déclaré l'état d'urgence et un deuil national de trois jours.
 
Attentats à Paris : la France sous le choc !
En tout, six attaques quasi simultanées ont été menées dans autant de sites, principalement dans les Xe et XIe arrondissements, avec de lourds bilans toujours provisoires. Des fusillades sont survenues dans plusieurs terrasses de bar et de restaurants, en particulier rue de Charonne (19 morts) et rue Alibert (au moins 12 morts). Dans un restaurant, Le Petit Cambodge, à l'intersection des rues Bichat/Alibert "c'était surréaliste, tout le monde était à terre, personne ne bougeait", a raconté une femme. La terrasse de la pizzeria La Casa Nostra rue de la Fontaine au Roi a été également balayée par des rafales de balles. Aux alentours du Stade de France, au moins trois explosions ont retenti vendredi vers 21h20 pendant que 80 000 personnes, dont François Hollande, assistaient au match amical de football France-Allemagne. Le public a été d'abord confiné puis évacué à la fin du match.
 
Au Bataclan, théâtre de l'attaque la plus sanglante avec un bilan provisoire de 82 morts, "on entendait hurler, tout le monde essayait de fuir, les gens se piétinaient... C'était l'enfer", ont relaté des témoins. L'ampleur de cette tragédie a semé l'effroi dans la capitale, à peine plus de deux semaines avant la conférence sur le climat (COP21) au Bourget, au nord de Paris, où sont attendus des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement. Huit assaillants sont morts, dont sept en se faisant exploser.Quatre des assaillants sont morts au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs, le dernier étant tué lors de l'assaut des forces de l'ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade de France, et un autre boulevard Voltaire. Au Bataclan, l'assaut des forces de l'ordre a été décidé "très vite parce qu'ils tuaient tout le monde", a confié une source proche de l'enquête. Les auteurs de cette attaque ont invoqué l'intervention française en Syrie pour justifier leur action, a relaté un témoin. Samedi un peu avant l'aube, des équipes de la police scientifique continuaient de s'affairer devant l'établissement culturel, près de corps recouverts de draps blancs.
 
Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué samedi les attentats dans un communiqué publié sur internet. "Huit frères portant des ceintures explosives et armés de fusils d'assaut ont visé des sites choisis soigneusement au coeur de Paris", indique le communqué.
 

Fuite du Bataclan filmée par un journaliste du "Monde"

État d'urgence et la fermeture des frontières

François Hollande, dans son intervention a exprimé ses pensées pour les victimes. Il a annoncé notamment l'état d'urgence et la fermeture des frontières.
 
«Des attaques terroristes d'une ampleur sans précédent sont en cours. Il y a eu plusieurs dizaines de tués, il y a beaucoup de blessés, c'est une horreur. Nous avons, sur ma décision, mobilisé toutes les forces possibles pour qu'il puisse y avoir la neutralisation des terroristes et la mise en sécurité de tous les quartiers concernés.
 
«J'ai également demandé des renforts militaires. J'ai également convoqué le Conseil des ministres. Deux décisions seront prises: l'état d'urgence sera décrété, ce qui veut dire que plusieurs lieux seront fermés, la circulation sera interdite dans certains endroits. L'état d'urgence sera décidé sur l'ensemble du territoire.
 
«La deuxième décision que j'ai prise, c'est la fermeture des frontières afin que les personnes qui ont commis ces crimes puissent être appréhendées. Nous savons d'où vient cette attaque. Nous devons faire preuve de compassion et de solidarité, mais nous devons également faire preuve d'unité.
 
«Face à la terreur, la France doit être forte, elle doit être grande. Nous devons aussi appeler chacun à la responsabilité. Ce que les terroristes veulent c'est nous faire peur, nous saisir d'effroi. Mais il y a face à l'effroi une nation qui sait se défendre. Nous n'avons pas terminé les opérations. C'est en ce moment que les forces de sécurité font assaut notamment dans un lieu à Paris.»

Les établissements scolaires et universitaires resteront fermés samedi a annoncé la préfecture, hier soir. Ecoles, musées, bibliothèques, gymnases, piscines, marchés alimentaires... La mairie de Paris a annoncé dès hier soir que tous les équipements de la ville de Paris seront fermés aujourd'hui. Les compétitions sportives sont suspendues ce week-end en Ile-de-France. Les établissements publics culturels (musées, salles de spectacle...) seront fermés samedi dans la capitale, a annoncé le ministère de la Culture. La préfecture de police, elle, déconseille à tous les habitants d'Ile-de-France de sortir de chez eux, sauf si cela est vraiment nécessaire.

La préfecture de police annonce la mise en place d'un n° d'urgence pour ceux qui recherchent des proches le : 0800 40 60 05.

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires