Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:10

Après avoir 
 privatisé une plage de Vallauris pour ses vacances, 
le roi Arabie saoudite ne veut pas de femmes pour surveiller sa baignade…

 

Le roi Salmane est décidément un hôte difficile à satisfaire. Non content de privatiser la plage de Vallauris (Alpes-Maritimes), un émissaire du monarque saoudien aurait exigé, officieusement, qu’une femme CRS soit écartée de son dispositif de sécurité, afin que celle-ci ne soit pas présente lors des heures de baignade du souverain et de sa suite.

 

La préfecture a très vite démenti l’information. « Des personnels féminins agissent sur le dispositif depuis le début de la visite du roi sans que cela n’occasionne le moindre problème », assure le communiqué publié mardi soir. Pourtant, la CRS en question, choquée, a bel et bien rapporté l’incident à ses supérieurs. La plainte est remontée jusqu’au ministère de l’Intérieur, dont les responsables ont immédiatement réagi… pour que « tout cela reste en off », comme le rapporte l’hebdomadaire Marianne. Raté.

 

Finalement, selon Sylvain Martinache, délégué Unsa CRS dans la zone Sud, la policière se verra changée de mission. « Notre collègue est maintenant affectée au parc, c’est-à-dire à la sécurité du parc automobile », déclare-t-il.

 

Résumons : un roi saoudien, monarque absolu de l’un des pays les plus obscurantistes du monde, chef du courant islamiste wahhabiste, privatise une plage publique, fait interdire une CRS au sein de la sécurité rapprochée offerte par l’État, au prétexte que celle-ci est une femme, et tout cela, avec la bénédiction du gouvernement…

 

On veut bien croire qu’avoir du sang bleu dans ses veines et promis d’acheter des dizaines de Rafale le poussent à certains caprices. On ne peut, tout de même, s’empêcher de se poser une question : si le président français avait été une présidente, aurait-il refusé de lui serrer la main ? L’histoire ne le dit pas. En tout cas, le gouvernement, lui, nous apprend que certains droits peuvent s’effacer devant un gros chèque.

 

Le roi Salmane bannit les femmes CRS

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires