Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 20:53

Le démographe et auteur de « l’Atlas des inégalités » rappelle que « plus un pays est avancé dans l’économie de marché, plus il y a d’inégalités ». Concernant la France, il démonte certaines idées reçues sur une « France périphérique » qui ferait le jeu du FN. Selon lui, l’héritage est la première cause de l’existence des inégalités et de leur creusement.

 

Dans les années 1980, les néoconservateurs anglais et américains présentaient les inégalités comme un phénomène positif... Qu'en est-il aujourd'hui?

 

HERVÉ LE BRAS. Les pays anglo-saxons restent les plus inégaux au monde. Dans « The Spirit Level », Richard Wilkinson a étudié les niveaux d'inégalités de plusieurs pays du monde en les corrélant avec un ensemble d'autres facteurs. Il montre que les inégalités ont presque toujours un rôle négatif. Lorsqu'il met en lien le taux d'incarcération avec la mortalité infantile et les inégalités entre hommes et femmes, il souligne que plus les inégalités sont élevées, plus ces indicateurs sont mauvais. Le sociologue danois Gosta Esping Andersen a écrit « les Trois Mondes de l'État providence ». Il y montre qu'il en existe trois formes, classées selon un indice de « démarchandisation ». Pour résumer, il constate que plus un pays est avancé dans l'économie de marché, plus il y a d'inégalités. Et à l'inverse, plus il y a démarchandisation, moins il y a d'inégalités. Dans ces « Trois Mondes », on trouve les pays nordiques, qui sont les plus universalistes. Là-bas, on peut accéder au logement social sans condition par exemple. On trouve aussi des pays qualifiés de « corporatistes », comme la France et l'Allemagne, où pour avoir accès à un certain nombre de prestations sociales, il faut une affiliation. Par exemple, les régimes spéciaux de retraite. Enfin, les pays comme la Grande-Bretagne et les États-Unis sont des régimes de lutte contre la pauvreté : on s'occupe des pauvres, mais de façon presque humiliante. En Grande-Bretagne, c'est le « social housing » dans des zones précises avec des tickets d'alimentation, au lieu de verser une allocation. Ces trois stades correspondent bien à un degré de marchandisation inégal : très fort en Grande-Bretagne, plus moyen en France et en Allemagne, et faible dans les régimes nordiques. Gosta Esping Andersen montre également l'origine de ces différences. Par exemple, dans les pays Scandinaves, il a mis en évidence une unité d'action de la classe paysanne et de la classe ouvrière. On n'est pas arrivé à le faire en Allemagne et en France.

 

 Est-ce que ça confirme la thèse d'une « France périphérique » ?

H. L. B. C'est un résumé un peu simpliste. La société fonctionne bien dans des régions périphériques comme le sud de l'Aveyron par exemple, ou l'Ouest profond, de la Mayenne à la Vendée. C'est donc une simplification abusive. Ce qu'il faut regarder, c'est la ségrégation sociale autour des grandes métropoles et les différences entre les grandes régions. De surcroît, ceux qui mettent en avant cette idée de France périphérique ont des arrière-pensées anti-immigration. Ils expliquent notamment que les gens ont fui les zones périphériques parce qu'il y aurait beaucoup d'immigrés, ce qui est complètement faux. Les immigrés sont beaucoup plus centraux que le reste de la population.

 

 

 

Atlas des inégalités en France

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires