Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 21:07
L’examen de la loi Macron ravive les critiques ! Et ce n'est rien de le dire !

Julia Hamlaoui - Vendredi, 16 Janvier, 2015 - L'Humanité

À l’heure du passage en commission spéciale du projet du ministre 
de l’Économie, le gouvernement tente de déminer le terrain avec plus de succès à droite que parmi les voix critiques de la gauche.

Christophe Morin / IP3

Christophe Morin / IP3

À l’heure du passage en commission spéciale du projet du ministre 
de l’Économie, le gouvernement tente de déminer le terrain avec plus de succès à droite que parmi les voix critiques de la gauche.

La commission spéciale chargée d’examiner la loi Macron est au travail depuis lundi. À raison de trois séances par jour, elle entend bien venir à bout du projet, de ses 106 articles et quelque 1 758 amendements, d’ici dimanche. Le gouvernement espère déminer le terrain avant le début de l’examen du texte en séance publique à l’Assemblée nationale à partir du 26 janvier. Première stratégie pour voir aboutir le projet libéral du ministre de l’Économie officiellement baptisé « loi pour la croissance et l’activité », en appeler à « l’unité nationale », exaltée par certains depuis les marches du week-end dernier. Outre les déclarations du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, c’est sur ce terrain que le premier secrétaire du PS semblait embrayer à l’occasion de ses vœux, mercredi : « Chacun garde ses convictions. Mais l’état d’esprit a changé et je suis persuadé que chacun cherchera à exprimer ses positions dans un climat nouveau. » Emmanuel Macron estime aussi que « la pression politique (a baissé) de telle sorte que, à présent, le débat puisse se concentrer sur les aspects techniques », selon le Monde. Pourtant, c’est bien sur le fond du texte de loi que les oppositions à gauche se sont fait entendre. « C’est un fourre-tout ultralibéral qui additionne toute une série d’articles animés par une unique philosophie : la déréglementation sociale, pour qu’émergent de nouveaux secteurs de profits », relève notamment Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et sénateur de Paris.

L’examen de la loi Macron ravive les critiques ! Et ce n'est rien de le dire !

L’ultralibéralisme comme solution

À tel point que le débat en commission donne parfois jusqu’à l’impression de se tenir à front renversé. « Si un jour on m’avait dit que c’est un gouvernement socialiste qui considérerait l’ultralibéralisme sauvage dont on nous rebat les oreilles comme la modernité… » a notamment ironisé Julien Aubert, député UMP du Vaucluse, lors de l’examen par la commission des articles portant sur la profession d’huissier. D’ailleurs, certains à droite, à l’instar d’Hervé Novelli (UMP), jeudi, dans l’Opinion, jugent que le texte contient des « avancées évidentes ».

À gauche, on n’en finit pas de déterrer de nouvelles raisons de s’opposer au projet. Outre l’extension du travail du dimanche, qui a cristallisé nombre de critiques, l’ancien inspecteur du travail et membre de l’aile gauche du PS, Gérard Filoche, a exhumé un article qui « modifie, en toute discrétion, la notion même de contrat de travail ». Par « une soudaine modification de l’article 2064 du Code civil », explique-t-il dans une tribune au Monde, le projet de loi Macron « tente un pas dans le sens » du Medef, qui « milite pour passer d’un contrat de travail synallagmatique (supposant un échange d’obligations réciproques) et collectif, à un contrat civil individuel de gré à gré », et qui, en ce cas, relèverait du « juge civil et non plus des prud’hommes ».

Mon dessin préféré de Wolinski !

Mon dessin préféré de Wolinski !

Après le moment d'émotion ci-dessus, le retour à la triste réalité !

L’examen de la loi Macron ravive les critiques ! Et ce n'est rien de le dire !

Partager cet article

Repost 0
Michel Bouchet - dans Politique
commenter cet article

commentaires