Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 21:38

Lancée il y a moins d’un an, la formation de Pablo Iglesias bouleverse le paysage politique espagnol. Les sondages lui octroient une possible victoire aux élections générales de 2015. Ce parti est parvenu à capter le « basta ya » généralisé d’une société en rupture avec les institutions.

 

Dans la famille Caballero Gonzalez, commençons par Jordi. Mécanicien de soixante et un ans, il est au chômage, comme 6 millions d’Espagnols. Sans détour, il affirme qu’il votera, l’an prochain, lors des élections générales, Podemos. Interrogez Flora, cinquante-sept ans, femme au foyer, vous obtiendrez la même réponse. Idem pour leur fils, Javi, vingt-huit ans, technicien en systèmes informatiques. Le programme de la formation, qui a vu le jour il n’y a même pas un an, en janvier 2014, ne circule pas. En tout cas, pas entre leurs mains. Et pourtant, les Caballero Gonzalez voteront pour ce parti qui, cinq mois après sa création, a obtenu 1,2 million de voix aux élections européennes et envoyé ainsi cinq eurodéputés qui siègent depuis au sein du groupe de la Gauche unitaire (GUE). Pourquoi un tel succès ? « La mauvaise politique, la corruption, la réforme du marché travail qui a conduit à plus de chômage », dit Jordi. « Il peut y avoir un changement », espère Flora. « Après tant d’années de crise, ni le Parti populaire (PP, droite) ni le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) n’ont apporté de réponse », déclare Javi.

 

Un récent sondage confirme les enquêtes de ces derniers mois : Podemos se hisse en tête des intentions de vote avec 28,3 %, dépassant la droite, larguant, loin, le Parti socialiste, et laminant les autres formations qu’elles soient nationalistes ou à la gauche de la gauche, comme Izquierda Unida (IU). La formation est un phénomène, à l’origine d’un big bang.

La fulgurante ascension de Podemos

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires