Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 23:20
Mardi 4 novembre : Près de 500 gaziers et électriciens [et des usagers, nous y étions ! Ndlr] manifestent à l'intérieur du barrage de Bort-les-Orgues !

Près de 500 [environ 600 pour les organisateurs qui ont fait un comptage rigoureux ! Ndlr] gaziers et électriciens [et des usagers ! Ndlr] de l'Auvergne et du Limousin ont manifesté mardi matin au barrage de Bort-les-Orgues, aux confins de la Corrèze et du Cantal. Ils redoutent une ouverture à la concurrence de l'activité liée aux barrages hydrauliques.

  • Par Evelyne Rimbert

Manifestation de plusieurs centaines de gaziers et électriciens au barrage de Bort-les-Orgues Reportage : Fabien Gandilhon, Laurence Couvrand. Intervenants : Béatrice DUBREUIL ( Secrétaire générale CGT Energie Corrèze-Cantal), Laurent DUPLESSIS (Délégué CGT Hydraulique).

Les barrages d'EDF bientôt livrés au privé. Signez la pétition!

 

La concurrence à l'assaut des barrages d'EDF 

 (Extraits d'un article de l'Usine Nouvelle)

"Les grands énergéticiens européens sont sur les rangs. Le cinquième du potentiel hydroélectrique français, détenu à 80% par EdF, pourrait changer de mains dans les cinq ans à venir.

L’exploitation des barrages hydroélectriques en France est à la veille d’un grand bouleversement. EdF, l’opérateur historique, et GdF Suez, le deuxième producteur hexagonal de « houille blanche », s’apprêtent à faire face à une rude concurrence. Celle des grands énergéticiens européens soucieux d’étendre leur territoire. Après des mois d’atermoiements, la bataille est imminente. La France va ouvrir à la concurrence 20% de son parc hydroélectrique

(....)

Concrètement, les concessions de certains barrages arrivent à leur terme. La loi impose que leur renouvellement ne soit pas automatique. Les droits d’exploitation doivent faire l’objet d’appels d’offres publics. Cette mise en concurrence répond à un double objectif: d’une part, mettre la France en accord avec l’ouverture du marché de l’énergie imposée par l’Union européenne et, d’autre part, augmenter la production hydraulique de 10%, afin d’atteindre 23% d’électricité produite à partir de sources renouvelables en 2020, comme l’a demandé le gouvernement. Comme tous les sites potentiels sont d’ores et déjà équipés, il s’agit d’améliorer le rendement des installations existantes."

On peut douter que ce deuxième objectif soit atteint un jour, EDF étant de loin la société la plus performante techniquement.

 

 

Une privatisation contre les citoyens :

dessin Besot

dessin Besot

Les Français ont déjà expérimenté avec les privatisations de l'eau et des autoroutes ce qu'il en coûtait de donner aux capitalistes les infrastructures payées par leurs impôts: on les tond comme des moutons. Il est donc facile de prévoir ce qui va se passer avec la privatisation des barrages hydrauiques:


 

  1. L'exploitant disposerait à sa guise de l'électricité. Les consommateurs qui ont financé les infrastructures hydrauliques françaises ne bénéficieraient plus de l'électricité produite à bas coût. En remettant en concurrence les concessions, on perd définitivement le contrôle sur l'énergie la plus compétitive du mix énergétique.  

  2. Aucune garantie sur les usages de l'eau. Les nouveaux concessionnaires pourraient, au nom de leurs propres profits, ignorer toute gestion de l'eau = les intérêts des consommateurs, du réseau hydrographique, des irrigants, du tourisme ou de la pêche voire même de la prévention des crues,. 

  3. Destruction d'emplois inévitable.  Pour les rapporteurs, si les exploitants actuels perdent leurs concessions, cela ne pourra qu'entraîner des destructions d'emplois, ou des mobilités forcées. Aujourd’hui, les activités supports, indispensables au bon fonctionnement des centrales, sont réalisées par des entreprises françaises. L’arrivée de nouveaux concessionnaires étrangers verrait disparaitre ces entreprises locales alors qu'au contraire, «une filière intégrée française créerait des emplois». 

  4. Absence totale de réciprocité avec les autres pays européens  «Aucun autre pays n'ouvre son parc hydroélectrique comme la France, la réciprocité n'est pas au rendez-vous, la France est la seule à se lancer dans une telle procédure, tous les autres la contournent». soulignent en substance les rapporteurs. 

  5. Découpage inadéquat des vallées.  On saucissonne des ensembles de productions cohérents et on fragilise et désoptimise le système actuel, puisqu'on se retrouve avec des exploitants différents aux intérêts divergents et mêmes concurrents sur une même chaîne de barrages.

 

DITES NON A CETTE PRIVATISATION !


 

SIGNEZ LA PETITION !


 

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Société
commenter cet article

commentaires