Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 22:14

La course avec la justice est engagée. Sarkozy n’a d’autre choix que de miser sur un nouveau bail à l’élysée pour échapper aux affaires qui le cernent. d’où sa candidature à la présidence de l’UMP, première étape pour 2017.comme d’habitude, il est prêt à tout pour y arriver, surtout à mentir. :il l’a prouvé lors de sa récente interview télévisée.

 

Les affaires : « Je suis lavé »
Principale menace pour lui, Nicolas Sarkozy n’est inquiété dans pas moins de sept affaires qui intéressent les juges. Naturellement, l’ancien président s’est employé sur le plateau de France 2 à expliquer qu’il n’avait rien à voir avec celles-ci, même lorsqu’il a été soumis à un interrogatoire. Nicolas Sarkozy a cité notamment l’affaire Karachi, sur laquelle il a dit avoir été blanchi : « Aujourd’hui, je suis lavé de tout soupçon. » Il a pourtant été placé sous statut de témoin assisté, ce qui pourrait permettre à la Cour de justice de la République de le mettre en examen si elle a des éléments à charge contre lui. L’ex-président a également rappelé son non-lieu dans l’affaire Bettencourt. Certes, mais il est désormais mis en examen pour « corruption » dans l’affaire Azibert, du nom du magistrat que l’on soupçonne de l’avoir renseigné sur la procédure de saisie de ses agendas... dans l’affaire Bettencourt.

 

« Le référendum, c’est la clé »
Nicolas Sarkozy a affirmé haut et fort qu’il faudrait développer le recours au référendum... « Le référendum, c’est la clé ! » a-t-il clamé sur le plateau du 20 heures. Pourtant, en 2007, il avait déjà promis l’instauration de « référendums d’initiative partagée ». Cette nouveauté n’a été votée qu’en février 2013 par le Sénat et à l’initiative de l’UMP, qui visait ainsi la loi sur le mariage pour tous... Surtout, Nicolas Sarkozy a la mémoire courte. Il est le président qui a trahi le non des Français au référendum de 2005 contre le TCE en le faisant revenir sous la forme du traité de Lisbonne voté par les seuls parlementaires...

 

Se poser comme l’homme du rassemblement
L’ex-président s’est posé en « rassembleur ». Il dit vouloir non seulement unifier la droite sous la même bannière, mais aussi dépasser le clivage droite-gauche. Le Nicolas Sarkozy qui a été rejeté par les Français en 2012, en raison notamment de ses discours musclés montant les citoyens les uns contre les autres, aurait-il changé ? Déjà sur le plateau du 20 heures, le masque a commencé à tomber. L’idée du recours au référendum, par exemple, nécessaire selon lui « quand certains corps intermédiaires, certaines élites bloquent le débat ». Traduire, lorsque des syndicats de salariés sont en lutte contre une réforme antisociale. Voilà qui devrait « rassembler » les Français...

Mensonges de Nicolas Sarkozy

Le pragmatisme pour doctrine économique
En matière économique, sociale et fiscale, pour Nicolas Sarkozy, « la question n’est pas de savoir si on est socialiste ou libéral ». La politique menée par l’actuel gouvernement, jugée trop à droite par les sympathisants de gauche, peut lui donner du grain à moudre en légitimant le discours de son camp. C’est justement ici que figure ce mensonge énoncé au nom du « pragmatisme ». En déclarant que « notre modèle doit être complètement refondé », c’est une politique économique très à droite que nous prépare l’ex-président. Pour l’instant, 55 % des Français ne voient pas son retour d’un bon oeil. Ils sont cependant 73 % à droite à le soutenir, contre 90 % à gauche qui ne l’ont pas trouvé convaincant. Le clivage droite-gauche a la vie dure !

 

Rien sans lui
Autre grand mensonge de la séquence du retour de Nicolas Sarkozy. Dans sa déclaration sur Facebook, comme au journal de 20 heures, il s’est employé à dépeindre une situation du pays, selon lui, grave. Un noir tableau qui appelle un « homme providentiel », malgré ses dénégations. Nombre d’analystes l’ont considéré comme adoptant la posture de De Gaulle. Un costume un peu grand pour lui.

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires