Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 22:54
Nicolas Sarkozy piétine l'indépendance de la justice !

« Cerné par les affaires, Nicolas Sarkozy a adopté une stratégie : crier au complot, dénoncer des juges rouges qui lui en voudraient personnellement, se présenter comme le recours qu'attendent les Français... Il n'innove pas : il avait déjà remis en cause la façon de procéder du juge Gentil dans l'affaire Bettencourt ; surtout, il reproduit exactement le même schéma que Berlusconi ».

Nicolas Sarkozy piétine l'indépendance de la justice !

Nicolas Sarkozy piétine l'indépendance de la justice - Jeudi, 3 Juillet, 2014

 

C’est la contre-offensive à l’UMP: Nicolas Sarkozy et ses proches accusent le gouvernement d’avoir monté un cabinet noir pour influencer la justice. Exactement ce pourquoi l’ancien président est mis en examen. Lors de son intervention télévisée, jouant la victimisation, il a d'abord parlé à l'électorat de droite, testant l'idée de son éventuel retour...

Nicolas Sarkozy piétine l'indépendance de la justice !

Dans sa stratégie de défense, exposée mercredi soir devant les caméras de TF1, Nicolas Sarkozy reprend les mêmes thèmes que dans sa tribune au Figaro en mars dernier, quand il comparait la justice française à la Stasi. L’UMP renoue ainsi lourdement avec les attaques contre Christiane Taubira, la ministre de la Justice, dénonçant « une instrumentalisation politique » de la justice. Argument vite repris par ses lieutenants qui amplifient, à l’image de Nadine Morano : « Ce qui m'avait profondément choquée au moment du remaniement, c'est que Christiane Taubira reste encore ministre de la Justice. Mme Taubira a menti devant tous les Français devant les caméras avec un papier à l'appui démontrant qu'elle était au courant de ces écoutes. On voit bien que nous sommes dans un pouvoir socialiste totalement manipulateur ». C’est pourtant Nicolas Sarkozy qui est mis en examen, soupçonné d’avoir mis en place un cabinet noir pour neutraliser les juges qui enquêtaient sur lui. « C’est un paravent indécent, malsain et imprudent pour essayer de faire pression sur la justice et inverser les rôles : la victime n’est pas Nicolas Sarkozy » s’insurge Éric Coquerel, Secrétaire National du PG. Pour le porte-parole du PCF Olivier Dartigolles, « en parlant des magistrats en charge du dossier de -petite minorité militante-, Sarkozy a enfilé de très gros sabots. Évitant les questions judiciaires, il était surtout venu parler à l'électorat de droite. » Il conclut : « Nicolas Sarkozy aime -passionnément son pays-... un peu moins sa justice qui doit poursuivre son travail sans pression ni menace. »

Nicolas Sarkozy piétine l'indépendance de la justice !

« Le syndicalisme est devenu un des plus grands maux de la magistrature »

Encore plus problématique sont les attaques contre la juge Claire Thépaut, qui a mis en examen Nicolas Sarkozy notamment pour corruption active, tout simplement parce qu'elle appartient au Syndicat de la magistrature (SM), classé à gauche. « Est-il normal qu'on choisisse (...) un magistrat qui appartient au SM » et « dont l'obsession politique est de détruire la personne contre qui il doit instruire à charge et à décharge? » a lancé l’ancien président. Une véritable discrimination syndicale. Encore une fois l’argument lancé, Nadine Morano le pousse à l’extrême : « La justice gagnerait à avoir le même comportement que l'armée et ne pas avoir la possibilité d'être syndiquée pour pouvoir exercer son métier dans la plus grande sérénité et en toute impartialité et aujourd'hui, ce n'est pas le cas ». Henri Guaino frappe à son tour, il y a selon lui une « volonté d'abaisser, d'humilier » dans la procédure judiciaire conduite contre Nicolas Sarkozy. L'élu des Yvelines enfonce le clou: « je pense que le syndicalisme est devenu un des plus grands maux de la magistrature ». « Il faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature » a-t-il martelé sur BFM.

Dans un communiqué, le Syndicat de la Magistrature répond à Nicolas Sarkozy avec calme et fermeté : « Il fait l’amalgame entre la critique par un syndicat, personne morale, d’une politique menée et l’action d’un magistrat directeur d’enquête, dans le cadre de ses fonctions. Il feint d’ignorer qu’un juge, même syndiqué – ce qui est un droit constitutionnellement reconnu – n’en est pas moins impartial. Parce que, comme tout magistrat, il respecte les règles du procès équitable et du contradictoire qui garantissent à chacun d’être jugé sans a priori. »

Pas directement dans le sujet mais nous aimons bien cette image !

Pas directement dans le sujet mais nous aimons bien cette image !

« L’Humiliation » de la garde à vue

« Il y a eu une volonté de m'humilier en me convoquant sous le statut de la garde à vue », a également accusé Nicolas Sarkozy. « Ne pouvait-on pas me convoquer pour que je réponde aux questions des juges? Devais-je absolument avoir rendez-vous à deux heures du matin avec les deux dames qui m'ont convoqué? ». Là encore, le Syndicat de la Magistrature remet les pendules à l’heure. « Pendant ce temps-là, chaque jour en région parisienne (et ailleurs), des quidams passent non pas 15 heures mais bien plus, 24, 48 heures ou plus en garde à vue. Et poursuivent leur « nuit » dans les dépôts : ces prisons souterraines des tribunaux où ceux-là - précaires, étrangers, banlieusards – croupissent pendant encore 20 heures dans l’attente de leur comparution devant un juge. […] Qu’ont-ils fait ? Des ventes à la sauvette, des usages de stupéfiants, des vols et recels de montant dérisoire… Autant d’infractions mineures que quinze années d’obsession sécuritaire ont rendu responsables de tous les maux. Autant d’infractions mineures qui remplissent nos prisons insalubres. Où est donc la brutalité de l’institution ? »

Au-delà, sur fond de crise de l'UMP et dans la perspective de 2017, il s'est adressé directement à l'électorat de droite, pour évoquer l'hypothèse de son retour à la vie politique.

Là encore, la vidéo, un peu ancienne, n'a pas un rapport direct avec le sujet de l'article, mais nous aimons bien !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Editos
commenter cet article

commentaires