Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 22:21
Devrons-nous avoir honte de la France, pays des Droits de l'homme ?

L'article de ce soir est difficile à écrire. Peut-on, doit-on avoir honte de notre France, pays des Droits de l'homme ? Si vous avez la réponse à cette question, merci de nous le faire savoir !

Devrons-nous avoir honte de la France, pays des Droits de l'homme ?

D'abord cette nouvelle, passée presque inaperçue, un jeune palestinien de 16 ans enlevé à Jérusalem-Est par des israéliens, torturé puis brûlé vif.

Silence assourdissant de la communauté internationale !

 

Devrons-nous avoir honte de la France, pays des Droits de l'homme ?

Barbarie : ils tuent en Palestine grâce au silence de « la communauté internationale »

Mercredi, 9 Juillet, 2014

Communiqué de l'Union juive française pour la paix.

La logique criminelle et illégale de la vengeance israélienne s'étend à toute la Palestine et à Gaza une nouvelle tuerie de masse est en marche.

Pour la seule journée du 8 juillet, il y a eu plus de 220 raids israéliens. 28 Palestiniens sont morts (dont trois enfants et deux femmes) à la suite des bombardements aériens et par mer. Ils n’auront droit à aucune compassion de François Hollande. Pour « justifier » ces exécutions extrajudiciaires, l’occupant israélien qualifie à l’avance les victimes de « terroristes » ou de « membres du Hamas ». Depuis le début du blocus de Gaza, si l’on enlève les 1400 morts de « Plomb Durci » (2008-2009) et les 160 morts de « Piliers de la défense » (novembre 2012), près de 700 civils palestiniens ont été exécutés par des tirs aériens à Gaza.

Les principaux dirigeants français, européens ou américains ont manifesté leur émotion à la suite du kidnapping et de l’exécution des trois jeunes colons. Pas de condoléances pour le massacre d’un jeune Palestinien de 16 ans, Mohammad Abou Khdeir. L’occupant a longtemps fait croire qu’il s’agissait d’un règlement de compte inter-palestinien avant que les coupables, des colons pogromistes, ne soient découverts. Quelle crédibilité peut-on accorder aux accusations des autorités israéliennes contre le Hamas ?

Que signifie cette offensive générale, cette « punition collective » formellement interdite par le droit international ? Pourquoi ces bombardements massifs, ces arrestations de plusieurs centaines de personnes, dont des élus et des prisonniers récemment libérés, ce bouclage de toute la Palestine ?

Il n’y a aucune symétrie possible entre l’occupant et l’occupé, entre un régime colonial et un peuple qui a le droit de résister.

Avec la mobilisation des réservistes en Israël, un nouveau crime de grande ampleur est en marche.

Comme nous l'écrit quotidiennement Ziad Medoukh depuis Gaza assiégée, Gaza résiste et conserve dignité et espoir.

Nous devons empêcher le massacre annoncé. Nous devons forcer nos dirigeants complices à exiger d’Israël l’arrêt immédiat de l’agression, des bombardements, des arrestations et des exécutions sommaires.

Nous appelons à descendre dans la rue partout où il y a des manifestations en solidarité avec la Palestine. [RASSEMBLEMENT pour GAZA et la Palestine, le jeudi 17 juillet à 18h, Place de Jaude à Clermont-Fd. Ndlr]

 

le Bureau national de l'UJFP

Entretien avec le Premier ministre israélien : communiqué de l'Elysée http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/entretien-avec-le-premier-ministre-israelien/

Entretien avec le Premier ministre israélien : communiqué de l'Elysée http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/entretien-avec-le-premier-ministre-israelien/

Entretien avec le Premier ministre israélien

Publié le 09 Juillet 2014

 

Le Président de la République a eu ce soir un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien, Benyamin NETANYAHOU. Il lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces.

Le Président de la République rappelle la nécessité de prévenir l’escalade des violences.

Devrons-nous avoir honte de la France, pays des Droits de l'homme ?

Israël-Palestine : Hollande

choisit son camp !

En exprimant « la solidarité de la France » avec Israël sous le prétexte de tirs de roquettes en provenance de Gaza sans prononcer le moindre mot sur les bombardements, les assassinats, les rafles et les ratonnades à Gaza et en Cisjordanie occupée, le président de la République vient d’impliquer notre pays dans une opération criminelle contre un peuple en lutte pour sa survie : le peuple palestinien. Il y a pire. En déclarant qu’il appartient « au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces », le président de la République incite à la guerre.

Il ne s’agit plus seulement de complicité. Il s’agit de l’implication officielle de la France dans le camp de la droite israélienne. Désormais, Paris ne s’en tient plus aux formules diplomatiques qualifiant les actions israéliennes de « disproportionnées ». Paris joue ouvertement la carte de l’affrontement, des destructions, des meurtres et des emprisonnements de masse.

Les autorités françaises acceptent que des citoyens français intègrent une armée étrangère (l’armée israélienne) violant ainsi les lois internationales. Elles acceptent un mur de près de 700 kilomètres, une construction condamnée par les instances internationales. Elles acceptent l’apartheid instauré en Cisjordanie occupée. Elles acceptent et incitent à la guerre alors que tous les efforts devraient viser l’arrêt des violences et la construction de la paix. François Hollande a choisi son camp. Ce n’est pas celui des pacifistes israéliens. Encore moins celui du peuple palestinien martyrisé, écartelé, réprimé.

Alors, nous reposons la question :

Devons-nous avoir honte

  • de notre pays, patrie des droits de l'homme ?
  • ou juste de ceux qui parlent en son nom ?

N'hésitez pas à nous donner votre avis !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires