Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 00:02
Députés PS : la fronde ! Et le Front de Gauche ?

Alors que débute bientôt l’examen du pacte de responsabilité – un plan de rigueur – des députés socialistes plaident à l’inverse pour des mesures en faveur du pouvoir d’achat, ouvrant une brèche dans laquelle s’engouffrent Front de gauche et écologistes.

Le ministre des Finances commence à con­naître le chemin. Michel Sapin est venu une fois de plus devant le groupe socialiste pour déminer le terrain à la veille de la présenta­tion en Conseil des ministres du projet de loi de finances rectificative. Autrement dit, l’ha­billage parlementaire du pacte de responsabi­lité. Les députés PS à l’initiative d’un « Appel des cent » venaient tout juste de ren­dre publiques des propositions fiscales et sociales qui divergent substantiellement de celles présentées. La semaine dernière déjà, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, expédiait une lettre au Premier ministre Manuel Valls et au ministre de l’Économie Michel Sapin pour y exposer les « priorités » du parti, tendant à adoucir les mesures prévues.

Ces députés proposent une réorientation des textes budgétaires à venir portant au total, selon eux, sur « 1 point de PIB », soit 20 milliards d’euros. « La politique économique de la France doit rechercher l’efficacité, elle ne saurait aggraver les inégalités », écrivent-ils. À l’inverse d’une politique de l’offre, ils prônent un « rallumage de la consomma­tion », obtenu en portant le soutien au pou­voir d’achat des ménages à 16,5 milliards (contre 5 milliards prévus actuellement), s’inspirant ouvertement des choix effectués par Matteo Renzi en Italie. Et souhaitent la création d’une CSG progressive calquée sur l’impôt sur le revenu et le financement de 300 000 contrats aidés supplémentaires.

Pour se dépêtrer de la menace que font peser ces parlementaires dits « frondeurs » sur le vote du budget rectificatif, le président du groupe socialiste, Bruno Le Roux, sort l’artil­lerie lourde. Il propose de laver le linge sale en famille en discutant et votant d’abord au sein du groupe les amendements des députés « frondeurs », avant qu’ils n’arrivent en séance publique. S’ils ne sont pas retenus, il attend qu’après débat l’ensemble du groupe vote les textes retenus, s’agissant d’une ques­tion, le budget, qui « détermine l’apparte­nance à la majorité », prévient la porte-parole du groupe PS, Annick Lepetit, assurant qu’une « écrasante majorité » du groupe sou­tient encore le gouvernement. Les députés à l’initiative de l’Appel des cent voient bien le piège et n’ont pas pris part au vote sur la « méthode » voulue par Bruno Le Roux.

La démarche des frondeurs est saisie au bond au Front de gauche. « J’ai envoyé un courrier à certains députés PS. On est prêt à travailler avec 
eux sur des amendements conver­gents », a déclaré le chef de file du Front de gauche à l’Assemblée nationale, André Chas­saigne. Même si les amendements communs qui pourraient être soumis au vote « pour­raient apparaître au final en repli », c’est-à-dire une fois seulement les contre-proposi­tions du Front de gauche défendues, car les « frondeurs » socialistes s’inscrivent en majo­rité dans les objectifs de réduction drastique du déficit budgétaire du gouvernement. L’important, pour le député du Puy-de-Dôme, est bien « d’arriver concrètement à créer des convergences avec tous ceux, du PS aux radi­caux et écologistes, qui s’opposent, à des degrés divers, à la politique gouvernemen­tale ». Afin, précise-t-il, « de montrer qu’on est capable de porter une autre politique de gauche », quand l’électeur la boude dans les urnes.

Il est rejoint en partie par les écologistes qui, s’ils partagent le diagnostic d’une politique « qui n’est pas soutenue par les Français », explique le député François de Rugy, et adhè­rent à l’idée d’une CSG progressive, pointent également l’absence de mesures en faveur de la transition écologique dans la plate-forme alternative présentée par l’Appel des cent, centrée pour l’essentiel sur des mesures de pouvoir d’achat à l’intérieur des marges bud­gétaires actuelles, dans un jeu de vases com­municants via un ciblage du crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice) ou des baisses de cotisations patronales sous condition. Pour le député de Loire-Atlantique, rejoignant ici André Chassaigne et d’autres à gauche, il est temps de tracer une perspective politique nouvelle, et ne plus accumuler simplement « des oppositions successives ».

Un point à leurs yeux devrait faire réfléchir les députés de gauche, c’est que, depuis le vote de la confiance, le Premier ministre, désor­mais, n’a plus de « majorité automatique »

 

Députés PS : la fronde ! Et le Front de Gauche ?

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique
commenter cet article

commentaires