Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 19:40

 Pour le candidat du Front de gauche, Patrick Le Hyaric, jamais peut-être les élections européennes de dimanche n’auront impliqué de tels enjeux. Le futur Parlement aura notamment à se prononcer sur le traité de grand marché transatlantique (TAFTA), négocié en secret et qui menace les règles sociales, environnementales, alimentaires et sanitaires françaises et européennes. Un bon résultat du FG pourrait faire capoter ce projet destructeur.

 

La question du traité transatlantique, c’est-à-dire la nature des liens qui doit régir les relations entre l’Europe et les États-Unis d’Amérique, a surgi dans la campagne électorale.

C’est vrai et il était temps. Depuis des mois, j’alerte personnellement nos concitoyens sur les dangers d’un tel accord. Il y avait un véritable blocus médiatique face à cette alerte. Nous avons enfin réussi à ouvrir les portes de fer derrière lesquelles les dirigeants européens et français voulaient masquer ce projet maléfique. Les mouvements citoyens, d’éducation populaire, syndicaux, des parlementaires ici, en Allemagne, en Espagne, aux États-Unis, depuis des années, sont en train de faire bouger les lignes.

 

Ce texte a été négocié dans le plus grand secret. Son objectif est simple : redonner un nouveau souffle au capitalisme en crise en créant le plus grand marché mondial de circulation des capitaux et de marchandises et en élargissant le champ de la concurrence au maximum d’activités humaines. C’est la guerre économique généralisée pour que les plus grosses multinationales se régalent, pour l’essentiel celles basées de l’autre côté de l’Atlantique et quelques-unes du côté européen. Les petites et moyennes entreprises, celles qui peuvent développer l’emploi, ne seront pas invitées au festin. Ce projet de traité menace toutes nos règles sociales, environnementales, alimentaires et sanitaires. C’est l’ouverture forcée de nos frontières aux OGM, à la viande clonée, aux poulets lavés au chlore, au nom de la libre circulation des marchandises. Il envisage d’imposer des tribunaux d’arbitrage privés permettant aux multinationales de faire condamner un État ou une collectivité, pour toute loi sociale, sanitaire ou environnementale qui pourrait nuire à ses intérêts. Le droit des affaires se substituerait aux droits humains. Nous le refusons !

 

Rien n’est joué puisque le Parlement européen aura à se prononcer sur ce projet d’accord qu’il pourra donc rejeter. Raison de plus de ne pas rater le coche dimanche. Désormais la presse elle-même s’empare de cette affaire aux conséquences très graves pour nos vies quotidiennes. Nos alertes, leur reprise par la presse, ce mouvement fait déjà bouger la Commission européenne. La panique s’empare des milieux dirigeants.

 

Alors, imaginez un bon résultat du Front de gauche pour mettre ce projet en échec au Parlement européen ! Les électeurs peuvent avoir un poids décisif sur l’avenir de ce traité États-Unis–Europe. Ceux qui refusent que l’Amérique dicte sa loi aux Européens, ceux qui veulent l’installation d’une Europe sociale et écologique ont le moyen concret de faire valoir leur refus et leur volonté, dimanche, en votant pour les candidats du Front de gauche. Il ne faut pas laisser passer cette occasion décisive.

 

Votez pour l'Europe sociale

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires