Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 20:43

C’est une nouvelle victoire pour ceux qui luttent contre les licenciements boursiers.

Les prud’hommes de Toulouse ont jugé dénué de fondement le licenciement en 2009 des 283 salariés de l’usine française du géant américain Molex à Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), permettant ainsi l’indemnisation pour les 190 qui ont saisi la juridiction. Ces licenciements sont « sans cause réelle et sérieuse », ont écrit les prud’hommes dans leur jugement.

 

En février 2013, la cour d’appel de Tou­louse avait confirmé que la maison mère du groupe américain de connectique était « co-employeur » au même titre que sa filiale française aujourd’hui liquidée, et donc responsable des 283 licenciements de 2009. Dans un contexte de désindustrialisation française, Molex était devenu un nouveau symbole de ces entreprises jugées rentables mais sacrifiées sur déci­sion étrangère au nom d’une logique financière globale échappant au personnel et aux communes frappées.

 

Sur les 283 salariés de l’ancienne usine de connectique, aujourd’hui fermée, 190 ont engagé une action en indemnisation. Ils réclamaient un montant global de 22 mil­lions d’euros. Leur avocat, Jean-Marc Denjean, n’a pas pu chiffrer le montant total des indemnités accordées par les prud’hommes. Mais, dans plusieurs cas, elles dépassent les 100 000 euros, a-t-il dit.

 

Au-delà de cette indemnisation, M. Denjean a vu dans la décision des prud’ hommes une victoire juridique et la reconnaissance que la fermeture de l’usine, dont les salariés ont toujours clamé la viabilité, était illégitime.

Molex nullité des licenciements

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
commenter cet article

commentaires