Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 23:34

En cette soirée électorale où à force d'entendre parler de la « vague bleue » on en viendrait à renoncer à toutes vacances au bord de la mer, soirée où l'on apprend sur France 3 Auvergne, de la bouche de divers dirigeants de droite, UMP, UDI, que notre bonne ville de Lempdes a, elle aussi, été submergée par ladite vague, un d'entre eux allant jusqu'à dire qu'à Clermont-communauté, il y aurait un groupe UMP – UDI – Sans étiquette.

Cela fait regretter d'avoir allumé la télévision (voir notre article d'hier). Et si on nous parle d'un remaniement ministériel imminent, pas un mot sur un possible changement de cap de la politique du gouvernement. Non ce sont les Françaises et les Français qui n'ont rien compris, mais on va accélérer les réformes et autres pactes de responsabilité et cette politique d'austérité qui plonge les européens dans la misère, réussira chez nous.

Et si on faisait un petit retour en arrière pour essayer de comprendre, comprendre toutes ces abstentions, tous ces votes blancs et nuls, comprendre cet éloignement du Peuple d'avec la politique ?

Tentative d'explications :

Le tumulte est programmé pour qu’on oublie les scandales. On crie haro sur de biens maladroits mensonges pour détourner l’attention des rela­tions bien intimes entre un ancien président soupçonné et un magistrat de haut vol, Gilbert Azibert. Téléphones anonymes, noms d’emprunts, principauté prisée pour ses flux financiers… on se croirait dans la Camorra. Nicolas Sarkozy avait choisi pour pseudonyme de ces conver­sations hautement sensibles le nom de Bismuth : sait-on que cet élément est utilisé pour fabriquer des fusibles et sous forme de sous-nitrate, pour soigner les infections intestinales ? C’est un choix qui dit beaucoup.

Au pied de cet édifice d’affaires, des questions demeurent sur l’action du gouvernement, jugé à l’épreuve de l’expérience Cahuzac. Peut-on croire sur parole Manuel Valls, l’homme qui ne voit rien, n’entend rien et ne demande rien ? Christiane Taubira s’est-elle mêlée de l’instruction judi­ciaire ? Si oui, le fait est grave et peut conduire à une démission. Sinon, la garde des Sceaux est coupable de s’être empêtrée dans des calen­driers et d’avoir trop voulu prouver. C’est aussi un indice du soupçon général qui entoure les autorités. Trop souvent fondé.

Soirée électorale ou comme il est urgent de réinventer la République !

La morale n’a jamais fait bon ménage 
avec l’argent et, là où il règne en maître, l’éthique est étique. Les conversations enregistrées par le sinistre Buisson, avec leurs petites bassesses et leur immense courtisanerie, témoignent d’un relâchement des mœurs, du verbe et de la pensée. Le pouvoir d’un seul, quel qu’il soit, montre ses limites quand se disperse l’encens des communicants. Comment échapper à un sentiment de dégoût ? Celui-ci est salutaire s’il ne conduit pas à détourner les yeux en se bouchant le nez. Il doit au contraire conduire à une insurrection des consciences, à une réhabilitation de l’opinion populaire dévaluée par le culte des marchés, favoriser le contrôle démocratique sur les décisions politiques, étendre le respect de la chose publique aujourd’hui refoulée par la puissance des grands intérêts privés.

Soirée électorale ou comme il est urgent de réinventer la République !

La justice a besoin d’indépendance et de liberté. Mais elle n’est pas la seule. L’information dominante aussi (nous en parlions hier), prompte à entonner les refrains qu’on lui suggère et à embrouiller le débat public.

Il ne faut pas affaiblir encore plus la République – comme le veut le Front national et comme y contribue un émule de l’extrême droite, Patrick Buisson – mais au con­traire la revivifier, la réinventer, ouvrir une nouvelle ère de la démocratie.

Celle-ci n’a d’avenir qu’en garantissant celui des populations, en brisant les mécanismes d’accaparement qui creusent sans trêve le fossé entre une infime minorité richissime et une immense majorité qui voit sa vie se détériorer.

Dans les convulsions économiques que nous connaissons, tandis que des forces noires émergent en Europe, de l’Ukraine à Paris, la Répu­blique sera sociale.

Ou elle ne sera plus guère !

 

Soirée électorale ou comme il est urgent de réinventer la République !

Partager cet article

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Elections
commenter cet article

commentaires