Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 22:12
FRANCE, Valence: A child sits in a classroom at a school in Valence, southern France, on September 1, 2015, the first day of the new school year. - CITIZENSIDE/CHRISTOPHE ESTASSY

FRANCE, Valence: A child sits in a classroom at a school in Valence, southern France, on September 1, 2015, the first day of the new school year. - CITIZENSIDE/CHRISTOPHE ESTASSY

Laurent Mouloud - Lundi, 4 Septembre, 2017 – L'Humanité

 

Douze millions d’élèves font leur retour en classe aujourd’hui. Une rentrée marquée par la mise en place de plusieurs réformes qui suscitent déjà l’inquiétude. Derrière l’activisme du ministre Blanquer se dessine une vision libérale de l’école.

Depuis une semaine, Jean-Michel Blanquer répète en boucle son élément de langage favori : il veut « une école de la confiance ». Mais l’omniprésent ministre de l’Éducation nationale devrait savoir que cette fameuse « confiance » ne se décrète pas, elle se gagne. Or force est de constater que, trois mois après sa nomination, le locataire de la Rue de Grenelle déroute, irrite et inquiète plus qu’il ne rassure. Alors que douze millions d’élèves reprennent aujourd’hui le chemin de l’école, celui que certains surnomment déjà « CTRL-Z » – le raccourci clavier qui efface ce qui a été fait – empile les réformes à rebours du quinquennat précédent. Semaine de quatre jours, redoublement, emplois aidés, évaluations… Le libéral Blanquer, proche de l’Institut Montaigne, avance au pas de charge. Et ravive les tensions. Loin du pragmatisme revendiqué, c’est surtout avec les vieilles lunes néoconservatrices que le gouvernement renoue en cette rentrée scolaire.

Les principales mesures imposées en cette rentrée scolaire témoignent de cette politique de faux-semblant.

Décryptage :

1 - l’imbroglio des classes de CP à douze élèves

Promesse électorale d’Emmanuel Macron, qui en a fait sa réforme phare dans la lutte contre les inégalités sociales à l’école, le dispositif des douze élèves par classe dans les CP et CE1 des réseaux prioritaires (REP) commence à se mettre en place dans 2 500 CP de REP+ (les plus défavorisés). Il continuera de se déployer lors des deux prochaines années. Sur le papier, l’image est belle. Diminuer les effectifs dans les zones en difficulté, qui pourrait être contre ? Mais voilà, le financement de cette mesure ne relève pas d’un vrai choix budgétaire. Il se fait en piochant dans d’autres dispositifs. « C’est un véritable détournement de fond », dénonce Francette Popineau, secrétaire générale du SNUipp-FSU. Pour arriver à ses fins, le ministère a pris dans les postes destinés au remplacement des maîtres, aux Rased (maîtres spécialisés dans la difficulté scolaire), mais aussi à la scolarisation des enfants de moins de 3 ans et dans le dispositif prometteur « Plus de maîtres que de classes ». Ce dernier va, à lui seul, perdre 1 200 postes sur les 4 100 qui lui étaient promis en cette rentrée… « Ces CP dédoublés, c’est très bien si cela ne se fait pas au détriment d’autres améliorations, résume Francette Popineau. Là, on va de nouveau se retrouver avec des maîtresses malades qui ne seront pas remplacées et les élèves seront alors entassés dans d’autres classes. » Les 12 000 postes nécessaires pour déployer l’ensemble de cette mesure dans les années à venir inquiètent. Où le gouvernement les trouvera-t-il, lui qui n’a prévu que 4 500 créations dans l’éducation lors de ce quinquennat ? À Vaulx-en-Velin (Rhône), les enseignants de REP+ seront en grève aujourd’hui pour dénoncer « l’arrivée précipitée des “CP à 12” ». Une mesure qui, par un jeu comptable, occasionne des hausses d’effectifs jusqu’à 27 élèves dans les autres classes que le CP. « Derrière cette mesure, on assiste à un délitement des moyens alloués à l’éducation prioritaire », déplorent ces profs qui n’ont, en revanche, obtenu aucun des postes réclamés dans le secteur éducatif, médical et social…

2 - Le grand flou des emplois aidés

L’autre inquiétude de cette rentrée est la baisse drastique du nombre d’emplois aidés, annoncée en plein mois d’août. Près de 23 000 (sur 73 000) devraient être supprimés dans l’éducation nationale. Lesquels ? Mystère. La secrétaire d’État en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a promis que son secteur ne serait pas touché : 50 000 contrats d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) et 30 000 contrats d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (Aesh) seraient « sanctuarisés ». Pour finir de rassurer, Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer se rendront aujourd’hui dans une école de Forbach (Moselle), exemplaire en matière d’inclusion des élèves handicapés… Bref, les suppressions devraient s’opérer plutôt dans les emplois dédiés à l’administration, notamment l’assistance des directeurs d’école. Du côté des municipalités, le flou demeure. À la suite de la menace de certaines communes de reporter la rentrée face aux difficultés d’organiser le transport scolaire, la cantine ou encore la garderie, le gouvernement a promis de la « souplesse ». « L’État va regarder au cas par cas, les préfets auront l’obligation d’être à l’écoute des maires pour régler les situations particulières », assure l’Association des maires de France. Bref, ceux qui râleront seront servis, les autres devront faire sans… Le règne de l’arbitraire en guise de politique.

3 - Rythmes, évaluations… Le retour des années Sarkozy

Cette rentrée est également marquée par le retour de la semaine de quatre jours pour un tiers des écoles, mais également par une série d’annonces qui renvoient à l’ère Sarkozy. Internats d’excellence, évaluations en CP, redoublement, autonomie des établissements, Marseillaise… Des polémiques éculées qui flattent l’électorat de droite et agacent la plupart des syndicats. « Blanquer se présente comme un homme neuf tout en passant son temps à ressusciter les idées du passé », résume Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa. De son côté, Frédérique Rolet, pour le Snes-FSU, parle d’une «politique brouillée».

En trois mois, ce ministre qui se pique de pragmatisme scientifique a aligné pas mal d’énormités. Le retour du redoublement tout en le gardant exceptionnel ? C’est déjà le cas. La suppression de la méthode de lecture globale ? Elle n’est plus pratiquée depuis longtemps. L’apprentissage de la Marseillaise au CM1 ? Elle figure au programme depuis des années. Les internats d’excellence ? Ils se sont fait étriller par l’inspection générale… Quant aux évaluations en français et maths, en septembre pour les CP et en novembre pour les 6es, elles font déjà soupirer de lassitude tous les observateurs du milieu scolaire. « Le repérage des difficultés n’est pas ce qui pose problème aux enseignants, relève Francette Popineau. Ce sont les solutions pour les surmonter qui manquent et sur ce point le ministère n’apporte aucune réponse. » Le scientifique Blanquer va devoir retourner à ses études…

Laurent Mouloud - Chef de la rubrique société


 

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Editos Société
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 22:48
Photo : Philippe Wojazer/AFP

Photo : Philippe Wojazer/AFP

Jeudi, 31 Août, 2017 – Humanite.fr

 

Communiqué de la CGT. Le gouvernement vient de nous proposer dans la droite ligne de ses prédécesseurs une énième réforme du droit du travail partant du principe que le travail est un coût, alors qu’il produit les richesses. Cette loi va se rajouter aux précédentes sans même les avoir évaluées et pour cause, elles sont inefficaces.

Pourtant, lors de sa première rencontre avec le gouvernement, la CGT a fourni 14 pages de propositions pour que notre pays engage de réelles réformes afin de sortir de cette spirale qui nous enfonce dans un chômage de masse. Pour rappel, si on comptabilise l’ensemble des catégories A-B-C-D et E, ce sont plus de 6,6 millions de chômeurs inscrits à Pôle Emploi que comptera la France, auxquels s’ajoutent des millions de précaires, de salariés à temps partiel imposé, dont une majorité de femmes et de jeunes.

 

Le code du travail permet que les salariés aient les mêmes droits, il n’a jamais permis de créer des emplois car ça n’a jamais été son rôle ! Monsieur GATTAZ Yvon (le père) annonçait déjà en 1986 la création de 471 000 emplois grâce à la suppression administrative de licenciement, le fils portait un pin’s (« 1 million d’emplois ») il y a deux ans ! On connaît le résultat !

 

Le gouvernement vient de confirmer les craintes que nous pouvions avoir.

 

D’abord, il va encore accentuer l’inversion de la hiérarchie des normes qui s’était engagée dès 1984 et qui n’a cessé de s’intensifier au fil des différentes réformes depuis 40 ans.

 

La primauté de l’accord d’entreprise, même moins favorable, sur l’accord de branche va s’accentuer dans la plupart des domaines (primes, indemnités diverses, congé de maternité, etc..). La primauté de l’accord de branche sur la loi s’élargit considérablement (ex : durée et renouvellement des CDD, contrats de chantiers).

 

Cette mesure n’aura qu’un seul effet : l’amplification du dumping social, en accentuant la mise en concurrence des PME et PMI et de leurs salariés. Cela va aggraver l’insécurité sociale de ces entreprises toujours plus placées sous l’emprise des donneurs d’ordres.

 

A l’heure où la souffrance au travail,  les maladies professionnelles et accidents du travail et le désengagement de nombreux salariés s’intensifient parce qu’ils ne peuvent effectuer un travail de qualité, le CHSCT, qui est l’outil essentiel pour aborder les questions autour du travail réel va être fusionné avec les autres instances représentatives du personnel.

 

La négociation est un droit des salariés exercé par leur syndicat. Le patronat vient d’obtenir une relation de gré à gré avec un salarié isolé et non protégé dans les PME/PMI. On imagine aisément comment pourront se dérouler de futures négociations.

 

Ce déséquilibre va être renforcé, l’employeur pouvant prendre l’initiative d’un référendum au style déjà connu « choisissez entre la peste et le choléra ».

 

Une étape supplémentaire dans la liberté de licencier sans contrainte est également franchie. Sont en effet instaurées les ruptures conventionnelles, collectives, contournant les règles des PSE.  Ce sont encore moins de droits et de protection pour les salariés.

 

Enfin, pour couronner le tout, un plafond des dommages et intérêts est fixé pour les indemnités prud’homales, ce qui pourra permettre à un employeur de provisionner un licenciement et amortir l’embauche d’un jeune de qualification égale mais moins payé.

 

Cette loi sur le droit du travail,  comme les précédentes, n’améliorera pas le chômage, va augmenter encore la précarité, développer la pauvreté comme c’est déjà le cas en Allemagne ou en Angleterre.

 

Le 12 septembre doit être une première riposte de grèves et manifestations à cette loi du travail XXL.

 

La CGT [et ses partenaires, FSU, Solidaires, UNEF, Ndlr] va continuer à informer partout les salariés sur les conséquences très concrètes qu’ils pourraient subir dans leurs entreprises.

 

La CGT va engager le débat avec eux pour d’autres propositions, comme l’augmentation de salaire, une autre répartition des richesses (41 milliards de dollars versés aux actionnaires au 2ème semestre 2017 mettant la France première des pays européens), la réduction du temps de travail, des droits attachés à la personne et transférables d’une entreprise à l’autre, une sécurité sociale professionnelle permettant de ne plus passer par le chômage après la perte d’un travail.

 

La CGT fera tout pour unir les salariés, les travailleurs indépendants, les privés d’emploi, les retraités, les jeunes lycéens et étudiants avec l’ensemble des autres organisations syndicales afin de gagner des réformes de progrès social.


 

 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique Société
commenter cet article
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 22:09
MACRON : bilan des 100 jours !

Que retenir des 100 premiers jours de Macron et de sa majorité parlementaire ?

 

Une avalanche ininterrompue de mesures anti sociales pour financer une politique ultra-libérale en faveur des plus riches. Le nouveau pouvoir frappe tous azimuts avec la réforme du code du travail pour licencier, précariser et généraliser le dumping social. La loi de « moralisation » laisse les mains libres à la finance pour continuer à pourrir notre vie publique. Avec la réforme de l’ISF, les mesures sur la fiscalité des entreprises et du capital, le renoncement face à Google, la France peut devenir une sorte de paradis fiscal nouvelle génération. Des privatisations et de nouvelles dérégulations sont inscrites à l’agenda.

Pas de « changement » ni de « révolution » mais une accélération spectaculaire des politiques d’austérité. Pour le quinquennat, la trajectoire de baisse des dépenses publiques est de 80 milliards d’euros dont 20 dès 2018. Les fonctionnaires sont directement visés, les retraités avec l’augmentation de la CSG, les plus modestes avec la baisse des APL et la casse du logement social. Les collectivités territoriales sont menacées d’une saignée de 13 milliards avec des ressources financières et une liberté d’administration attaquées comme jamais.

Cela va peser pour les élections sénatoriales de septembre. Il faut très concrètement prendre la mesure des terribles conséquences que tout cela peut avoir pour notre société toute entière. On entre dans une zone jusqu’alors inconnue. Le monde associatif peut ne pas y résister avec les effets cumulés des baisses de subventions et de l’arrêt des contrats aidés.

Macron a été élu dans une situation inédite mais non sans une intelligence du moment politique dont il pouvait tirer profit avec l’aide de puissants soutiens économiques et politiques qui demandent aujourd’hui un retour sur investissement ! Il n’y a jamais eu dans le pays une adhésion majoritaire à son projet. Il a entretenu quelques temps l’illusion d’une modernité, d’une politique équilibrée, « de gauche et de droite ». La victoire de Macron n’est pas l’issue de la crise politique et démocratique, ni même de la recomposition politique en cours. Nous sommes toujours sur un volcan avec, à l’horizon, le danger d’une crise financière mondiale de magni¬tude bien plus élevée que celle de 2008. Macron a fait le choix d’une communica¬tion verrouillée, en tenant les journalistes à distance, priorisant les images mais les masques tombent les uns après les autres.

Face aux contradictions qui s’aiguisent, l’hyperprésidence s’est transformée en un autoritarisme de plus en plus marqué. Avec un gouvernement et un parti prési¬dentiel aux ordres, une haute administra¬tion sous pression, un chef d’état-major des armées humilié, un Parlement méprisé avec la menace d’une réforme très dangereuse pour les droits des parlementaires à élaborer la loi, une démocratie sociale et locale piétinée, une transposition de l’état d’urgence dans la loi ordinaire, les libertés individuelles, la démocratie et notre République sont en danger 

Repost 0
L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Editos Politique
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 22:22

Comme vous le savez nous ne sommes pas des fans inconditionnels du quotidien La Montagne, mais l'article ci-dessous aussi surprenant que cela soit, nous a paru mériter d'être lu et largement partagé.

A vous d'en juger et de nous dire si nous avons bien fait !

Publié le 23/08/2017 dans La Montagne - Par Jean-Baptiste Forray

     

    Après Les barons, ces élus locaux qui osent tout (Flammarion, 2014), Jean-Baptiste Forray a enquêté dans les coulisses des partis politiques pour débusquer les « meilleurs agents du système ». Il vient de publier La République des apparatchiks chez Fayard.

    Quel est le portrait-robot de l'apparatchik d’aujourd’hui en France ?

    L’apparatchik est un professionnel de la politique qui est tombé tout petit dans la marmite. Il a généralement fait ses classes auprès d’un député ou sénateur-maire en tant qu’assistant parlementaire ou directeur de cabinet. Il a alors été placé sur une liste, aux municipales et aux régionales, empilant ensuite les mandats. Au final, l’appartachik n’a, le plus souvent, jamais mis un orteil dans une administration, encore moins dans une entreprise. Il se définit donc, avant tout par ce qu’il n’est pas. Il n’est ni un responsable syndical, ni une tête de pont associative. Il ne possède pas de bagage intellectuel et technique particulier. Sa grande spécialité, c’est l’arrière-cuisine des partis, les investitures, les circonscriptions et les petits arrangements entre amis. L’exemple ultime, à l’ancienne génération, c’est le député européen et vice-président de la région Auvergne/Rhône-Alpes Brice Hortefeux. Le porte-flingue de Nicolas Sarkozy gravite dans les arcanes de la droite depuis plus de quarante ans sans jamais être parvenu à se faire élire sur son nom.

    Qu'est-ce qui distingue les nouveaux apparatchiks de leurs aînés ?

    Contrairement aux apparatchiks qui ont traîné leurs guêtres à l’UNEF ou à SOS Racisme à l’instar de Jean-Christophe Cambadélis ou Harlem Désir, les nouveaux professionnels de la profession politique n’ont pas été formés à l’école du militantisme. Myriam El-Khomri et Najat Vallaud-Belkacem n’ont, par exemple, guère fréquenté le mouvement des jeunes socialistes. Pour elles, la politique est devenue un métier comme un autre. La première a suivi un DESS d’administration du politique avant d’intégrer le cabinet du député-maire du 18e arrondissement de Paris Daniel Vaillant et de figurer en bonne position sur une liste aux municipales de 2008. La seconde est, quant à elle, entrée dans la carrière auprès de Gérard Collomb à Lyon, décrochant rapidement une place aux régionales.

    « Une rente de situation digne d’un bénéfice ecclésiastique d’ancien régime »

    Combien sont-ils ? Où les trouve-t-on ?

    Il est difficile d’établir un comptage précis, tant les apparatchiks, conscients du rejet qu’ils suscitent, maquillent leur CV à l’envi. Tel député se présente comme chef d’entreprise au motif qu’il a opportunément créé une fantomatique boîte de conseil deux mois avant les législatives. Tel sénateur s’affiche comme responsable d’un centre de formation, omettant de préciser que cette structure est placée dans le giron de son parti… Selon les études les plus fiables, le poids des anciens collaborateurs politiques varie entre un quart et un tiers parmi les grands élus. La décentralisation a été, pour ce personnel-là, un formidable accélérateur de carrière. Les collaborateurs d’élus locaux sont environ 8 000 selon l’ancien député PS René Dosière, contre 3 500 assistants parlementaires au total. Un certain nombre d’entre eux occupe un poste dans une collectivité et un mandat dans une autre. Un cumul aussi méconnu que répandu. Une rente de situation digne d’un bénéfice ecclésiastique d’ancien régime selon le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard qui a tenté de s’attaquer, en vain, à ce système lorsqu’il représentait le Cantal au Sénat.

    Jean-Baptiste Forray, La République des apparatchiks - Enquête sur les meilleurs agents du système, Fayard, 338 pages, 18 €.

     

    Quels pouvoirs sont entre leurs mains ?

    Ces pouvoirs sont limités. Le succès des professionnels de la profession est en effet l’un des signes de la perte d’influence de la politique elle-même. Les apparatchiks occupent le terrain, car les véritables élites désertent l’arène électorale. Les bêtes de concours, comme le président d’Auvergne/Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, normalien et major de l’ENA, se font plus rares. Pour les énarques des grands corps, il n'y a rien à gagner en politique, ou si peu, comparé aux ponts d'or que leur dressent les mastodontes du CAC 40 et de la banque. Au regard des élites économiques, la classe politique s'est prolétarisée. Les différences de revenus entre un ministre et un top-manager atteignent un ratio de un à dix. Emmanuel Macron, qui a rejoint les antichambres de l’Elysée après avoir fait fortune chez Rotschild, constitue une exception.

    Quel est l’avenir des apparatchiks dans le « nouveau monde » politique promis par Emmanuel Macron ?

    Emmanuel Macron a compris que le système dans lequel l’on passait du national au local, du local au national en fonction des alternances, on l’on faisait des plans de carrière à cinq ou dix ans en pariant parfois cyniquement sur l’échec de son camp, était à bout de souffle. Il a mis fin à une profession réglementée. Emmanuel Macron a ubérisé la classe politique. Avec lui, une écharpe de parlementaire n’est plus un sceptre dont on hérite. Exit, la politique à la Hibernatus. Théâtre d’une guerre des mondes politiques, les législatives ont été fatales à bien des professionnels de la profession, comme la socialiste Magali Alexandre. Parachutée dans l’Allier, cette ancienne assistante parlementaire de Jean-Jacques Urvoas et conseillère de Manuel Valls n’a pas dépassé les 7 % des suffrages.

    « Le nouveau Président de la République a bâti son sacre grâce au concours de purs professionnels de la politique »

    Les apparatchiks sont-ils en train de se recycler à LREM ?

    C’est tout le paradoxe de la Macronie. Le nouveau Président de la République a bâti son sacre grâce au concours de purs professionnels de la politique comme le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement Christophe Castaner. Il a aussi fait élire au Palais-Bourbon une série d’anciens collaborateurs d’élus, à l’instar de la députée de l’Allier, Valérie Thomas [plutôt du Puy de Dôme, Ndlr}.

    LREM est-elle en train de fabriquer ses propres apparatchiks ?

    Ce risque existe, car la formation macroniste, au moment de sélectionner ses candidats aux législatives, a plus fait dans le centralisme démocratique que dans l’approche collaborative… Sélectionnés selon des critères opaques, les postulants devaient ensuite ânonner des fiches envoyées depuis le siège du parti. Cela n’a pas toujours été une mince affaire… Entre caporalisme et amateurisme, les députés de la Macron Academy n’ont pas encore fait leurs preuves dans l’hémicycle. Le nouveau monde tarde à éclore !

    Propos recueillis par Jean-Marc Laurent - jean-marc.laurent@centrefrance.com

    Apparatchiks :  Les professionnels de la profession politique !
    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Edito Politique
    commenter cet article
    23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 23:24
    En mai dernier, la Croisette vibrait au rythme des “120 battements par minute” du cinéaste Robin Campillo, film-cri de rage sur l’émergence du mouvement anti-sida Act Up. Le retour du cinéma politique avec un drame brûlant, depuis mercredi sur les écrans.

    En mai dernier, la Croisette vibrait au rythme des “120 battements par minute” du cinéaste Robin Campillo, film-cri de rage sur l’émergence du mouvement anti-sida Act Up. Le retour du cinéma politique avec un drame brûlant, depuis mercredi sur les écrans.

    Mardi, 22 Août, 2017 – Humanite.fr

     

    Cent-vingt battements par minutes, c’est le tempo de la house-music. Cette musique de danse funky a peu à peu remplacé le disco dans les années 1980. Elle fut emblématique de la mouvance gay, caractérisée par son insouciance festive et son hédonisme flamboyant, qui fut foudroyée par l’irruption du sida aux Etats Unis, puis partout dans le monde, à partir de 1981. Une maladie mortelle, taxée (à tort) de “cancer homosexuel” par la société bien-pensante, qui s’efforcera de cacher sous le tapis cette affection honteuse, jusqu’à l’entrée en scène de groupes d’activistes indépendants se dédiant à la lutte contre ce fléau. Notamment Act Up, d’abord aux Etats Unis dès 1987 puis en France à partir de 1989, dont les interventions radicales ressemblaient à ce qu’avait initié Greenpeace dix ans plus tôt dans le domaine de l’écologie. Cent-vingt battements par minutes, cela peut aussi être le rythme des palpitations des premiers spectateurs bouleversés par le film à Cannes où, pressenti par beaucoup pour la Palme d’or, il sera coiffé au poteau par une œuvre suédoise. Il est reparti avec un joli lot de consolation, le Grand Prix, qui a fait figure de consécration, voire de triomphe, pour Robin Campillo, longtemps scénariste pour d’autres, réalisateur de seulement trois films en treize ans, après son coup d’éclat des Revenants ayant inspiré une série télé à succès, puis le plus confidentiel Eastern Boys. L’histoire d’Act Up vue par un de ses membres Ce film politique doublé d’un drame poignant, est sans doute l’œuvre la plus personnelle de Campillo en raison de son aspect autobiographique. Il fut en effet gay militant et membre d’Act Up dans les années 1990. Sans se représenter lui-même et en transposant (à peine) la réalité dans le film, Campillo fait mouche sur deux tableaux : le politique (le collectif) et l’intime (le drame). Le film se déploie comme une plongée progressive dans un groupe, progressant jusqu’au cœur de ses membres, puis aboutissant à la mort d’un d’entre eux. D’abord, c’est une vision presque extérieure : on voit des jeunes militants intégrant Act Up Paris, qui sont briefés lors d’une AG de l’association dans un amphithéâtre — lieu des débats collectifs animés où l’on définit les mots d’ordre et où l’on décide des “zaps” (actions choc pour faire connaître les dangers de la maladie et les carences des autorités de tutelle). Les débats sont menés par l’incisif Thibault (Antoine Reinartz), inspiré de Didier Lestrade, l’un des fondateurs d’Act Up-Paris, et par Sophie (Adèle Haenel). Ensuite, au sein du collectif, lors des actions — dont l’une des plus spectaculaires est l’attaque du laboratoire (fictif) Melton-Pharm qui refuse de communiquer les résultats de sa recherche sur les antiprotéases (première parade médicamenteuse contre la progression du VIH) —, vont se dessiner des individualités marquantes. En particulier Sean, jeune homo étranger et figure presque christique, incarné avec fougue par Nahuel Pérez Biscayart. La révélation du film. De l’action politique au drame déchirant De loin en loin, des scènes de danse en boîte rappellent l’origine festive de cette jeunesse gaie. Puis le récit se focalise progressivement sur l’histoire d’amour entre le discret Nathan et l’exubérant Sean, Gavroche d’Act Up, sur un mode tendre et pudique, avant d’aboutir à la mort de celui-ci. Les scènes qui accompagnent cette fin annoncée et lui succèdent sont sans doute les plus belles du film (euthanasie douce d’un naturel désarmant ; scène de sexe comme exorcisme de la mort ; communion entre la mère et les amis de Sean). On sera ainsi passé insensiblement de la lumière crue de l’amphi et des altercations enflammées des militants d’Act Up-Paris, aux échanges sotto voce dans l’appartement sombre de Nathan. Autant Campillo aura fait revivre sur un mode reportage (tournage à plusieurs caméras, filmage un peu brouillon) le rôle de ces militants pour une prophylaxie vitale et réveillé le sens du collectif et de l’engagement, autant il aura su dépeindre de l’intérieur la souffrance et l’enfer vécus par les victimes d’une maladie aussi honnie qu’implacable. Un film vrai, sobre et essentiel. Un sans faute.

    Vincent Ostria - journaliste

     

    120 battements par minute de Robin Campillo. France, 2017, 2 h 22

     

    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château
    commenter cet article
    22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 17:12
    La nouvelle édition spéciale de l’Humanité du 23 août 1927. À la suite de ce tirage, de multiples initiatives seront rapidement prises pour « honorer la mémoire des deux martyrs ».

    La nouvelle édition spéciale de l’Humanité du 23 août 1927. À la suite de ce tirage, de multiples initiatives seront rapidement prises pour « honorer la mémoire des deux martyrs ».

    Alexandre Courban Historien - Mardi, 22 Août, 2017 – L'Humanité

     

    Condamnés à mort, les deux militants ouvriers, immigrés italiens, qui ont reçu le soutien d’une campagne à laquelle participe l’Humanité, seront électrocutés le 23 août 1927.

     

    Dès son édition du lundi 19 septembre 1921, l’Humanité dénonce « un crime de la justice américaine ». Le lecteur du quotidien communiste apprend que « la condamnation à mort sur la chaise électrique de Sacco et Vanzetti » vient d’être confirmée. Et le journal de préciser : « Ils sont accusés d’avoir prémédité et commis le meurtre de Frederic Parmenter et d’Alessandro Berardelli et d’avoir commis un vol de 15 000 dollars. » Le rédacteur anonyme de cet article publié en page intérieure invite à la mobilisation : « Si une protestation formidable de la classe ouvrière ne s’élève pas d’ici là pour flétrir ce crime, nos deux camarades italiens seront exécutés. » Le surlendemain, on apprend qu’une réunion est organisée à la Grange-aux-Belles « pour l’action à mener en faveur des camarades Sacco et Vanzetti ». À la fin de la semaine, Victor Méric signe en première page un papier dans lequel il appelle communistes et anarchistes à faire cause commune en faveur des « deux malheureux ». Cet article inaugure la campagne décidée par le comité directeur du Parti communiste, comme le précisera ultérieurement son secrétaire intérimaire, Fernand Loriot.

    Quinze jours plus tard, l’Humanité inaugure une rubrique spécialement consacrée au mouvement d’opinion en faveur des deux militants anarchistes italiens. Réunions et meetings se multiplient. Le Secours rouge international (SRI) – lié à l’Internationale communiste – s’emploie à battre le rappel dès sa création en 1922. Plusieurs recours des avocats américains des deux militants condamnés à mort sont rejetés. Comme le souligne le quotidien communiste dans son édition du 24 octobre 1926, « seule la grâce du gouverneur de l’État du Massachusetts peut désormais leur éviter la chaise électrique ».

    Des manifestations organisées à travers le monde

    Les manifestations se multiplient tout au long de l’année 1927. La tension est de plus en plus palpable, alors que la décision est sur le point d’être prise. Chaque jour (ou presque) à compter du 21 juillet, le quotidien fondé par Jean Jaurès rend compte de l’avancement de la situation.

    Une première édition spéciale est mise sous presse dans la nuit du mercredi 10 août au jeudi 11 août 1927. Une dépêche en provenance de Boston annonce que « toute décision concernant l’exécution est ajournée jusqu’au 22 août ». L’Humanité revendique le lendemain avoir été, « avant tous les autres, le premier de tous les journaux » à avoir annoncé la décision du gouverneur Fuller. Et d’ajouter : « C’était la ruée de la foule sur les boulevards, aux Halles, dans tous les quartiers, sur nos camelots, portant des milliers d’Humanité, que Paris ouvrier s’arrachait. » On peut lire plus loin : « Et les bourgeois eux-mêmes, qui veulent savoir, avec une grimace, achètent, pour une fois, l’Humanité. Mais chez eux, c’est curiosité, besoin d’informations que nous sommes seuls à donner, et ils ne participent guère à l’allégresse populaire. »

    Dans les jours qui suivent la parution de cette édition spéciale, l’Humanité rend compte de la multiplication des actions pour « arracher Sacco et Vanzetti à la chaise électrique ». Des photographies sont publiées, témoignant des multiples manifestations organisées à travers le monde. Un rassemblement est convoqué au Pré-Saint-Gervais le dimanche 21 août 1927. Malgré une « pluie battante », la foule est au rendez-vous. On espère encore la grâce du président des États-Unis, Calvin Coolidge, après le rejet des divers recours juridiques.

    Dans la nuit du dimanche 22 août au lundi 23 août, une nouvelle édition spéciale de l’Humanité est imprimée. « Électrocutés ! Le prolétariat les vengera ! » La dépêche de Boston annonçant leur exécution est tombée à 5 h 30, heure française. Une heure plus tard, l’édition spéciale de l’Humanité est en vente, non seulement à Paris, mais aussi en banlieue parisienne et même au-delà. Des exemplaires sont expédiés par le train jusqu’à Lille pour être vendus à la criée. Au total, le tirage de cette édition funeste s’élève officiellement à 192 000 exemplaires.

    D’après l’Humanité, de multiples initiatives sont rapidement prises pour « honorer la mémoire de deux martyrs », à l’image du conseil municipal de Clichy, qui décide de donner le nom de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti à l’une des places de la ville, ou encore de la municipalité de Bezons, qui donnera leur nom à l’un des parcs de la ville, où sera organisée la première édition de la Fête de l’Humanité, en marge du premier congrès des comités de défense de l’Humanité.

     

    Morts pour raisons politiques. En 1919 et 1920, deux braquages ont lieu dans le Massachusetts afin de subtiliser la paie des ouvriers de fabriques de chaussures. Le dernier braquage fait deux morts : Frederic Parmenter, caissier de la manufacture, et son garde du corps, Alessandro Berardelli. Les soupçons de la police se portent sur les anarchistes italiens. Ils sont condamnés à l’issue de procès téléguidés par des considérations politiques. En 1925, un bandit dénommé Celestino Madeiros, déjà condamné à mort dans une autre affaire, avoue de sa prison être l’auteur, mais le juge refuse de rouvrir le dossier.

     

    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Histoire Politique
    commenter cet article
    21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 22:51
    Pas tous ! Pas tous ! L'automne sera chaud !

    Pas tous ! Pas tous ! L'automne sera chaud !

    Lundi, 21 Août, 2017 – L'Humanité - L'éditorial de Maud Vergnol.


     

    Une rentrée scolaire reportée faute d’employés à La Réunion. Plusieurs dizaines de milliers de retraités d’Île-de-France privés de ressources et priés de se débrouiller pour survivre, faute d’effectifs pour traiter leurs dossiers… Bienvenue chez les plumés de l’austérité de la 6e puissance mondiale !

    Le dernier coup bas du gouvernement, avec la suppression en catimini et sans préavis des contrats aidés, illustre la croisade libérale contre les services publics que le gouvernement compte mener au pas de charge. Certes, ces emplois ultraprécaires, sparadraps sociaux et variables d’ajustement des courbes du chômage, sont loin d’être la panacée. Mais, faute de mieux, les petites entreprises et les associations pouvaient jusqu’ici s’en servir pour embaucher des salariés en difficulté d’insertion, notamment des personnes handicapées. Des milliers d’entre elles vont apprendre en rentrant de vacances qu’elles resteront sur le carreau. Quant aux associations, qui pallient au quotidien la désertion des services publics, et qui résistaient tant bien que mal aux baisses récurrentes de subventions des collectivités, elles devront renoncer à de nombreux projets pourtant vitaux pour la vie des territoires.

    Prisonnière volontaire dans la toile de l’austérité, la droite macronienne nous refait le coup des fonctionnaires inutiles et trop coûteux pour continuer de satisfaire les assoiffés du dividende. Pourtant, les conséquences de cette suppression des contrats aidés sans aucune anticipation ni solution alternative font la démonstration du besoin d’emplois publics pérennes et de qualité.

    Depuis trois mois, le PDG de la République, escroc de la nouveauté, produit d’une crise démocratique loin d’être éteinte, a finalement recyclé toutes les recettes de ce que l’économiste états-unien John Quiggin appelle « l’économie zombie ». « Même après que les faits semblent les avoir tuées, ces idées continuent de revenir. »

    Maud Vergnol - Chef de la rubrique Politique


     

    Un peu sur le même sujet !

    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Politique Info presse
    commenter cet article
    20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 21:48
    PHOTO JAVIER SORIANO/AFP

    PHOTO JAVIER SORIANO/AFP

    Gaël De Santis -Lundi, 21 Août, 2017 -L'Humanité

    La maire de Barcelone a choisi de ne pas ­répondre aux attentats de jeudi dans sa ville et vendredi à Cambrils par une surenchère sécuritaire.

    Dans une première déclaration, jeudi, elle a rappelé que Barcelone était une « ville de paix » et que « la terreur ne parviendra pas à ce que nous cessions d’être ce que nous sommes : une ville ouverte au monde, courageuse et solidaire ». Barcelone, qui a accueilli en début d’année une manifestation énorme en faveur de l’accueil des réfugiés, est « fière de sa diversité », a-t-elle fait valoir. Dans le week-end, un grand nombre d’articles ont été publiés s’étonnant de l’absence de bornes anti-intrusion. « Les auteurs de l’attentat voulaient tuer et, s’ils n’avaient pas pu entrer par les Ramblas, ils l’auraient fait par un autre endroit, nous ne pouvons pas emplir une ville comme Barcelone de ­barrières », a-t-elle déclaré. Ada Colau a été élue l’an dernier maire de la capitale catalane grâce à une coalition comprenant Podemos, les communistes et d’autres formations de gauche.

    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Monde Politique
    commenter cet article
    19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 22:36
    à New York, des centaines de manifestants protestent contre l’extrême droite. Spencer Platt/Getty Images/AFP

    à New York, des centaines de manifestants protestent contre l’extrême droite. Spencer Platt/Getty Images/AFP

    Bruno Odent - Jeudi, 17 Août, 2017 - L'Humanité

     

    Les « indulgences » revendiquées du président pour les exactions de l’ultradroite à Charlottesville trahissent la collusion avec sa ligne national-libérale.

    Chassez le naturel, il revient au galop. Après avoir brièvement donné le sentiment qu’il condamnait les exactions de l’ultradroite à Charlottesville en Virginie, Donald Trump est revenu à la charge dans la nuit de mardi à mercredi en renvoyant dos à dos les initiateurs du rassemblement de la droite nationaliste blanche et les contre-manifestants antifascistes. « Je pense que les deux côtés sont condamnables », a-t-il martelé lors d’une conférence de presse à la Trump Tower, le gratte-ciel du milliardaire de l’immobilier à Manhattan. Il y avait « un groupe mauvais d’un côté » et de l’autre « un groupe très violent », s’est-il justifié, ajoutant dans la rhétorique populiste dont il est coutumier : « Personne ne veut voir cela. Moi, je vous le dis maintenant. »

    Pis, le locataire de la Maison-Blanche, arguant qu’il avait suffisamment condamné par ailleurs « les néonazis et différents groupes », s’est payé le luxe de défendre les manifestants. Le rassemblement était destiné à protester contre une décision de la municipalité, qui s’est prononcée pour que soit débaptisée une place portant le nom du général Lee, un des leaders les plus notoires du Sud confédéré esclavagiste. « Il y avait des gens très bien » dans le cortège, a lancé Trump, qui n’a pas hésité à rallier ouvertement la position des manifestants en se demandant sur un ton faussement naïf : « Cette semaine on s’en prend à Robert E. Lee, demain pourquoi pas à George Washington ? »

    « Il faut s’opposer d’urgence sur tous les fronts »

    D’aucuns invoquent une fois de plus un « dérapage » ou déplorent « le caractère imprévisible » du président comme pour minimiser les conséquences de son comportement sur les équilibres d’une société qui, in fine, ne s’en laisserait pas compter. Pourtant, l’ampleur du rassemblement de Charlottesville devrait constituer une alerte. Tant il illustre la montée en puissance de l’extrême droite. Si les groupuscules néonazis, du Ku Klux Klan et d’autres défenseurs intégristes du drapeau confédéré y figurent en bonne place, la droite ultra a percé bien au-delà de ces organisations, héritières directes des « vieux démons » de l’histoire des États-Unis. De nouvelles mouvances, beaucoup plus larges et donc redoutables, apparaissent. Elles surfent sur « la marée montante d’un racisme trumpiste », souligne Spencer Sunshine, chercheur, spécialiste de l’extrême droite au sein de l’organisation Political Research Associates. Ces groupes qui s’affichent plutôt en costard-cravate qu’avec les cagoules du KKK ou en brandissant des svastikas nazies compteraient désormais, selon lui, des dizaines de milliers de membres et des centaines de milliers de sympathisants sur Internet.

    La collusion avec le nationalisme de Donald Trump est d’autant plus forte que ces milieux fascisants sont très présents dans l’entourage immédiat du président. Steve Bannon, son ex-directeur de campagne, devenu chef stratège à la Maison-Blanche, est l’un des grands animateurs de ce mouvement alt-right (pour alternative de droite). Il dirigeait le site d’information Breitbar sur le Net, devenu une « véritable plate-forme » de l’extrême droite. Ex-cadre dirigeant de Goldman Sachs, la célèbre banque d’affaires championne de Wall Street, omniprésente dans le cabinet Trump, il est aussi l’un des stratèges du national-libéralisme, alliant à un forcing pour déréguler la finance une offensive autoritaire pour museler les syndicats.

    Les surenchères trumpistes nourrissent certes des états d’âme du côté de la Silicon Valley ou chez quelques patrons, comme le PDG du groupe pharmaceutique Merck, qui ont décidé de quitter le navire des conseillers économiques du président. Mais ces aversions au sommet ne paraissent pas en mesure, pour l’heure, d’enrayer la capacité de séduction de l’oligarque sur les milieux d’affaires. Un autre degré de résistance est nécessaire pour stopper la machine nationaliste, dont on commence à mesurer, au même moment, les dangers sur le front extérieur pour la paix mondiale,

    « Il faut s’opposer d’urgence sur tous les fronts », prévient Jeremy Johnson, militant du mouvement Black Lives Matter (La vie des Noirs est importante), omniprésent dans la contre-manifestation de Charlottesville. Et de passer en revue la défense des droits civiques élémentaires, celle des acquis sociaux, jusqu’aux mobilisations antiguerre, « si l’on entend vraiment, précise-t-il, réduire ce terrible danger pour le pays et pour l’humanité ».

    Ses amis européens Lors d’une réunion à Coblence, fin janvier, les partis européens proches du FN se réjouissaient de la victoire de leur champion aux États-Unis, Donald Trump. Celui-ci leur rend la pareille. Breitbart News, le site pro-Trump longtemps dirigé par le chef stratège du président des États-Unis, Steve Bannon, publie régulièrement une chronique de Geert Wilders. Par ailleurs, Donald Trump a confié à son voisin Guido Lombardi le soin d’assurer sa communication sur les réseaux sociaux l’an dernier. Celui-ci est italien et homme de référence de la Ligue du Nord à New York. En janvier dernier, c’est lui qui a fait entrer Marine Le Pen à la Trump Tower.

    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans Monde Politique
    commenter cet article
    17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 22:05
    Photo Josep Lago/AFP

    Photo Josep Lago/AFP

    avec afp  - Jeudi, 17 Août, 2017 - Humanite.fr

     

    Treize personnes ont été tuées et plus de 50 blessées quand une camionnette a foncé dans la foule à Barcelone, deuxième ville d'Espagne. Le groupe jihadiste État islamique (EI) a revendiqué l'attentat. [Quand les marchands d'armes, notamment les "champions français", les fauteurs de guerre, en Lybie, en Syrie, en Irak, au Mali et ailleurs, notamment les gouvernements français, se regarderont-ils dans la glace pour enfin se dire : QU'AI-JE FAIT ? Ndlr]

    Une source policière a indiqué qu'un suspect s'était retranché dans un bar de la ville et deux personnes au moins étaient recherchées, un peu plus d'une heure après que le véhicule a foncé dans la foule sur les Ramblas. Cette attaque à l'aide d'une voiture ou d'un camion comme arme de terreur renvoie à un mode opératoire déjà utilisé lors d'attentats imputés ou revendiqués par le groupe État islamique à Nice, Berlin ou Londres.

    Les Ramblas, promenade piétonne en son centre, est l'avenue la plus célèbre de Barcelone et attire de très nombreux touristes espagnols et étrangers. Au moins treize personnes ont été tuées et une cinquantaine d'autres blessées lorsque le conducteur a foncé dans la foule, selon une source des services de secours de Barcelone, qui a requis l'anonymat. La zone a immédiatement été fermée par un cordon de sécurité et cinq ambulances et une vingtaine de véhicules de police se trouvaient sur place, a constaté le correspondant de l'AFP.

    Des agents repoussaient la foule au delà de la grande place de Catalunya, en criant "attaque terroriste". "Tout à coup, j'ai entendu un bruit de collision et toute la rue s'est mise à courir en criant", a raconté un témoin, Amer Anwar, à la chaîne de télévision Sky News. "Il y a eu comme une mini-bousculade", a renchéri Ethan Spibey, un vacancier, sur la même chaîne.

    Des blessés ont été emmenés sur des civières vers un grand magasin de la chaîne Corte Ingles, apparemment pour recevoir les premiers soins, a indiqué le correspondant de l'AFP sur place. Des policiers demandaient aux commerçants à proximité de la collision de laisser entrer les passants et de baisser les rideaux derrière eux. Les stations de métro et de chemin de fer ont été fermées, ont annoncé sur Twitter les services des urgences de la ville.

    L'Espagne, troisième destination touristique au monde, a été pour l'heure épargnée par les attentats du groupe État islamique ayant touché d'autres capitales européennes, telles Londres, Paris, Bruxelles, Berlin.

    Mais c'est à Madrid qu'avaient eu lieu les attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe: le 11 mars 2004, des bombes avaient explosé dans des trains, faisant 191 morts.

     

    Repost 0
    L'HUMAIN AVANT TOUT Canton de Pont-du-Château - dans International Politique
    commenter cet article